Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Luis Enrique: On aspire toujours à finir premiers


Malgré le nul 0-0 contre la Suède, le sélectionneur de l'Espagne, Luis Enrique, a confié lundi soir en conférence de presse d'après-match qu'il "aspire toujours à finir premier" du groupe E, et qu'il ne va pas dévier de son plan de jeu.

Q: Ce nul remet-il en question les objectifs de l'Espagne ?
R: "Je ne vais pas changer mon plan. On va essayer de jouer de la même manière à chaque match. On va être prêt à jouer notre meilleur football, même s'il y a toujours des choses à améliorer, ce sera notre objectif pour le prochain match. Mais aujourd'hui, c'est un match qu'on aurait pu perdre si on avait eu de la malchance. Il reste encore deux matches et on aspire toujours à finir premiers (du groupe E). Mais si on n'y arrive pas, on essaiera d'être 2es, et sinon meilleurs 3es pour se qualifier. Mais le football est très indécis". 

Comment expliquer l'absence de réalisme, notamment d'Alvaro Morata ?
"Tous les joueurs qui sont entrés ont apporté quelque chose. Que ce soit de la fraîcheur, de l'initiative, le fait d'oser... Concernant Alvaro (Morata), j'ai vu qu'il y avait des critiques à son encontre, mais je retiens la deuxième période quand j'ai vu les supporters l'encourager et chanter son nom. Mon travail en tant qu'entraîneur est de protéger mes joueurs, et je suis très content de la réaction du public dans cette deuxième période (Morata a été sifflé au début du match, NDLR). Pour moi, il a fait un bon match, c'est juste qu'il n'a pas pu marquer".

La Suède s'est retranchée dans son camp, comment allez-vous contourner ce problème lors des deux matches de poules restants ?
"Chaque sélectionneur joue comme il le veut, je n'ai pas à me prononcer là-dessus. Ils ont clairement décidé de jouer comme ils ont l'habitude de le faire contre nous, avec deux attaquants de pointe qui attendent de récupérer un ballon pour lancer un contre. Et nous, on a généré suffisamment d'occasions pour gagner, mais ça ne l'a pas fait. On a été supérieurs à un adversaire qui a décidé de s'enfermer derrière, on a contrôlé le match, on a essayé de gêner des joueurs très costauds physiquement... Qu'est-ce qui n'a pas marché ? On n'a pas concrétisé toutes les occasions que l'on a eues".

Libé
Mardi 15 Juin 2021

Lu 460 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 18 Octobre 2021 - 13:00 Bonnes opérations du DHJ et du MAS

Lundi 18 Octobre 2021 - 13:00 Le président de l’OCS jette l’éponge

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS