Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Liga : Messi illumine Barcelone




D'une délicieuse louche pour Arturo Vidal puis un doublé, Lionel Messi a offert à Barcelone contre Valladolid (5-1) mardi la tête du Championnat devant Grenade et l'Atlético, tenu en échec contre Alavés (1-1).
Un trône précaire pour les Blaugrana: la surprenante équipe de Grenade peut reprendre les commandes en cas de victoire à Getafe jeudi.
Même si, avec le report du clasico, prévu le week-end dernier, au 18 décembre en raison des violences en Catalogne, le Barça (1er, 22 pts) compte un match de moins.
Sa dernière sortie datait du laborieux succès contre le Slavia Prague (2-1) en C1 mercredi dernier, cette fois les joueurs d'Ernesto Valverde ont été nettement plus convaincants et ils le doivent toujours au même petit génie argentin.
A égalité après deux cafouillages sur des coups de pied arrêtés qui ont donné un premier but catalan, inscrit par Clément Lenglet (2e), et un autre de Valladolid (15e), également marqué par un défenseur, Kiko, Barcelone s'en est remis à la magie de Messi.
La Pulga a d'abord enchanté le Camp Nou d'une louche par dessus la défense pour son milieu Arturo Vidal qui, en extension, a rabattu le ballon dans les filets (29e).
Avant d'inscrire le 50e coup franc direct de sa carrière (dont six avec l'Argentine), selon le statisticien Opta, d'un tir parfaitement enroulé dans la lucarne gauche du pauvre Jordi Masip (34e) qui a encore dû s'incliner deux fois.
D'abord sur une frappe croisée sèche de Messi (75e) puis un tir placé de Luis Suarez (77e), bien lancé dans la profondeur par... Messi.
"Je ne sais plus quoi dire. Il est en train de revenir à sa forme optimale et devient de mieux en mieux", a réagi Valverde.
"Des merveilles sortaient de ses pieds. On ne peut qu'applaudir et en profiter", a renchéri le capitaine de Valladolid Michel.
L'Argentin a donc signé deux buts et deux passes décisives dans ce festival offensif catalan, bien plus spectaculaire que le triste match nul concédé par l'Atlético Madrid chez les Basques du Deportivo Alavés (1-1) plus tôt mardi.
Très quelconques, comme souvent ces dernières semaines, avec aucun tir cadré en première période, les hommes de Diego Simeone ont cru faire le plus dur en ouvrant le score sur un éclair d'Alvaro Morata (69e), avant de craquer sur un pétard de Lucas Perez qui a ajusté Jan Oblak (83e).
 Une frappe pure mais bien aidée par l'indolence du milieu de terrain des Colchoneros, qui a provoqué une moue de leur entraîneur Diego Simeone, pas habitué à une telle passivité de la part de ses joueurs.
Le Deportivo Alavés est seulement la 4e équipe à réussir à inscrire un but à la meilleure défense de Liga cette saison, qui n'en a encaissé que 6.
Trahi par sa traditionnelle solidité défensive, l'Atleti peut difficilement s'en remettre à sa créativité offensive, le point faible des Colchoneros: seules 6 équipes de Liga avaient moins scoré qu'eux avant ce  match.
Seule satisfaction en attaque, Alvaro Morata a encore marqué, dans un troisième match d'affilée, après Leverkusen il y a une semaine en Ligue des champions et Bilbao samedi.
Et sa connexion avec l'Argentin Angel Correa peut faire des merveilles, comme sur l'ouverture du score: après une subtile déviation de la poitrine, Morata a sollicité le une-deux avec Correa et ajusté Pacheco.
Moins de dix minutes avant ce but, Morata a aussi manqué la balle de match lors de l'énorme temps fort qui a suivi en butant sur le portier basque Fernando Pacheco (71e), comme Correa dans la foulée. Un manque de réalisme inhabituel pour les troupes du Cholo.
"Leur gardien a maintenu Alavés en vie parce que si nous avions inscrit le second but, la rencontre aurait été quasiment bouclée", a regretté Simeone.
Le retour de leur joyau Joao Felix, recruté cet été contre un chèque à neuf chiffres (126 M EUR) pour reprendre le rôle d'Antoine Griezmann, parti à Barcelone, devient urgent.
L'adolescent portugais (19 ans), touché à une cheville le 19 octobre, est attendu sur les terrains début novembre par l'encadrement madrilène.
En attendant, avec ce point du nul, les Colchoneros (3e, 20 pts) sont à portée du Real Madrid (6e, 18 pts) qui devait recevoir Leganés au Bernabeu.

Jeudi 31 Octobre 2019

Lu 593 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Septembre 2020 - 18:05 A mourir d’ennui Le derby des nuls