Facebook
Rss
Twitter









Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les séquestrés pris en tenailles entre le coronavirus et le blocus





Les séquestrés pris en tenailles entre le coronavirus et le blocus
Le nombre de cas de contamination au coronavirus continue de croître considérablement dans les camps au cours de ces dernières semaines causant un état de peur généralisée parmi les séquestrés de Tindouf confrontés à une épidémie que les autorités algériennes et leur ouailles séparatistes refusent de traiter.

Le Polisario a annoncé l'enregistrement de 57 cas d’infection au coronavirus au cours des 72 dernières heures, en plus de deux nouveaux décès, portant le nombre de cas confirmés depuis le début de l'épidémie à 353 dont 20 décès.

Les camps de Tindouf ont enregistré un nombre très élevé d'infections au virus depuis le mois de mars dernier suscitant une vague de mécontentement au sein de la population abandonnée à son triste sort, exposée à une catastrophe humanitaire inévitable et assignée à l’interdiction de quitter les camps, et ce en l’absence de tous moyens de prévention et de vaccins.

Dans ce contexte, il est à noter que l'Algérie n’étant pas en mesure d'en garantir la fourniture aux Algériens eux-mêmes est dans l’incapacité d’assurer la moindre livraison de vaccins aux résidents des camps. Plus grave encore, les autorités de Tindouf ont refusé à de nombreux malades l’accès à l'hôpital de Tindouf, ce qui a contribué à multiplier le nombre de décès parmi les résidents des camps.

A.E.K

Libé
Dimanche 11 Avril 2021

Lu 408 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.