Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les infirmiers et techniciens s’insurgent de nouveau contre les promesses non tenues du ministère de la Santé




Les infirmiers et techniciens s’insurgent de nouveau contre les promesses non tenues du ministère de la Santé
La grogne des enseignants contractuels et titulaires fait de l’ombre à beaucoup d’autres mouvements de protestation. Les infirmiers et infirmières montent depuis quelques semaines au créneau. Jeudi 13 mars courant, ils étaient avec un nouveau tour de chauffe, dans plusieurs villes, pour exprimer, une nouvelle fois, leur colère face à ce qu’ils appellent « promesses non tenues du ministère de la Santé ». Organisés en même temps, ces sit-in s’inscrivent dans le cadre de la grève nationale décidée le 13 mars 2019.
Descendus par dizaines, les infirmiers, structurés dans le cadre de la Coordination des infirmiers et des techniciens de la santé, ont réitéré leurs principales revendications consistant notamment en l’indemnisation sur les risques de leur métier. Une sorte de protection indispensable, que ce soit dans le secteur public ou privé. Un chiffre dit tout sur l’ampleur de leur tâche : 80 % des soins médicaux sont dispensés par les infirmiers, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
Les protestataires ont appelé également à la constitution d’une Instance nationale des infirmiers et des techniciens et à l’établissement d’un cadre des compétences et métiers. « Il est nécessaire pour les infirmiers et les techniciens de la santé de connaître leur responsabilité avec plus de précisions, où commence leur mission et où elle finit », indique un responsable de la même coordination, dans une déclaration à la presse en marge du sit-in tenu à Fès.
Si les slogans ont dénoncé « l’irresponsabilité du ministère qui se défausse de ses promesses tenues auparavant », les pancartes marquaient du sceau de l’urgence les six revendications majeures de leur mouvement syndical. Un autre chiffre révélateur dans ce contexte: il s’agit de près de neuf mille infirmiers lauréats des centres de formation dédiés qui sont actuellement en chômage. D’où la revendication persistante de les intégrer dans le marché du travail, ce qui traduit la teneur du discours Royal du 20 août 2018 sur la nécessité de trouver des solutions viables au phénomène du chômage des jeunes.

Mustapha Elouizi
Samedi 16 Mars 2019

Lu 715 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com