Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les habitants des camps de la honte n ’ ont de cesse de dénoncer le blocus qui leur est imposé

Bravant la répression algéro-polisarienne


Malgré l’implacable  mainmise imposée par l’Algérie par l’entremise  des dirigeants du Polisario, les habitants des camps de Tindouf ne ratent aucune occasion pour exprimer leur colère face aux mauvais traitements et au blocus que leur font subir l’Algérie et le Polisario. Ces soulèvements connaissent un rythme soutenu, depuis la longue maladie et l’absence prolongée de Brahim Ghali.

A travers ces soulèvements qui connaissent une affluence de plus en plus importante, les Sahraouis des camps expriment leur colère et leur ras-le-bol et dénoncent la misère, la répression, l’enfermement, le blocus  et l’interdiction de se déplacer auxquels ils sont soumis par les autorités algériennes qui, sous prétexte de la pandémie du coronavirus, avaient décrété, il y a plus d’un an, que tout mouvement à l’intérieur  ou vers l’extérieur des camps doit faire l’objet d’une autorisation préalable que seules les autorités militaires de Tindouf étaient habilitées à délivrer. Si les soulèvements et les sit-in des habitants des camps ne sont pas nouveaux, cette année, ils sont de plus en plus récurrents et sont réprimés avec beaucoup plus de violence par les milices du Polisario sous le regard complice des militaires algériens.

Vendredi dernier, les habitants des camps, bravant tous les interdits, ont organisé deux marches de protestation contre cette situation insoutenable. La première devait se diriger vers le prétendu ministère de l’Intérieur pour se rendre ensuite au check-point algérien à la sortie de Bir Lahlou vers Tindouf. La deuxième marche s’est rendue au point frontalier avec la Mauritanie où miliciens du Polisario et gardes-frontières algériens les ont accueillis avec des gourdins et des tirs en l’air. Mais cela, selon des sources de Rabouni, ne les a pas empêchés de se rassembler et d’exprimer leurs doléances.

Au moment où les manifestants des camps sont arrivés au  point frontalier avec la Mauritanie, quelque 25 à 40 semi-remorques transportant des marchandises et des produits alimentaires s’apprêtaient à franchir ce point à destination  des villes mauritaniennes où ces produits devaient être commercialisés à des prix à la  portée des habitants.

Apparemment, les autorités algériennes dont les citoyens sont les plus nécessiteux de la région, n’ont que faire de la maxime «Charité bien ordonnée commence par soi-même».

Ahmadou El-Katab

Libé
Dimanche 12 Septembre 2021

Lu 553 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 24 Septembre 2021 - 18:20 La réadmission a un coût

Vendredi 24 Septembre 2021 - 18:00 Main basse sur la mairie de Rabat

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020



Flux RSS