Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les clubs de football de Fès-Meknès, un nouveau départ, de nouveaux espoirs




Les clubs de football de Fès-Meknès, un nouveau départ, de nouveaux espoirs
Le Moghreb de Fès (MAS) et le Wydad de Fès (WAF), les deux principaux clubs de football de la cité idrisside et leur voisin meknassi, le Club omnisports de Meknès (CODM) entament une nouvelle saison, pleine d'ambitions, certes, mais aussi de doutes et d’incertitudes.
On se souvient plus de ce derby MAS/CODM qui rassemblait des milliers de fans des deux clubs. La situation dans laquelle se trouvent les clubs phares de la région Fès-Meknès ne satisfait ni les dirigeants, ni les supporters, qui appellent, de leurs meilleurs vœux, à ce qu’une issue soit trouvée après des années de crise financière, de gestion et de résultats.
Comme d’habitude et au début de chaque saison, les clubs évoluant dans les différents championnats mettent les bouchés doubles pour se préparer et réaliser des recrutements susceptibles de les redynamiser en vue de relever les challenges de la Botola Maroc Telecom, 1ère et 2ème divisions confondues.
Les trois clubs de la région ont opéré, à divers niveaux, des changements sur les plans administratif et technique, afin de regagner la confiance du public et d’entamer la saison sur de bonnes bases.
A Fès, le MAS, qui s’est illustré la saison dernière en occupant la quatrième place au classement de la Botola Maroc Telecom de deuxième division (D2) avec 46 points, a tenu en juin dernier une assemblée extraordinaire au cours de laquelle Ismail Jamai a été élu nouveau président du club, en remplacement de Marouane Bennani.
Le club fassi, qui a raté de peu son retour en Botola Pro Maroc Telecom D 1, est désormais dirigé par un nouveau comité, qui s’est engagé à fédérer les efforts de toutes les composantes de la famille du MAS pour redonner au club son lustre d’antan, à commencer par le retour à l’élite du football national.
Pour atteindre cet objectif, le club n’a pas lésiné sur les moyens en s’offrant les services de plusieurs nouveaux joueurs, dont trois formés dans l’école du MAS, en l’occurrence Hamza Janati (milieu), Salaheddine Ouali Alami (milieu offensif) et Bilal El Ouadghiri (défenseur).
Le club a recruté également Lahcen Korbi (attaquant), pour trois saisons, les gardiens Ilyas Ibrahimi et Mohamed Amine Bourkadi, Hamza Bousadra (milieu de terrain défensif) et Yassin Ouakili (milieu de terrain).
Le MAS est entraîné cette saison par un nouveau staff technique mené par le coach Samir Yaich et le directeur technique Abderrahman Slimani.
Quant au WAF, Hassan Jamai a été reconduit à la tête du club pour une période de quatre ans, lors de sa dernière assemblée ordinaire.
Le Wydad de Fès qui, la saison dernière, risquait d’être relégué, a pu mettre fin aux mauvais résultats grâce à une série de mesures prises par la direction du club, qui a adapté son statut avec la loi de l’éducation physique 30-09.
Dans le cadre de ses préparatifs pour la saison en cours, le WAF, qui a tenu un stage de préparation à Rabat avant de l’achever à Ifrane, s’est attaché les services de l’entraîneur Mohamed Benmassoud, en remplacement de Hassan Oughni avec un contrat d’un an renouvelable, ainsi que du préparateur physique Hassan Ettaleb, qui devraient travailler aux côtés d’Abderrahim Chkilit (adjoint d’entraîneur), Mohamed Hmladou (entraîneur des gardiens) et Hassan Bouhabba (secrétaire général).
Le club mise également sur les nouvelles recrues pour réaliser des résultats positifs au cours de cette saison, lui qui s’est incliné en finale de la dernière Coupe du Trône contre la Renaissance de Berkane. Le WAF s’est attaché, entre autres, les services d’Abdelhamid Firas (défenseur), Ahmed Kanzaz (défenseur), Mehdi Talbi (ailier droit), Hafid Ouzid (attaquant), Ayoub Boulahya (attaquant) et Réda Diouane (milieu de terrain défensif). Le CODM, l’autre club emblématique de la région, désormais depuis des années chez les amateurs, une antichambre de la D2, se trouve, lui, en début de saison avec deux bureaux dirigeants à l’issue d’une élection qui devait, initialement, contribuer à mettre fin à la crise sans précédent qui rongeait le seul représentant de la capitale ismaélienne, dont l’histoire et la contribution au développement du football marocain depuis sa création (1962-1963) ne sont plus à démontrer.
Le club meknassi, champion du Maroc en 1995 et vainqueur d’une Coupe de Trône en 1966, cherche toujours son chemin en l’absence de toute perspective de sortie de crise et de stratégie.
Les supporters du club peuvent, néanmoins, se consoler du fait de voir leur équipe évoluer à nouveau au stade d’Honneur, fermé depuis longtemps pour réhabilitation.

Samedi 21 Septembre 2019

Lu 1709 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com