Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Léger recul des prix des produits alimentaires à l’échelle mondiale

Chute des prix des céréales, des produits laitiers et du sucre en juillet dernier




Léger recul des prix des produits alimentaires à l’échelle mondiale
En juillet 2019, les prix mondiaux des produits alimentaires ont connu un léger recul en raison notamment de la baisse des prix des céréales, des produits laitiers et du sucre.
« La valeur moyenne de l’Indice FAO des prix des produits alimentaires s'est établie à 170,9 points en juillet 2019, soit 1,1% (1,8 point) de moins qu'en juin », a relevé l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) soulignant toutefois que l'indice demeure supérieur de 2,3% à sa valeur de juillet 2018.
En détail, il ressort que le recul des cours du blé et du maïs ainsi que les larges stocks disponibles à l'exportation ont fait baisser l'Indice FAO du prix des céréales de 2,7% par rapport à juin. Avec, en moyenne, 168,6 points en juillet, il reste cependant supérieur de 4,1% à sa valeur de l'année dernière à la même période.
« Sur les marchés du blé, malgré la révision à la baisse des prévisions de production dans plusieurs pays, une importante offre à l’exportation et le maintien de perspectives de production mondiale record cette année ont pesé sur les prix internationaux. Parallèlement, après leur flambée en juin, les prix internationaux du maïs ont reculé en juillet, notamment du fait d'abondantes disponibilités exportables, en particulier en Argentine et au Brésil », a expliqué la FAO.
De son côté, grâce à la légère hausse des prix de l'huile de soja et de l'huile de tournesol, qui a permis de compenser la baisse de la valeur de l'huile de palme, l'Indice FAO des prix de l'huile végétale s’est établi en moyenne à 126,5 points en juillet. Ce qui correspond à une augmentation de 0,8% (1 point) par rapport au mois précédent, « mais à un niveau encore inférieur de 11% par rapport à celui de juillet 2018 ». 
S‘agissant de la valeur de l'huile de palme, l’organisation attribue sa baisse « en grande partie à l'augmentation saisonnière de la production agricole en Asie du Sud-Est et à la faiblesse de la demande en importations ».
Pour sa part, l'Indice FAO des prix de la viande a enregistré un sixième mois consécutif de progression modérée. En effet, d’après la FAO, il s’est établi en moyenne à 176,2 points en juillet, correspondant à une hausse de 0,6% par rapport à sa valeur légèrement révisée de juin.
« Les prix de la viande ovine et bovine ont de nouveau augmenté en juillet, stimulés par une forte demande en importations en provenance d'Asie et par la réduction des stocks dans la région océanique suite à une baisse saisonnière », a fait savoir l’agence onusienne. Alors que ceux de la viande de volaille se sont maintenus aux niveaux de juin, les marchés étant caractérisés par une demande globalement stable et encore forte, a-t-elle relevé.
En s’établissant en moyenne à 193,5 points en juillet, l'Indice FAO des prix des produits laitiers a enregistré sa seconde baisse consécutive en l'espace de deux mois. Il a reculé de 2,9% par rapport au mois de juin suite à la baisse des cotations pour le beurre, le fromage et le lait entier en poudre.  
Si l’indice progresse d’environ 6% par rapport à janvier 2019, force est de constater qu’il reste en deçà de sa valeur de l’année dernière à la même période, de près de 3%, a fait remarquer l’agence.
En ce qui concerne l'Indice FAO des prix du sucre, l’organisation a noté qu’il « a baissé de 0,6% par rapport à juin en raison de prévisions faisant état de rendements plus importants de canne à sucre en Inde, le plus important producteur de sucre au monde ». 
L’agence a toutefois relevé que « les prix mondiaux se sont partiellement stabilisés grâce au renforcement de la monnaie brésilienne, le real, face au dollar américain, une situation qui devrait avoir pour effet de diminuer les exportations en provenance du Brésil, plus grand exportateur de sucre au monde », a-t-elle conclu. 
 

​Le dirham se déprécie face à l’euro et au dollar

Le dirham s’est légèrement déprécié de 0,01% par rapport à l’euro et de 0,03% vis-à-vis du dollar lors de la période allant du 25 au 31 juillet 2019, selon Bank Al-Maghrib (BAM).
Au cours de cette période, aucune opération d’adjudication n’a été réalisée sur le marché des changes, indique BAM dans une note sur ses indicateurs hebdomadaires.
La note fait également savoir qu'au 26 juillet, les réserves internationales nettes ont accusé, d’une semaine à l’autre, un repli de 1,1% pour s’établir à 230,8 milliards de dirhams (MMDH), ajoutant qu'en glissement annuel, ces réserves ont enregistré une hausse de 2,2%. 
Concernant les interventions sur le marché monétaire, Bank Al-Maghrib a injecté un montant de 83,3 MMDH, dont 80,9 MMDH sous forme d’avances à 7 jours sur appel d’offres, 2,3 MMDH accordés dans le cadre du programme de soutien au financement de la TPME et 640 millions de dirhams (MDH) sous forme d’avances à 24 heures, rapporte la MAP.
Durant la même période, le taux interbancaire s’est établi à 2,27% et le volume des échanges à 3,8 MMDH, relève la note, ajoutant que lors de l’appel d’offres du 31 juillet (date de valeur le 1er août), Bank Al-Maghrib a injecté un montant de 87,9 MMDH sous forme d’avances à 7 jours. Sur le marché boursier, le MASI s’est apprécié de 1,2%, portant sa performance depuis le début de l’année à 2,2%. L’évolution hebdomadaire de l’indice de référence reflète essentiellement des hausses de 1,6% aussi bien pour le secteur des "télécommunications" que pour celui des "bâtiments et matériaux de construction" et de 0,9% pour le secteur des "banques".
Pour ce qui est du volume global des échanges, il est revenu à 479,6 MDH après 667,8 MDH une semaine auparavant. Sur le marché central actions, le montant quotidien moyen des échanges réalisés s’est chiffré à 118,4 MDH contre 108,8 MDH la semaine précédente.

Alain Bouithy
Lundi 5 Août 2019

Lu 1030 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.