Elza Soares: La diva noire de la chanson brésilienne symbole de résistance et de courage

 


Leçons de l’Inde numérique


Libé
Vendredi 26 Novembre 2021

Au cours des cinq dernières années, l'Inde a connu une expansion inhabituellement rapide de la connectivité numérique et de l'accès aux services. Cela a eu un impact positif sur le caractère inclusif de la croissance économique ; sur l'efficacité et la productivité dans le commerce de détail, les chaînes d'approvisionnement et la finance ; et sur l'activité entrepreneuriale.

L'engagement de l'Inde dans la technologie numérique remonte à la fin des années 1980. Des investissements majeurs dans l'informatique et l'éducation ont été réalisés sous l'administration du Premier ministre Rajiv Gandhi (1984-89). Et avec l'expansion de l'accès à Internet dans les années 1990, l'Inde est devenue le foyer de nombreuses grandes sociétés d'externalisation dans l'administration informatique, les processus commerciaux et le service client. Mais parce que l'infrastructure nécessaire pour un accès généralisé à l'Internet mobile est restée déficiente, la pénétration a pris du retard et les coûts de données pour les utilisateurs mobiles ont fini par être parmi les plus élevés au monde.

Puis, en 2010, alors qu'une grande partie des offres de services existantes du pays étaient encore en 2G et 3G, IBSL, une petite entreprise de télécommunications, a acheté du spectre dans le cadre d'une vente aux enchères qui comprenait des droits sur des bandes de fréquences 4G beaucoup plus rapides. IBSL a ensuite été rachetée par le conglomérat énergétique du milliardaire Mukesh Ambani, Reliance Industries, qui a ainsi obtenu les droits du spectre 4G.

Au cours des cinq années suivantes, la nouvelle filiale qui en a résulté, Reliance Jio, a investi massivement dans la construction de l'infrastructure de fibre optique pour prendre en charge l'accès à large bande et un système Internet mobile national. Au cours de cette période, Reliance Jio a obtenu le droit d'utiliser le même spectre pour les services vocaux, en plus des données, ce qui lui a permis de lancer des smartphones très abordables avec des forfaits de données extrêmement économiques. Les téléphones mobiles et les services voix et données de Reliance Jio ont été lancés en 2016.

Le résultat a été une croissance explosive du nombre d'abonnés Jio (qui a atteint 400 millions en 2020) et d'utilisateurs de smartphones à travers le pays. Les coûts de données en Inde sont passés de l'un des plus élevés au monde au plus bas - d'environ 3,50 $ par gigaoctet avant Jio à moins de 0,30 $ par Go après son entrée et son expansion.

La combinaison de vitesses plus élevées et de faibles coûts a entraîné une croissance rapide de l'utilisation d'Internet dans plusieurs secteurs, notamment le commerce électronique, les médias sociaux, la vidéo en streaming et d'autres formes de contenu numérique. Des acteurs majeurs – dont Amazon, Netflix et Facebook – sont entrés sur le marché indien ou y ont étendu leur présence.

Les prix des données que Reliance Jio a fixés à l'entrée semblent peu susceptibles d'avoir été durables à long terme. Mais l'entreprise a bénéficié d'une certaine capacité excédentaire dans l'infrastructure de réseau sous-jacente ; et, plus important encore, elle a utilisé sa croissance initiale pour s'intégrer dans une gamme plus large d'offres de services rentables sur son réseau, améliorant les retours sur investissement dans les offres d'Internet mobile à faible coût.

En 2019, par exemple, elle a créé Jio Platforms, une filiale en propriété exclusive qui comprend des smartphones Jio et des forfaits de services de données ainsi qu'un éventail croissant d'entreprises numériques en aval. Puis, au premier semestre 2020, Jio Platforms a levé 20 milliards de dollars auprès des principaux acteurs mondiaux des services numériques, notamment Facebook (maintenant Meta), Google (Alphabet), Intel, Qualcomm et une liste A d'investisseurs en capital-investissement.

Depuis sa création, Jio Platforms a créé une longue liste d'applications de services numériques et pris des participations majoritaires dans un nombre croissant d'entreprises fournissant des services similaires. Ces stratégies ont alimenté la croissance rapide de l'Internet mobile en Inde, élargissant les opportunités pour les start-up et les entrepreneurs. 

Jusqu'à présent, 38 start-up indiennes ont atteint le statut de licorne (ce qui signifie qu'elles sont évaluées à titre privé à plus d'un milliard de dollars) dans des secteurs tels que le commerce social, l'éducation, les services financiers et les soins de santé. Et bien qu'il y ait eu quelques introductions en bourse décevantes par des entreprises indiennes de services numériques ces dernières semaines, le financement global s'est accéléré à mesure que les flux de capitaux mondiaux sont détournés de la Chine, en raison du resserrement réglementaire de ce pays.

Il est instructif de comparer l'histoire de la croissance numérique de l'Inde avec celle du Mexique, où le revenu par habitant (ajusté en fonction de la parité de pouvoir d'achat) est trois fois plus élevé . Il a fallu au Mexique plus de 16 ans pour atteindre une pénétration d'Internet d'environ 72 %, tandis que l'Inde a étendu sa couverture de 16,5 % à 41 % en l'espace de cinq ans seulement après l'arrivée de Jio.

D'autres chapitres de l'histoire de Digital India seront écrits dans les années à venir. Mais le pays offre déjà d'importantes leçons pour comprendre et adapter les modèles de développement à une époque où les sources traditionnelles d'emploi (en particulier la fabrication) seront remplacées par l'automatisation et l'intelligence artificielle.

Les technologies numériques basées sur Internet sont cruciales pour l'inclusion économique et financière. L'expérience de l'Inde montre que l'expansion rapide de l'Internet mobile crée des opportunités d'emploi, de création de valeur et de croissance dépassant de loin les retours sur investissement pour les investisseurs. Certains de ces avantages supplémentaires peuvent être capturés par une intégration avancée dans les opportunités de services numériques qui s'ouvrent avec l'expansion et la mise à niveau de l'Internet mobile (en termes de vitesse).

Oui, les investissements initiaux sont substantiels et les rendements peuvent ne pas être réalisés avant de nombreuses années. Reliance est une grande société énergétique rentable qui a utilisé ses ressources pour financer des investissements à long terme dans l'Internet mobile, ouvrant la voie à l'expansion rapide de Jio Platforms. Ce modèle, qui n'a pas nécessité d'investissements publics importants, ne fonctionnera probablement pas partout.

Néanmoins, l'argument en faveur du soutien et de l'investissement publics dans le déploiement rapide de l'Internet mobile semble extrêmement fort. Avec les incitations appropriées, il représente une opportunité majeure pour parvenir à une croissance plus inclusive, étant donné les avantages économiques, sociaux et de développement plus larges.

L'expérience de l'Inde (ainsi que celle d'autres pays) montre qu'un accès Internet mobile relativement haut débit et abordable est l'atout essentiel pour créer de nouveaux écosystèmes économiques au sein desquels l'innovation, l'activité entrepreneuriale et des services élargis aux consommateurs peuvent émerger et prospérer. Des centaines de millions d'Indiens bénéficient déjà de ces externalités positives et dynamiques.

Les décideurs d'autres pays en développement devraient en prendre note. Dans un sens, l'Internet mobile n'est pas différent des investissements d'infrastructure traditionnels qui créent des effets de développement positifs et dynamiques en augmentant les rendements d'un large éventail d'investissements privés. Les expériences chinoises et indiennes les plus récentes montrent que les moteurs de croissance activés par le numérique sont extrêmement puissants et peuvent être introduits plus rapidement et à des niveaux de revenu par habitant inférieurs à ce que l'on aurait pu penser auparavant.

Par Michael Spence

Lauréat du prix Nobel d'économie, professeur émérite d'économie et ancien doyen de la Graduate School of Business de l'Université de Stanford



Lu 1996 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 19 Janvier 2022 - 00:08 Anasse Kazib vu par une militante

Dimanche 16 Janvier 2022 - 18:05 Formation et enjeux de la compétitivité