Le syndrome de la coupe du monde


Libé
Jeudi 1 Décembre 2022

Le syndrome de la coupe du monde
Sport le plus populaire au monde, le football («soccer» pour les Américains) est souvent un pilier de l'identité nationale et une source de fierté collective. C'est pourquoi la Coupe du monde de la FIFA peut déclencher des émotions intenses comme aucun autre méga-événement sportif ne le peut. Le tournoi de cette année au Qatar n'est pas différent.

La Coupe du monde 1998, qui s'est déroulée en France, est instructive. Une étude de 2012 a identifié une baisse significative du taux de suicide en France pendant le tournoi d'un mois et une diminution spectaculaire de 19,9% dans les jours suivant les matchs de l'équipe de France.

La France a finalement remporté cette coupe, mais son équipe n'a pas besoin de gagner pour provoquer une réaction émotionnelle. Une étude de 2015 a révélé un changement substantiel dans le rapport des naissances entre hommes et femmes neuf mois après les jeux de 2010 en Afrique du Sud, ce qui, selon les chercheurs, était le résultat d'une augmentation de l'activité sexuelle pendant le tournoi. Et au Brésil, les crises cardiaques ont augmenté lors des Coupes du monde de 1998, 2002, 2006 et 2010, en particulier les jours où l'équipe brésilienne jouait.

De même, plusieurs études ont montré que les tournois internationaux de football peuvent affecter de manière significative les marchés. Une étude de 2016 a révélé que les performances de l'équipe italienne ont influencé les rendements des marchés boursiers nationaux. Les victoires sportives au niveau national, ont conclu les auteurs, peuvent produire un sentiment d'euphorie chez les investisseurs. Les pertes, en revanche, ont tendance à déprimer les investisseurs, en particulier les investisseurs de détail non institutionnels.

Une autre étude a montré que les pertes ont tendance à avoir un impact négatif plus important sur les marchés boursiers dans les pays où les équipes nationales sont relativement plus performantes, comme l'Espagne et le Royaume-Uni. Dans les pays avec des équipes modérément performantes, comme le Chili et la Turquie, l'appétit des traders pour le risque a augmenté après une victoire.

Les attentes peuvent avoir quelque chose à voir avec cela. Il est possible, ont conclu les auteurs de cette dernière étude, que les pertes aient eu un effet plus important sur l'Espagne et le Royaume-Uni parce que les fans de football locaux s'étaient habitués à ce que leurs équipes nationales gagnent.

En d'autres termes, plus vous vous attendez à ce que votre équipe perde, plus elle vous remontera le moral lorsqu'elle gagnera, et vice versa. A en juger par leurs folles célébrations, les Saoudiens ont clairement été acclamés par la superbe victoire de leur équipe sur l'Argentine.

Le football peut également avoir un effet positif sur les perceptions économiques. Une étude de 2006, basée sur des sondages téléphoniques menés le lendemain de chaque match disputé par l'équipe nationale allemande lors de la Coupe du monde de cette année-là, a révélé que les performances meilleures que prévu de l'équipe renforçaient la confiance des Allemands. Selon les auteurs, ces résultats confirment que les facteurs psychologiques sont à l'origine d'une grande partie de l'activité économique.

Le principal partisan de ce point de vue était l'économiste britannique John Maynard Keynes, qui a anticipé l'effet sur le marché du comportement de la foule, notant qu'«il peut souvent profiter aux plus sages d'anticiper la psychologie de la foule plutôt que la tendance réelle des événements et de singer la déraison».
 
L'observation de Keynes selon laquelle les spéculateurs financiers avertis pourraient profiter de l'irrationalité du marché motivée par la psychologie de la foule est étayée par une étude de 2010 qui a examiné l'effet de la Coupe du monde sur le marché boursier américain.

Bien que personne ne puisse prédire le résultat de chaque match de football, les auteurs ont identifié une tendance constante que les investisseurs avertis pourraient exploiter : parce qu'une grande partie des investisseurs dans un pays donné détiennent des actions américaines, l'effet négatif sur ce marché est plus prononcé. Le rendement moyen du marché américain pendant la Coupe du monde, ont-ils constaté, a diminué de 2,6%, contre une augmentation moyenne de 1,2% au cours de périodes comparables. A mesure que le nombre de pays perdants augmente, l'effet global sur le marché boursier américain augmente, ce qui entraîne un ralentissement du marché.

Compte tenu de cette tendance, les investisseurs avisés pourraient vouloir réduire leur exposition aux actions américaines pendant la période de la Coupe du monde de la FIFA.

Mais si de nombreux investisseurs adoptent cette stratégie et réduisent simultanément leur exposition aux actions américaines, une baisse du marché pourrait devenir une prophétie auto-réalisatrice. Une autre possibilité consiste à vendre des actions à découvert juste avant le début des jeux, mais cela ne ferait qu'aggraver les baisses de prix et pourrait même précipiter des baisses antérieures.

Il est peu probable que l'irrationalité du marché induite par la Coupe du monde disparaisse de sitôt. La raison en est que les fans de football sont tristement insensibles au fait indiscutable que quelles que soient les équipes que vous soutenez, et quel que soit leur succès, elles perdront toutes inévitablement à long terme.

Mais lorsque votre équipe réussit l'impossible, comme le Japon l'a fait lorsqu'il a battu l'Allemagne et l'Arabie saoudite, l'euphorie qui s'ensuit fait que toutes ces décennies d'humiliation en valent la peine. C'est cet espoir d'un miracle face à de longues probabilités qui motive les fans de sport, les investisseurs, les électeurs et ceux qui envisagent d'avoir des enfants ou de se fiancer pour se marier. Rien de tout cela n'est rationnel. Mais cela fait partie de ce qui rend la vie aussi belle que le "beau jeu".

Par Raj Persaud
Psychiatre et auteur de The Mental Vaccine for COVID-19  (Amberley Publishing, 2021)


Lu 3609 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 23 Décembre 2022 - 17:00 Le changement climatique nous rend malades