Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le soutien aux grains loin d’être une solution miracle

Les problèmes du marché local des légumes sont ailleurs


Hassan Bentaleb
Jeudi 26 Octobre 2023

Le soutien aux grains loin d’être une solution miracle
« C’est de la poudre aux yeux», c’est ainsi qu’Abderrazak Chabi, secrétaire général de l'Association du marché de gros des fruits et légumes de Casablanca (AMGFLC), a commenté la mesure destinée à soutenir les graines de tomates, d’oignons et de pommes de terre et dont l’objectif est de faire face à la régression de la production et à la hausse des prix afin de garantir une offre suffisante au niveau du marché local.  Pour lui, la solution de soutien des graines ou  l’élargissement des surfaces cultivées sont loin de répondre à un problème profond.

Le problème est ailleurs

«Le problème est ailleurs et je me demande comment le gouvernement a pu penser à cette mesure. Est-ce qu’il a au moins  consulté les professionnels du secteur ? En fait, la question de la hausse des prix est liée à des facteurs plus compliqués», nous a-t-il indiqué. Et d’expliquer: «Il y a  d’abord les facteurs méotrologiques. La hausse des températures lors de cet été, la sécheresse qui sévit depuis trois ans et la tempête Bernard qui a touché notre pays dernièrement ont fortement impacté la production desdits légumes.  Il y a également des facteurs ou plutôt des failles réglementaires  comme c’est le cas pour la loi de libéralisation des prix qui suscite jusqu’à aujourd’hui la polémique sur sa mise en œuvre.

En effet, cette loi n’a pas d’impact positif sur la gestion des prix puisque aujourd’hui les prix à l’extérieur du marché du gros ne reflètent pas ceux pratiqués à l’intérieur du marché. Il faut prendre également en compte la question des prix des carburants qui s’envolent alors que la culture des tomates et des pommes de terre se base sur le gaz butane sans parler des carburants destinés au transport de cette production vers les marchés et qui coûtent cher aujourd’hui ».

Un  problème de taille

Pourtant, notre interlocuteur estime que le véritable hic  demeure celui de l’exportation de ces légumes vers l’étranger. « Nous sommes face à un  problème de taille qui ne sera pas résolu du jour au lendemain tant qu’on a des individus qui jouent avec la sécurité alimentaire du pays et de la paix sociale. Nous avons des responsables qui sont indifférents à ces problématiques», a-t-il souligné. Et de poursuivre: «Il n’y a pas de vraie volonté politique pour préserver le marché local de spéculations et de garantir des produits de qualité compatibles avec le pouvoir d’achat de nos concitoyens. C’est inacceptable que le citoyen paye aujourd’hui un kilo de tomate à 12 DH ou un kilo de pommes de terre à 10 DH.

S’il est vrai que le gouvernement a donné ses instructions pour arrêter l’exportation, il n’en demeure pas moins que ses instructions sont restées lettre morte puisqu’il n’y a pas de contrôle ni de suivi de ces consignes. En effet, les spéculateurs cherchent à éviter d'interdire ou de restreindre les exportations d'un certain nombre de produits, une décision qui incluait les tomates la saison dernière, mais qui est toujours en vigueur pour les oignons et les pommes de terre et arrivent toujours à trouver une issue».

Dysfonctionnements et défaillances

Des dysfonctionnements et des défaillances qui ont été observés par  le Conseil économique social et environnemental (CESE) qui appelle à réorganiser les circuits de commercialisation des produits agricoles afin de limiter la spéculation des intermédiaires.
Ses experts affirment que les mesures d’urgence prises par l’exécutif n’ont pas suffi à «résorber le renchérissement des prix des produits alimentaires dans un contexte marqué notamment par la persistance de la tendance haussière des prix des intrants agricoles et des produits phytosanitaires».

Car, selon eux, la situation actuelle relève d’un problème structurel, notamment l’absence de cadre de gouvernance global du processus de commercialisation des produits agricoles entraînant plusieurs insuffisances en matière d’organisation des marchés des produits agricoles (marchés de gros et souks hebdomadaires) et la prédominance des circuits parallèles de commercialisation (vente informelle). «Une intermédiation excessive et peu contrôlée qui favorise la spéculation et la multiplication des intervenants, pénalise le producteur, impacte la qualité des produits en rallongeant les circuits de distribution et partant, renchérit le prix de vente final au consommateur. Le prix d’un produit peut, parfois, tripler ou quadrupler avant d’arriver au consommateur», dénoncent les membres du conseil.

Une situation qui a la peau dure

Un état des lieux qui risque de s’aggraver davantage puisque les prix des fruits et légumes poursuivront leur envol au cours des semaines prochaines selon Lahoucine  Aderdour, président de la Fédération interprofessionnelle marocaine de la production et de l’exportation de fruits et légumes (FIFEL).

Dans une déclaration au site Telquel, il a affirmé que ces augmentations de prix sont liées aux conditions climatiques exceptionnelles qui ont touché le pays les 13 et 14 août dernier, avec des températures atteignant 53 degrés, causant ainsi des dommages considérables aux cultures.  A ce propos, le président de la FIFEL a affirmé que les prix des fruits et légumes continueront d’augmenter sur le marché local pendant au moins un mois et demi, voire plus, si les températures élevées persistent au Maroc.


Lu 1024 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020











Flux RSS
p