Le sort des écoles publiques en Afrique


Libé
Jeudi 15 Décembre 2022

Le sort des écoles publiques en Afrique
La pandémie de Covid-19 a mis à nu les vastes inégalités systémiques d'accès et d'opportunités dans les systèmes éducatifs du monde entier.
Alors que les fermetures d'écoles et le passage à l'enseignement à distance ont fait des ravages sur des centaines de millions d'écoliers, les écoles publiques sous-financées en Afrique ont été les plus durement touchées.

La nécessité est peut-être la mère de l'invention, mais il est pratiquement impossible d'innover et de progresser sans ressources ou infrastructures suffisantes.

Le Lesotho, petit pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure d'Afrique australe, en est un bon exemple. Selon un récent rapport des Nations unies, seuls 83% des enfants du pays ont pu retourner à l'école depuis la reprise des cours en présentiel.

Dans un pays comme le Lesotho, où près de 40 % de la population a moins de 18 ans et où seulement quatre enfants sur dix sont inscrits dans l'enseignement secondaire, cela équivaut à une crise de grande ampleur qui menace d'inverser des décennies de progrès en matière de résultats d'apprentissage et d'accès à l'éducation de qualité.

Entre avril et août 2020, Human Rights Watch a mené 57 entretiens à distance avec des élèves, des parents, des enseignants et des fonctionnaires à travers l'Afrique sur les effets de la pandémie sur l'éducation. Lorsque les écoles ont fermé au début de la pandémie, de nombreux enfants ont effectivement cessé d'apprendre.

Beaucoup d'entre eux partageaient des sentiments de stress, d'anxiété, d'isolement et de dépression en raison du manque de contact avec leurs amis et leurs enseignants à l'école. Certains enfants vivant dans l'extrême pauvreté se sont vu refuser l'accès non seulement aux possibilités d'éducation mais aussi aux repas scolaires gratuits, ce qui a entraîné la malnutrition.

L'éducation des filles a également subi des revers importants, car de nombreuses étudiantes étaient censées effectuer des tâches ménagères au lieu d'apprendre.

Mais ceux qui sont inscrits dans les écoles publiques ont le plus souffert, car la pandémie a exacerbé les disparités existantes entre l'enseignement privé et public à travers le continent.
Un enseignant d'une école primaire publique rurale a déclaré à Human Rights Watch que son école ne disposait pas d'ordinateurs et que les enseignants n'avaient pas les compétences informatiques nécessaires pour rendre l'apprentissage à distance efficace. Une administratrice de laboratoire d'une école privée, en revanche, a déclaré que tous ses élèves utilisaient des services numériques comme Google Classroom avant même la pandémie.
Alors que les élèves et les enseignants de son école ont rencontré diverses difficultés liées à l'apprentissage à distance, tous ont réussi à suivre le rythme de leurs travaux scolaires. Son école, a-t-elle ajouté, a même développé une plateforme d'apprentissage personnalisée qui permet aux enseignants d'interagir avec les élèves et de passer des examens en ligne.

La transition vers l'apprentissage à distance a été difficile pour les ménages les plus pauvres comme pour les plus aisés. Même les parents férus de technologie pensent souvent que l'apprentissage à distance est inefficace. La plupart des parents croient en l'importance de l'interaction physique entre les élèves et les enseignants, attendent des commentaires de l'enseignant sous la forme de devoirs notés pour évaluer les progrès de leurs enfants et assistent aux réunions scolaires pour rencontrer les enseignants en personne.

Mais alors que les élèves les plus riches connaissaient la technologie, avaient des ordinateurs et des téléphones portables à la maison et avaient accès à des laboratoires informatiques et à Internet haut débit à l'école, les élèves issus de familles à faible revenu dans les écoles publiques rurales manquaient de compétences techniques de base.

Le coût élevé des données mobiles est l'un des plus grands obstacles à l'apprentissage à distance en Afrique. Les écoles étant fermées, de nombreux enfants sans ordinateur à la maison comptaient sur les téléphones portables de leurs parents pour assister aux cours, mais certains parents ont refusé, invoquant des coûts de données élevés et un stockage limité. D'autres n'avaient pas les moyens d'acheter un smartphone. Mais même les parents les plus riches avec des enfants dans des écoles privées ont eu du mal à faire face à une utilisation accrue des données, car la pandémie a également réduit leurs revenus.

De plus, le manque d'accès Internet fiable a rendu l'enseignement synchrone extrêmement difficile, voire impossible. Les pépins et les problèmes de connectivité ont souvent compromis l'apprentissage des élèves, et les enseignants ont eu du mal à s'assurer que les élèves étaient attentifs et comprenaient le matériel.

Les prix exorbitants des données sont un problème à l'échelle du continent qui affecte négativement l'apprentissage à travers l'Afrique. Pour y remédier, les gouvernements doivent obliger les fournisseurs de téléphonie mobile à baisser leurs prix et à proposer des forfaits de données à prix réduit aux étudiants et aux enseignants. Alternativement, les gouvernements pourraient accorder des subventions aux entreprises désireuses de fournir aux écoliers et à leurs parents des données et des appareils gratuits.

L'apprentissage à distance est devenu une partie intégrante de l'éducation, et les services de vidéoconférence comme Zoom sont susceptibles de rester, quelles que soient les crises de santé publique.

Il est essentiel de développer des systèmes de gestion de l'apprentissage qui permettent aux enseignants de dispenser efficacement les cours, d'impliquer les élèves pendant les activités de classe et de fournir des outils accessibles pour évaluer leurs progrès. Les enseignants doivent également devenir plus aptes à utiliser ces nouvelles plateformes.

Pour atteindre l'Objectif de développement durable pour l'éducation (ODD4) des Nations Unies, qui vise à « assurer une éducation inclusive et équitable de qualité et à promouvoir des opportunités d'apprentissage tout au long de la vie pour tous », les gouvernements africains doivent s'attaquer aux inégalités en matière d'éducation exacerbées par la pandémie. Mais d'abord, les décideurs doivent fournir les ressources nécessaires pour créer des environnements d'apprentissage sûrs et équitables pour tous les élèves, qu'ils fréquentent une école privée ou publique.

Par Palesa Libe
Co-fondatrice de l'ONG Green Tech, formatrice et ambassadrice de l'Africa Code Week au Lesotho


Lu 1350 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 23 Décembre 2022 - 17:00 Le changement climatique nous rend malades