Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le ruban jaune de Guardiola




Le ruban jaune de Guardiola
Pep Guardiola, l'entraîneur de Manchester City sous le coup d'une procédure disciplinaire, a fait fi de la Fédération anglaise (FA) en arborant un ruban jaune de soutien aux dirigeants de la Catalogne emprisonnés, à Wembley lors de la finale de la Coupe de la Ligue face à Arsenal, dimanche.
Vendredi, la FA a ouvert une procédure disciplinaire contre Guardiola pour le port d'un symbole politique en faveur de l'indépendance de la Catalogne. Depuis la fin de l'année dernière, le Catalan arbore un ruban jaune à chaque match et conférence de presse en soutien à quatre responsables catalans emprisonnés en Espagne.
"Si j'ai enfreint les règles, j'accepte l'amende", a assuré Guardiola, à l'issue de la victoire de son équipe contre Arsenal (3-0).
"Mais je suis humain et il y a quatre hommes en prison pour sédition. Ils n'ont pas utilisé d'arme à part le vote. Ils seront toujours avec moi. Il ne s'agit pas de politique, mais de démocratie", a continué le technicien.
"Avant d'être un entraîneur, je suis un humain. En Angleterre, vous savez ce que Ça veut dire. Vous avez eu le Brexit, vous avez laissé l'Ecosse faire un réferendum (d'indépendance)", a-t-il continué.
"Mon comportement n'est pas irrespectueux envers qui que ce soit", a-t-il estimé, ajoutant qu'il continuerait à porter le ruban "quoi qu'il arrive", peu importe la sanction imposée par la FA.
Dans un communiqué, la FA avait souligné que le port de ce ruban à caractère politique contrevient à son règlement. "Il a jusqu'à lundi 5 mars 18H00 GMT pour s'expliquer", ajoute-t-elle.
Guardiola, né à Santpedor, en Catalogne, a passé la majeure partie de sa carrière de joueur et d'entraîneur à Barcelone, la capitale de la région séparatiste.
En décembre, il avait expliqué porter le ruban jaune, symbole de la demande de libération des séparatistes emprisonnés, parce qu'il trouvait leur sort "injuste".
"S'ils veulent me suspendre (pour cela) --l'UEFA, la Premier League, la Fifa-- OK", avait-il ajouté, soulignant que pendant ce temps "d'autres personnes sont en prison".

 

Mardi 27 Février 2018

Lu 358 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés