Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le petit Rayan a rendu l’âme au grand dam de tout un pays


H.T
Lundi 7 Février 2022

Le communiqué du Cabinet Royal (voir encadré) publié suite au décès du petit Rayan après d’inestimables efforts pour lui sauver la vie en dit long sur l’affliction de tout un pays.
Rayan est mort. C’est la fin tragique d’une histoire qui a provoqué l’émoi aux quatre coins de la planète. En effet, l'épreuve du petit Rayan a suscité énormément de sympathie et de solidarité sur les réseaux sociaux. Son drame a dépassé les frontières marocaines pour devenir l’affaire des médias et de l’opinion publique mondiale.
 
Une chute mortelle
Rayan était âgé de cinq ans. Il est tombé mardi 1er février dans un puits de 32 mètres de profondeur et 45 centimètres de diamètre que son père était en train de réparer près de la maison familiale, située à Ighrane, non loin de Bab Berred, dans la province de Chefchaouen. Les circonstances exactes de sa chute restent floues. A souligner que le village  d’Ighrane compte plusieurs puits profonds dont une grande partie a été couverte.

Durant cinq jours, des secouristes ont travaillé jour et nuit pour sauver l'enfant de cinq ans. Une mission impossible vu la nature du lieu de l’accident et sa topographie. En effet, l’enfant est tombé dans un puits asséché de 32 m de profondeur ne mesurant que 45 cm de large au sommet, et qui se rétrécissait davantage vers le fond, ce qui rendait impossible une descente directe des secouristes.
 
Mission impossible
Les secouristes ont bien pensé à élargir le diamètre du puits, mais le risque d’éboulement était trop grand. Il a donc fallu creuser autour du puits. D’abord en vertical, à l’aide de pelleteuses, pour atteindre le niveau du fond du puits. Puis en horizontal, pour créer une brèche de 3 m entre le trou et le puits afin de récupérer l’enfant.

Le forage manuel de ce tunnel horizontal avançait lentement en raison des risques d'éboulement, renforcés par la nature du sol sur le lieu de l'incident, certaines zones étant rocheuses, d'autres très sableuses. Les sauveteurs ne creusaient que 20 centimètres par heure, afin d’éviter un effondrement fatal pour l'enfant et les secouristes.

Plusieurs fois, les travaux ont dû être interrompus notamment lors de la phase finale de cette opération. La friabilité du sol et la nature de la géologie du site imposaient la prudence. Plusieurs experts ont insisté sur le fait qu’il s’agissait d’une opération très sensible puisque les secouristes devaient sécuriser la partie inférieure de la cavité avant d’envoyer une équipe spéciale ayant pour mission de creuser un trou d’environ 4 mètres à l’horizontal, afin d’atteindre l’emplacement où se trouve Rayan tout en prenant en considération de ne pas mettre la vie des équipes de secours en danger.
 
Fin tragique
Tout au long de cette épreuve, Rayan a été surveillé par une caméra envoyée au fond du puits.  Il apparaissait affaibli et blessé allongé sur le côté et le dos, mais toujours en vie. Un tube d’oxygène et de l’eau avaient pu lui être acheminés pour qu’il puisse respirer et s’alimenter. Cependant, il était impossible de déterminer son état. Au quatrième jour, le chef de la Protection civile sur place a affirmé  que «Rayan ne boit pas et ne mange pas, et qu’il est possible qu’il soit dans le coma», avant d’ajouter que «l’espoir n’est pas perdu et que l’image des caméras à disposition n’est pas tout à fait claire». Il a fallu attendre le cinquième jour pour que le corps sans vie du petit garçon soit finalement extrait du puits vers 22 heures, via le tunnel creusé par les sauveteurs et c'est le Cabinet Royal qui a annoncé le décès.
 
Sympathie et solidarité
L'épreuve du petit Rayan a suscité énormément de sympathie et de solidarité sur les réseaux sociaux. En effet, l’affaire Rayan est devenue incontournable.  Sur Twitter, le hashtag #sauvezrayan (en arabe) figurait parmi les principales tendances. Des artistes, des sportifs, des personnalités publiques et autres ont également  affiché leur solidarité sans parler des habitants de la région qui ont été si nombreux sur le lieu de l'accident, ce qui a entravé parfois le travail des équipes de secours.

Le drame de Rayan a également donné naissance à des héros (volontaires, secouristes,  éléments des forces de sécurité,…) qui n’ont ménagé aucun effort pour sauver le petit Rayan. Parmi ces héros, il y a «Ba Ali Sahraoui» qui est devenu en quelques heures le héros de cette gigantesque opération de sauvetage. Venu en renfort aux équipes des secouristes, Ba Ali est arrivé sur les lieux avec ses hommes, armé de sa grande expérience en forage de puits mais aussi de son courage et son sens d’engagement. Creusant jour et nuit, ce Sahraoui, originaire du Sud oriental, a fait preuve d’un grand savoir-faire et surtout d’abnégation. Ba Ali n’est pas apprécié uniquement à Ighrane. Sur la Toile, ses photos sont devenues virales. Un hashtag a été lancé en son nom. Pour les internautes, le représentant du Maroc profond, avec ses moyens limités, son expérience acquise sur le terrain après de longues années de dur labour, son sens d’engagement, sa débrouillardise, son don de soi... est devenu la représentation vivante d’un Marocain authentique, «Weld Cha3b» qui ne se laisse jamais démonter par les épreuves.

H.T


Lu 565 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020











Flux RSS
p