Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le parti d’opposition algérien RCD dénonce une stratégie de “mise au pas” de la société


Libé
Dimanche 19 Février 2023

Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), un parti d'opposition en Algérie, a dénoncé une stratégie "de mise au pas" de la société dans ce pays, à travers le musèlement des libertés individuelles et collectives.

Dans un communiqué, relayé par les médias, sanctionnant une réunion de son secrétariat national, le RCD a mis en garde contre la volonté affichée du pouvoir "de mettre fin définitivement à tous les contres pouvoirs garants d'un bon fonctionnement démocratique", en prenant l’option de "l’instauration d’un système politique érigé sur la menace, l’abus, la répression et l’emprisonnement".

Le RCD a déploré, également, "la privatisation des institutions de l'Etat en vue de leur instrumentalisation dans la répression et les dénis des droits en Algérie", estimant que le pays n’arrive toujours pas à concrétiser une avancée sur le plan de l’exercice démocratique et la garantie de l’effectivité des libertés fondamentales".

Pour le parti, cette situation est imputable à "un pouvoir de fait préoccupé par sa survie (et qui) est en passe de privatiser les institutions de l’Etat à travers des stratagèmes dangereux pour notre pays, en vue de leur instrumentalisation dans la répression et les dénis des droits". "Militants politiques et associatifs, journalistes, hommes de culture, citoyens…, personne n’échappe à la machine répressive", a dénoncé la même source, relevant que les convocations aux brigades et commissariats, les intimidations contre les syndicalistes, les interdictions arbitraires de sortie du territoire, les arrestations et les emprisonnements sont la marque de la "nouvelle Algérie". Le parti estime que ces agissements, d’"un autre âge", ne feront que fragiliser l’Etat et ses institutions et exposera davantage l’Algérie aux bouleversements géopolitiques en cours. En outre, le RCD a mis l’accent sur la gestion des affaires courantes de l’Algérie par le gouvernement, regrettant "cette fragilité institutionnelle traduite par les réactions de conjonctures et à consommation interne".

Il dénonce "une loi de finance scélérate et des décisions intempestives et populistes qui accentuent la détresse des citoyens et plongent leur vie socio-économique dans une spirale infernale faite de pénuries, de flambées des prix des denrées alimentaires, d’interdictions tous azimuts".



Lu 933 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 24 Février 2024 - 13:28 En avant toute !

Samedi 24 Février 2024 - 08:47 Femmes et avenir du socialisme

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020












Flux RSS
p