Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le ministère de la Santé optimiste sur la situation épidémiologique

Le variant indien préoccupant mais pas tant que ça pour l’OMS



Tout en occultant le variant indien, détecté le 3 mai à Casablanca, le ministère de la Santé, par la voix d’Abdelkrim Meziane Bellefquih, chef de la division des maladies transmissibles à la direction de l'épidémiologie et de lutte contre les maladies, s’est félicité des effets positifs des mesures sanitaires mises en place par l’Exécutif à l’aube du mois sacré de Ramadan. Avec une baisse de l’ordre de 19,5% des cas d'infection au nouveau coronavirus enregistrés lors des quatres dernières semaines, la tendance est effectivement à l’optimisme. D’autant qu’elle concerne neuf des douzes régions du Royaume : Guelmim-Oued Noun (-50%), l’Oriental (-43,3%), Rabat-Salé-Kénitra (-33,7%), DakhlaOued Eddahab (-29%), Marrakech-Safi (-23,1%), Casablanca-Settat (-21.1%), Béni Mellal-Khénifra (-18,2%), Draa-Tafilalet (-8,7%) et enfin Tanger-TétouanAl Hoceima (-6,7%). Le cas de Casablanca-Settat, région la plus peuplée du pays, est révélateur d’une propagation du virus au ralenti comme en témoigne le taux de reproduction qui “a connu une baisse significative en se stabilisant en fin de semaine dernière à 0.90” d’après Abdelkrim Meziane Bellefquih. Résultat, le nombre de cas actifs a dégringolé (-31,7%), passant de 5.109 cas il y a deux semaines, à 3.878, lundi. Plus important encore, les cas critiques ou sévères admis aux unités de soins intensifs ont baissé de 20% (279 cas). Si le taux de létalité (1,8%) est un peu moins élevé que la moyenne mondiale (2,1%), 9.077 citoyennes et citoyens ont tout de même succombé au Sars-Cov2 depuis le début de l’épidémie au Maroc, le 3 mars 2020. Apprendre de nos erreurs passées pour sauver des vies doit être une priorité commune. La responsabilité de tous est engagée en temps de pandémie. Mais tout le monde ne tire pas dans le même sens. Les situations de trois régions du pays sont pour le moins préoccupantes. Il s’agit de Souss-Massa (+23%), LaâyouneSakia El Hamra (+28.8%) et Fès-Meknès (+40%). D’où les rumeurs concernant un renforcement des mesures préventives. Rumeurs démenties par les autorités. Au vrai, un serrage de vis ne serait pas superflu. Certes, tous les indicateurs sont au vert, mais il est tout de même étonnant que le variant indien n’inquiète pas plus que ça les autorités sanitaires. Une attitude qui tranche avec celle de l’Organisation mondiale de la santé. Le B.1.617, variant du nouveau coronavirus, doublement mutant, a été classé comme «préoccupant» par l’organisation onusienne. Si l’on en croit la docteur Maria Van Kerkhove, responsable technique de la lutte contre la Covid-19 au sein de l'OMS, «il y a des informations selon lesquelles le B.1.617 est plus contagieux mais aussi des éléments qui permettent de penser qu'il présente un degré de résistance aux vaccins”. Ainsi, le variant indien semble être une véritable bombe à retardement. Alors que la campagne de vaccination nationale avance à grands pas, comptant 5.903.593 Marocains vaccinés partiellement et 4.414.056 ayant reçu deux doses, la menace que fait planer le variant indien sur les efforts considérables déployés par le Royaume dans cette campagne suffit à elle seule pour nous inciter à redoubler de vigilance. Pour le moment “ rien ne suggère que nos diagnostics, nos médicaments et nos vaccins ne marchent pas. Et ça c'est important», rassure la responsable de l'OMS. Poursuivant son numéro d’équilibriste hors pair, la docteur Maria Van Kerkhove prévient : “Nous allons continuer à voir des variants préoccupants et il faut faire tout ce qui est possible pour limiter la transmission, les infections, prévenir la contagion et réduire la gravité de la maladie” Un coup, le variant indien résiste au vaccin, un coup, il n’en est rien. A l’évidence, l’Organisation mondiale de la santé n’est sûre de rien. Sa communication prudente est symétrique à ce qu’elle doit être. A la différence du Maroc qui a clairement choisi de surfer sur le vent d’optimisme nourri par les récents indicateurs épidémiologiques. 

Tayeb Hamdi : Un assouplissement progressif des mesures restrictives est désormais possible

L' assouplissement progressif et contrôlé des mesures restrictives est désormais possible grâce à l'amélioration de la situation épidémiologique et à l'avancement de la campagne nationale de vaccination anti-Covid-19, a estimé le médecin et chercheur en politique et systèmes de santé, Tayeb Hamdi. Dans une analyse de la situation épidémiologique du Royaume, M. Hamdi a indiqué que le Maroc est apte à entamer après Aid El Fitr, un allégement progressif, contrôlé et contrôlable des mesures territoriales restrictives, afin de permettre un retour à une vie sociale, économique et commerciale plus souple, dans le plein respect des mesures préventives individuelles et collectives et dans l’attente de l'immunité collective. L'expert énumère cinq facteurs qui dictent la prise de telle décision, à savoir la situation actuelle, les risques potentiels, la résilience du système de santé, le comportement des citoyens ou encore la capacité du pays à affronter le risque d’une situation épidémiologique incontrôlable et de ses conséquences. Le spécialiste met en garde contre les comportements irresponsables ayant entraîné dans certains pays des catastrophes épidémiques, appelant à éviter les rassemblements dans les endroits clos, à se désinfecter régulièrement les mains, à respecter la distanciation sociale et à porter un masque de protection. "L’assouplissement des mesures est désormais nécessaire pour donner plus d'oxygène à la vie sociale, à l'économie, à l'activité touristique et à la sauvegarde des secteurs les plus touchés, et ce, dans une vision et des mesures garantes d’une amélioration de la situation épidémique et évitant sa dégradation", a indiqué le chercheur. A cet effet, il estime qu'un allègement des mesures pourrait débuter après Aïd El Fitr, notant que l’assouplissement doit s’opérer dans la progressivité, notamment en termes d'activités et d’horaires, tels que la réouverture des cafés et restaurants jusqu'à 21 heures (GMT+1) dans un premier temps, puis plus tard. La surveillance épidémiologique, la vigilance génomique et l'adaptation des procédures aux réalités régionales et locales, sont autant de points à prendre en compte pour un assouplissement réussi, a-t-il souligné. Le Royaume peut entamer un assouplissement progressif et prudent des mesures barrières en attendant d’atteindre l’immunité de groupe, sans pour autant mettre la vie des citoyens en danger ou de dégrader la situation épidémique du Royaume ce qui, "empêcheraient de récolter les fruits de mois de patience et d'efforts, ou de profiter d'une saison estivale normale ou presque, dans le respect des mesures individuelles, avec peu de mesures restrictives", a-t-il conclu

Chady Chaabi
Jeudi 13 Mai 2021

Lu 344 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >


Flux RSS