Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le coup de fouet post-pandémique attend les pauvres du monde



Le coup de fouet post-pandémique attend les pauvres du monde
Le monde est actuellement transpercé par la deuxième vague de la pandémie de Covid-19 qui traverse de nombreuses régions, en particulier l'Asie, l'Afrique et l'Amérique du Sud. Mais, concentrés comme nous le sommes sur la crise de santé publique, nous risquons de négliger les problèmes économiques liés à la pandémie qui pourraient affliger les pays en développement longtemps après le retrait de la vague.

Au niveau mondial, le Fonds monétaire international a mis en garde contre une «grande divergence», selon laquelle les pays riches se redressent fortement tandis que d'autres pataugent. Des données récentes suggèrent que plusieurs économies avancées, notamment les Etats-Unis, et quelques pays en développement, comme le Vietnam, la Thaïlande et le Bangladesh, semblent sortir de la crise et pourraient croître plus rapidement qu'avant la pandémie. Mais de nombreuses économies émergentes et pays à faible revenu sont susceptibles de languir pendant longtemps.

Une grande divergence est visible même au sein des économies. La pandémie a puni des secteurs tels que l'hôtellerie, les voyages et le tourisme, et en a stimulé d'autres comme les produits pharmaceutiques, les plateformes numériques et les technologies de réseautage. Il n'est donc pas surprenant que de nombreux riches, y compris ceux qui maîtrisent bien les marchés boursiers, soient en fait mieux sortis de la crise, tandis que les pauvres en ont supporté le plus gros.

C'est là que réside le vrai danger. Contrairement à une pandémie qui met les riches et les pauvres en danger, le type de crise économique qui mijote actuellement dans une grande partie du monde en développement n'affecte pas autant les riches et ne fait donc pas la une des journaux et est facile à ignorer - c'est-à-dire jusqu'à ce qu'il puisse ne plus être ignoré.
Effectivement, les preuves de problèmes commencent à s'accumuler. Partout dans le monde, les économies émergentes font face à une dette croissante et certaines, comme la Zambie et l'Argentine, ont déjà fait défaut.

En 2020, l'économie de l'Amérique latine s'est contractée de 7,7% ; les Philippines et l'Inde ont été encore plus frappées, enregistrant des taux de croissance de -9,5% et -9,6%, respectivement. Et la Banque mondiale estime que la pandémie pourrait avoir poussé jusqu'à 40 millions de personnes en Afrique dans l'extrême pauvreté.

La vague actuelle de COVID-19 qui a commencé en Inde n'est devenue perceptible qu'à la fin du mois de mars. Bien que des données systématiques concernant son impact économique ne soient pas encore disponibles, des preuves anecdotiques brossent un tableau sombre. Selon le Center for Monitoring Indian Economy, les sept millions d'emplois perdus en avril ont fait grimper le taux de chômage national à 8%, après 6,5% en mars. De plus, le chômage des jeunes en Inde a déjà atteint un niveau record de 23,75% l'année dernière.

Les rapports réguliers de cadavres jetés dans le Gange et de vaisselle dans les petites villes indiennes indiquent la gravité tragique. Mais ce sont aussi des signes révélateurs d'une crise économique naissante. Pour les hindous, ne pas pouvoir acquérir des bûches et trouver un espace pour incinérer les morts est une situation désespérée. Ce n'est qu'en cas d'extrême pauvreté qu'ils abandonneraient cet effort et jetteraient des cadavres dans la rivière.

Un autre récit qui donne à réfléchir vient des deux femmes qui dirigent Nanritam, une ONG remarquable qui gère une école et un hôpital ophtalmologique dans une région reculée du Bengale occidental. Ils m'ont dit que l'inscription dans leur école était réduite à près de la moitié de son niveau normal.

En outre, la pandémie a contraint des milliers de danseurs tribaux de chhau et de chanteurs de jhumur de la région - dont le seul revenu régulier est de 1.000 roupies (14 dollars) par mois qu'ils reçoivent du gouvernement de l'État - à recourir à la mendicité. Lorsque Nanritam a récemment annoncé sa simple indemnité de secours habituelle pour les pauvres vivant autour de leur campus, l'ONG a été décontenancée par certains qui ont marché et pédalé sur des kilomètres pour l'obtenir.

Mais, mis à part ces preuves, les données officielles commencent également à faire apparaître des signes avant-coureurs. Le mois dernier, l'inflation des prix de gros en Inde a grimpé à 10,5%, le taux le plus élevé en 11 ans. Cela reflète l'inadéquation de l'offre et de la demande, qui, si elles ne sont pas corrigées rapidement, pourraient devenir une crise majeure, entraînant des déséquilibres macroéconomiques susceptibles d'affecter les flux commerciaux et financiers. L'Inde dispose d'une banque centrale hautement compétente, mais bon nombre des problèmes actuels du pays seront difficiles à résoudre par la seule politique monétaire, car ils découlent d'une mauvaise gouvernance.

L'Inde a donc un besoin urgent de plans d'action pour faire face à la crise. Les décideurs politiques devraient reconnaître que lorsque les produits de base tels que l'oxygène médical, les vaccins ou la nourriture sont rares, les interventions financières pures peuvent ne pas fonctionner, car les riches seront prêts à dépenser tout ce dont ils ont besoin pour obtenir ce dont ils ont besoin (et plus par mesure de précaution). Fournir aux pauvres un soutien en espèces pour s'assurer qu'ils peuvent répondre à leurs besoins essentiels de survie signifiera que le prix du bien augmentera jusqu'à ce que les riches aient ce qu'ils veulent. Les pauvres seront donc de retour à la case départ.

Nous voyons ce genre de problème à la fois au niveau micro et international, notamment avec les vaccins COVID-19. Alors que de nombreux pays riches achètent des doses pour se procurer d’importants stocks qui vont bien au-delà de leurs besoins de base, les pays pauvres, y compris une grande partie de l’Afrique, se retrouvent sans accès aux approvisionnements.

Par Kaushik Basu
Ancien économiste en chef de la Banque mondiale et conseiller économique en chef du gouvernement indien

Libé
Vendredi 28 Mai 2021

Lu 958 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >


Flux RSS