Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le constat d’échec onusien dans la désignation d’ un nouvel envoyé personnel au Sahara marocain



Le Secrétaire général de l'ONU ne dispose pas de tous les leviers pour la désignation d'un nouvel envoyé personnel pour le Sahara marocain, poste vacant depuis la démission de l'ancien président allemand, Horst Kohler, a déclaré le porte-parole du SG de l'ONU, Stéphane Dujarric. «Ce n'est pasle travail le plusfacile sur la liste des Nations unies.C'est un travail difficile», a affirmé Stéphane Dujarric en réponse à une question lors de son briefing quotidien avec la presse. Par ailleurs, le porte-parole a refusé d'imputer la responsabilité de la vacance de ce poste au Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres. «Le Secrétaire général s'est efforcé de pourvoir le poste, mais comme dans beaucoup de ces nominations, tous lesleviers ne sont pas entre ses mains, même s'il fait de son mieux», a-t-il indiqué. Commentant cette déclaration, Moussaoui Ajlaoui, expert associé à Ames-Center et spécialiste des questions africaines, a souligné qu’il s’agit là d’un constat d’échec de l’ONU et de son Secrétaire général, Antonio Guterres, qui, malgré ses efforts, peine à trouver un candidat au poste d’envoyé personnel pour le Sahara marocain. «Ce retard ne pose aucun problème au Maroc qui est présent dans son Sahara et accumule des succès diplomatiques», a affirmé Moussaoui Ajlaoui dans une déclaration à Libé, assurant que le Royaume reste ouvert à toutes les propositions du S.G de l’ONU. Mais, le chercheur marocain impute la responsabilité de ce retard à l’Algérie et aux pantins séparatistes. En effet, la situation politique intérieure en Algérie, qui est considérée comme la principale partie dans le conflit du Sahara, ne permet pas la nomination d’un nouvel envoyé personnel. En plus, le Polisario est lui-même responsable de cette situation quand il a refusé le nom de l’ancien Premier ministre roumain, Petre Roman,sous prétexte qu’il est proche de la position marocaine. Par ailleurs, ce spécialiste des affaires africaines a souligné que plusieurs envoyés personnels pour le Sahara ont échoué dans leur mission, estimant que la désignation d’un nouvel envoyé ne réglera pas le fond de la question du Sahara marocain. «La question fondamentale est que le Conseil de sécurité impose une solution politique sur la base du plan d’autonomie proposé par le Maroc depuis des années et qui a été soutenu par l’ONU. Cela pourrait débloquer la situation et produire un changement dans les négociations. Sans ce pas, c’est le statu quo total qui perdurerait dans cette région». Il convient de souligner que depuis 1997, quatre personnalités politiques ont été désignées comme envoyés personnels du Secrétaire général de l’ONU pour le Sahara et elles ont toutes jeté l’éponge. En effet, l'ancien Secrétaire d'Etat américain James Baker a rendu les clés en 2004 après avoir tenu la barre depuis 1997, le diplomate hollandais Peter Van Walsum a été poussé vers la porte en 2008 par Ban Ki-moon parce qu’il croyait que l’indépendance du Sahara est une chimère et que la seule issue viable et réaliste pour ce conflit est la solution politique. L’autre Américain à avoir officié en tant qu’émissaire onusien, en l’occurrence Christopher Ross, a fini par rendre le tablier en 2017. Celui-ci a fait preuve de sa partialité et son hostilité envers l’intégrité territoriale du Royaume, alors que l’ancien président allemand, Horst Köhler, a dû jeter l’éponge en 2019 après avoir occupé le poste d’envoyé personnel pour le Sahara pendant presque deux ans. 

Mourad Tabet
Lundi 8 Mars 2021

Lu 265 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >


Flux RSS