Le bolsonarisme après Bolsonaro


Libé
Dimanche 6 Novembre 2022

Le Brésil a élu un nouveau président, en l’occurence. Luiz Inácio Lula da Silva, du Parti des travailleurs, qui a battu le président sortant d’extrême droite, Jair Bolsonaro, au second tour. Mais cela ne signifie pas que ce que Bolsonaro représentait a été vaincu.

Le simple fait qu’il y ait eu un second tour révèle que l’électorat brésilien, comme beaucoup d’autres dans le monde, est profondément polarisé. Bolsonaro, dont l’attrait est particulièrement fort auprès des militaires et des chrétiens conservateurs, a recueilli plus de 51 millions de voix au premier tour, et plus de 58 millions au second. Il a également un soutien considérable en coulisses - financier et idéologique - en particulier des agro-industries. En fait, l’agro-industrie représentait 33 des 50 plus grands donateurs de la campagne de Bolsonaro.

L’agro-industrie est un secteur hautement industrialisé au Brésil, responsable de plus d’un quart du PIB et de 48,3% des exportations totales au premier semestre 2022. Et sa portée géographique est vaste, couvrant une grande partie du nord au-dessus de São Paulo ; une bande importante des Etats du sud; deux puissants Etats du CentreOuest, le Mato Grosso et le Mato Grosso do Sul; et Roraima au nord. La plupart des gains de revenus au Brésil pendant la présidence de Bolsonaro sont allés à ces régions, car le secteur agricole a bénéficié d’une monnaie nationale dévaluée et des prix internationaux élevés des matières premières. Le reste du Brésil n’a pas été aussi chanceux. La forte inflation - les prix à la consommation ont augmenté de 8,3% en 2021 - a mis à rude épreuve une grande partie de la population, avec plus de la moitié des Brésiliens vivant dans une situation d’insécurité et 15% de la population confrontée à une grave insécurité alimentaire. Dans un pays qui vante son statut de « grange du monde», c’est une triste ironie.

Sans surprise, les régions dominées par l’agro-industrie étaient plus susceptibles de soutenir Bolsonaro que Lula. Mais le président n’est qu’une partie du puzzle politique. Même sans Bolsonaro au pouvoir, l’agro-industrie bénéficie d’une large représentation législative. En 2021, les membres du Front parlementaire agricole (FPA) – le puissant «banc rural» du Brésil – représentaient 46% de la Chambre des députés brésilienne et 48% du Sénat. L’Instituto Pensar Agropecuária, qui comprend 48 entités du secteur agricole, conseille le FPA.

La machine politique que l’agro-industrie a construite au Brésil s’est avérée très efficace. Sous Bolsonaro et son prédécesseur, Michel Temer, le FPA a promu , de manière organisée et systématique, ses intérêts, notamment en contestant les droits territoriaux autochtones afin de légitimer l’utilisation des terres autochtones pour la production agricole. Le FPA a également aidé à articuler des propositions et des amendements sur une série de questions réglementaires, y compris les droits des travailleurs, les licences environnementales, la régularisation du régime foncier et les pesticides.

Illustrant davantage l’influence du lobby agricole, Tereza Cristina, ancienne présidente du FPA, a été nommée à la tête du ministère de l’Agriculture de Bolsonaro en 2019. Le 2 octobre, lors du premier tour des élections nationales de cette année, Cristina - également connue sous le nom de “Mme. Déforestation » et la «muse du poison» – a été élue sénatrice du Mato Grosso do Sul, remportant plus de 60% des suffrages.

Cristina n’était pas seule. Pas moins de 70% des représentants du FPA à la Chambre des députés ont été réélus. L’organisation prévoit de détenir au moins 40 des 81 sièges du Sénat en 2023, et projette même de nouvelles «adhésions», ce qui pourrait porter le total à 45.

Le Congrès brésilien comprendra également l’ancien ministre de l’Environnement de Bolsonaro, Ricardo Salles. En 2018, Salles a été condamné en première instance pour «irrégularité administrative» alors qu’il dirigeait une agence environnementale de l’Etat de São Paulo. Pourtant, il est devenu ministre de l’Environnement un mois plus tard et a présidé à une augmentation de la déforestation dans la forêt amazonienne et à des coupes importantes dans les programmes de protection de l’environnement, avant d’être contraint de démissionner l’année dernière en raison d’allégations d’implication dans un programme de trafic de bois.

L’influence politique du secteur agricole correspond ainsi à son statut souvent revendiqué de «pilier de l’économie». Mais il y a aussi une importante composante sociale et culturelle. Pour une grande partie de la population, la vie rurale est une sorte d’identité nationale, incarnée par l’image romantique du «sertanejo», ou paysan.

Des rodéos et des «vaquejadas» (un sport impliquant deux cow-boys à cheval conduisant un taureau) à la musique country et aux festivals, les traditions culturelles rurales sont aussi populaires dans certaines régions que le football et le carnaval. L’agro-industrie exploite ces activités comme des opportunités pour faire avancer le récit selon lequel elle est au cœur de l’identité brésilienne. Ce n’est pas un hasard si de nombreux chanteurs country brésiliens ont publiquement soutenu Bolsonaro.

Ainsi, le bolsonarisme a l’influence économique, politique et culturelle pour survivre. A bien des égards, l’agroindustrie – et le FPA, en particulier – fera ou détruira la présidence de Lula, notamment en matière de politique environnementale, de régularisation foncière et de défense des droits des indigènes et des quilombolas. Si les agents du bolsonarisme gagnent encore plus d’influence lors des élections locales de mi-mandat dans deux ans, le défi pour Lula deviendra encore plus grand.

La défaite de Bolsonaro mérite d’être célébrée. Mais personne – et encore moins Lula – ne doit oublier que les forces qui l’ont sout enu ne sont pas parties.

Par Camila Villard Duran
Maître de conférences en droit à l’ESSCA School of Management


Lu 2809 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 24 Novembre 2022 - 18:00 La coupe du monde et l'économie mondiale

Dimanche 20 Novembre 2022 - 11:59 La question à un billion d'euros de l'UE