LibéEco








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Raja place la barre haut à l’issue d’ une assemblée modèle

Anis Mahfoud, un avocat à la tête desVerts

Jeudi 28 Octobre 2021

Le Raja place la barre haut à l’issue d’ une assemblée modèle
Un nouveau président, voilà ce qu'il manquait à ce Raja pour renaître et ouvrir une nouvelle page de son histoire, après une longue crise financière qui a entravé le bon fonctionnement du club, sans pour autant affecter les résultats sportifs. Anis Mahfoud a été élu à la tête du Raja de Casablanca, mercredi à l’issue de l’assemblée générale ordinaire, et devra diriger la reconstruction de l’un des plus prestigieux clubs de football africain.  

Conformément aux mesures sanitaires liées à la situation épidémiologique, et dans le respect des conditions et mesures de précaution imposées par les autorités, l’AGO du club qui a duré plus de 6 heures, s’est tenue en l’absence des médias et a été retransmise en direct, via la page Facebook officielle des Verts, enregistrant ainsi un record de plus de 2 millions de vues.  

Annoncé comme grand favori, Anis Mahfoud a écrasé le scrutin en remportant 95 voix sur les 159 exprimées devant les deux autres candidats : Jamal Eddine Khalfaoui (44 voix) et Redouane Rami (17 voix).

Dès les premiers résultats partiels à la sortie des urnes le donnant gagnant, Anis Mahfoud, que l'on a vu sauter dans les bras de ses soutiens, tout sourire, a célébré son élection avec ardeur et enthousiasme alors que les visages des deux autres candidats se sont assombris. «Mais c'est avant tout une victoire démocratique pour le club», a tenu néanmoins à souligner le candidat Redouane Rami. «Nous constituons tous une famille, et nous allons tous œuvrer pour le Raja. Les postes ne sont que symboliques», a-t-il ajouté, avant de souhaiter une grande réussite au nouveau président et à son futur bureau.

Même son de cloche de la part du président élu qui a assuré qu’il se consacrera entièrement au club, tout en exprimant son intention de travailler avec toutes les composantes du Raja pour consolider les acquis et aller de l’avant vers la réalisation d’autres objectifs. «Je tiens également à vous remercier tous pour la confiance que vous m'avez accordée, et je remercie tous ceux qui ont pris part à cet évènement historique du club», a-t-il lancé en à l’adresse des adhérents rajaouis, «essentiellement ceux qui n’ont pas hésité à parcourir de longues distances, car provenant de nombreux pays, pour ne pas manquer ce rendez-vous ô combien important pour l’avenir du club», a-t-il précisé.

Il a également tenu à affirmer que cette AGO a parfaitement démontré que «le football est bien plus que de marquer des buts ou remporter des victoires et des titres. La gouvernance du sport, et celle du football en particulier, doivent se baser sur les valeurs de la démocratie et de la transparence, ainsi que sur celles du vivre ensemble, telles que la tolérance, le respect et la solidarité».

Anis Mahfoud a, par ailleurs, fait savoir qu’il veut changer le modèle économique du Raja, basé principalement sur la billetterie ainsi que sur les subventions de la FRMF et des collectivités locales. «Le Raja doit avoir plusieurs sources de revenus. Le club doit rentabiliser son rayonnement au niveau national et international. Nous devons signer des contrats de sponsoring dignes de notre standing», a-t-il souligné.
Plus de deux millions de personnes ont suivi en direct l’assemblée générale du club

En tout cas, Anis Mahfoud a hérité d’un club qui a, avant tout, besoin d’un bon manager en mesure de gérer intelligemment les affaires du club et d’entrevoir un avenir prospère devant aider les Verts à grandir davantage, puisqu’il  n’est plus question de parler de crise au sein du club.

Le nouveau président du Raja a d'ailleurs annoncé vouloir bâtir une équipe capable de rivaliser avec les grands clubs africains et se fixe comme objectif de remporter la Ligue des Champions de la CAF. Surtout que le club a réussi à obtenir des résultats probants dont les deux derniers restent les consécrations en Coupe de la Confédération CAF et en Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions, malgré une situation des plus difficiles sur le plan financier.    

Si son programme se base essentiellement sur la formation des jeunes, qui pourront, dans un futur proche, alimenter l’équipe première et, en cas de transfert, représenter une source de revenus non-négligeable, Anis Mahfoud sera également appelé à recruter des joueurs de grand calibre pour combler le vide laissé par les départs de joueurs comme Malongo et Rahimi.

Plusieurs fois reportée en raison du Covid-19, cette AGO a été l’occasion pour le club de faire le bilan de deux saisons sportifs (Mandat de Jawad Ziyat - 2019/2020 et celle de Rachid El Andaloussi - 2020/2021). Les rapports moraux évoquant les grandes lignes de la marche du club, à savoir les recrutements, les litiges, les sacres en Coupe de la CAF et en Coupe Mohammed VI ont été approuvé à l’unanimité.

Les rapports financiers ont, quant à eux, été adoptés par la majorité des adhérents. Celui de la saison 2020/2021 fait notamment état de recettes avoisinant les 120 millions de dirhams émanant principalement des titres remportés et des transferts de Ben Malongo et de Soufiane Rahimi. Les dépenses s’élevant à près de 110 millions de dirhams, alors que l’excédent dans la trésorerie se situe aux alentours de 6 millions de dirhams.

Le parlement rajaoui a, en revanche, voté contre la réduction du montant de la cotisation annuelle des adhérents. Ces derniers ont refusé que ladite cotisation passe de 20.00 à 10.000 dirhams. Chose qui n’a pas été appréciée par les larges couches des supporters rajaouis qui appellent depuis longtemps à la réduire pour permettre l’élargissement du nombre d'adhérents au club.

Rappelons enfin pour ceux qui ne le connaissent pas que Anis Mahfoud est né à Casablanca en 1978.  Il est lauréat de l'Université Hassan II de Casablanca et est actuellement avocat au barreau de Casablanca et professeur universitaire. Il a entamé sa carrière professionnelle en France, puis a travaillé en tant que collaborateur pour la Banque mondiale à Washington.
Il a également occupé le poste de Secrétaire général du Raja de Casablanca, entre 2018 et 2021, et a travaillé avec les deux bureaux de Jawad Ziyat et Rachid Al Andaloussi.

Mehdi Ouassat

Libé

Lu 494 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | USFP | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020 | Videos USFP | Economie_Zoom | Economie_Automobile