Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Raja entame la Coupe arabe des clubs du bon pied

Coaching concluant pour Garrido




Après avoir renversé une situation mal embarquée face au Salam Zgharta (1-2), pour le compte des 32ème de finale aller du Championnat arabe des clubs champions, disputé au stade La paix au Liban, le coach du Raja n’en finit pas de nous étonner. Depuis qu’il dirige le club casablancais, qu’il n’a d’ailleurs jamais voulu quitter, malgré l’instabilité qui y règnait, Juan Carlos Garrido n’a eu de cesse d’imposer sa patte, mue par la volonté d’insuffler un véritable style, reposant sur une identité collective, une force mentale et surtout une flexibilité tactique. Qualités magnifiées par son adaptabilité et son pragmatisme, quand les vents contraires lui intiment de revoir ses choix de départ et d’opérer des ajustements aussi bien tactique qu’humain en cours de rencontre. 
Si on avoue ne pas s’être régalé lors du premier acte tant les approximations techniques et les pertes de balles ont été légion, en revanche, on a été ravi de constater l’audace tactique et le coaching bien senti du technicien ibérique ensuite.
Pour faire simple, les Verts avaient prévu deux animations : 4-5-1 à la perte et 3-1-3-3 en position d’attaque avec Iajour en avant-centre, soutenu par Benhalib côté droit et Rahimi à gauche. Ce n’est pas la première fois que ce plan est déployé, mais force est de constater que le groupe rajaoui commence à maîtriser le changement de l’organisation tactique lors d’un même match, posant ainsi  différents problèmes à l’adversaire lors de la transition attaque-défense et inversement. Une capacité qui s’avère déterminante dans le football d’aujourd’hui et donc dans la victoire de vendredi.   
Alors que la stratégie défensive est ordinaire, le 3-1-3-3 en phase offensive a révélé ambition et choix osé. Tout d’abord, au vu de la position des latéraux. Peu connus pour leurs qualités défensives, Jbira et Boutayeb sont les principaux bénéficiaires de ce système. Placés très haut dans le camp adverse, ils ont été de tous les bons coups, déboulant constamment dans des couloirs laissés vacants par la position intérieure des ailiers. Un placement rendu possible grâce à la position de Chakir (voir photo 1). En s’intercalant entre les défenseurs centraux, il a, d’une part, permis de constituer une ligne défensive de trois sur toute la largeur et, d’autre part, était le premier relanceur.  
Très bien rodé, ce plan tactique a néanmoins souffert de quelques bémols : 1- Le pressing des attaquants libanais qui a perturbé la relance basse de Chakir. 2- L’attitude de Niasse qui a semblé perdu, seul au milieu du terrain, à l’instar de Saifeddine Alami, placé juste devant lui. Les deux n’ont quasiment jamais décroché pour apporter des solutions à la relance. 
Dans ces conditions, difficile de tirer la quintessence du plan de jeu mis en place par Garrido. Pis, les Rajaouis ont fini par plier sous l’effet du pressing adverse, lequel a débouché sur un penalty raté (31’) et un but d’Amado Nias, profitant d’une passe en retrait mal ajustée de Banoun (43’). 
Toutefois, c’est quand la tempête fait rage que l’on peut estimer la valeur d’un capitaine de bord. Avec un double changement à l’heure de jeu, notamment la rentrée de Hafidi, combinée à la fois au nouveau positionnement de Niane et un pressing adverse moins efficient, Garrido a instillé une nouvelle dynamique. Premièrement, Niane a décroché et proposé des solutions sur les côtés afin de permettre une remontée de balle courte et donc soulager Chakir. Deuxièmement, la capactié de Hafidi à se placer entre les lignes a permis d’apporter plus de danger dans les 30 derniers mètres, preuve en est, son implication sur les deux buts marqués. A commencer par l’égalisation de Iajour (64’), née d’un centre du meneur de jeu rajaoui, qui a semé la zizanie dans la défense libanaise (voir Photo 2). Puis par une passe décisive dans le bon tempo pour Boutayeb (84’) lancé comme une fusée dans la surface de réparation (voir photo 3).  
Ainsi, le technicien espagnol a su apporter la bonne réponse au bon moment pour bonifier, entre autres, la position haute des latéraux. Par ce séduisant succès, son Raja a montré de belles choses, une cohésion et une joie escortant un groupe en quête de revanche, après une saison faite de peu de haut et de beaucoup de bas.
 

​Le match WAC-Ahly devant la commission de discipline de l’UAF


Prévu vendredi avant d’être reporté à samedi, le match WAC-Ahly Tripoli comptant pour le tour des 32èmes de finale de la Coupe arabe des clubs champions n’a pu avoir lieu.
Lors de la réunion d’avant-match, chaque équipe campait sur ses positions. Les Libyens voulaient que la confrontation soit de nouveau reportée jusqu’à dimanche en vue de disposer d’une journée de plus de repos sachant qu’ils s’étaient rendus tardivement au Maroc faute de visas.
Pour les dirigeants wydadis, il s’agit là d’une requête difficile à satisfaire en raison du calendrier bien chargé du club. A cet effet, le WAC est appelé le 17 de ce mois à disputer son match de la 5ème journée du groupe C de la Ligue africaine des clubs champions contre l’équipe sud-africaine de Mamelodi Sundowns au Complexe Mohammed V à Casablanca.
Match ajourné ou annulé, le site officiel du WAC relaye un communiqué de l’Union arabe de football indiquant que c’est à la commission de discipline de l’UAF de trancher dans cette affaire.
M.B    

Chady Chaabi
Lundi 13 Août 2018

Lu 406 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés