Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Polisario recherche désespérément son chef



Depuis le coup d'éclat du 7 avril courant des FAR contre une colonne du Polisario à proximité du mur de sécurité dans la zone de Tifariti qui s’était soldé par la mort de plusieurs dignitaires du Polisario dont le commandant de la prétendue gendarmerie, des officiers supérieurs et le chef de cabinet de Brahim Ghali chargé des communications, les internautes des camps de Tindouf ne cessent de se demander ce qu’il en est advenu du chef du Polisario. Se remémorant la dernière apparition de ce propagandiste au long cours, les habitants des camps précisent qu'elle remonte au 16 mars dernier lorsqu’il a présidé une cérémonie de remise de diplômes à de nouveaux soi-disant policiers.Les informations rapportées par la presse selon lesquelles Brahim Ghali qui faisait partie de la colonne visée par le raid des FAR aurait été touché, ont exacerbé l’inquiétude aussi bien des habitants des camps que des séparatistes de l’intérieur. Ce qui a obligé son conseiller, Bachir Moustapha Sayed, à improviser une interview express avec le quotidien algérien «AlKhabar» démentant ces informations et assurant que son chef n’était pas parmi les membres de la mission chargée d’infiltrer la zone située à l’ouest du mur de sécurité des FAR. Il déroge ainsi à ses habitudes d'homme qui ne rate aucune occasion de se mettre sous les projecteurs de l’actualité, notamment pour justifier ou expliquer n'importe quelle vétille ou bévue quelle qu’en soit l’envergure surtout si celle-ci a causé de nombreuses pertes dont des officiers et des cadres de son organisation. Sur le plan international, Brahim Ghali a toujours saisi toutes les occasions qu’elles soient festives ou de deuil pour faire parler de lui. Ce qu’il n’a pas fait depuis le 7 avril date de l'opération des FAR. Les habitants des camps ont remarqué que depuis celle-ci, leur indécrottable chef n’a pas été vu ou entendu et n’a pas fait parler de lui. Ce qu’ils n’arrivent pas à s’expliquer. Ce qui a délié les langues et les supputations sont allées bon train. D’aucuns pensent, en dépit du démenti de son conseiller, que le chef des séparatistes a été touché lors du raid, d’autres le soupçonnent d'avoir été infecté par le coronavirus. Mais les plus optimistes estiment que cette disparition n’est pas la première du genre vu qu’après l’opération d'El Guerguarat, le 13 novembre 2020, il est resté aux abonnés absents pendant plusieurs jours. 

Ahmadou El-Katab
Mardi 20 Avril 2021

Lu 271 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.



Flux RSS