Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Polisario multiplie ses vaines provocations malgré les mises en garde du Conseil de sécurité




Le Polisario multiplie ses vaines provocations malgré les mises en garde du Conseil de sécurité
Le Conseil de sécurité, qui s'est réuni mercredi dernier, à l'occasion de la présentation par l'Envoyé personnel du SG de l'ONU pour le Sahara, Horst Köhler, de son premier rapport sur le dossier du Sahara, a été ferme envers le Front Polisario. Il a souligné clairement qu'"il ne devait pas y avoir de changement du statut de la zone tampon près de Guerguerat".
Cette injonction, exprimée par la voix du diplomate néerlandais, Van Oosterom, dont le pays assure la présidence du Conseil de sécurité, se veut en effet une réaction ferme aux multiples incursions provocatrices du Front Polisario dans cette zone censée être démilitarisée en vertu de l'accord de cessez-le-feu de 1991 et où la dernière incursion d’éléments armés du Front remonte au début du mois de janvier dernier  dans une tentative d'interdire le passage des participants au rallye-raid international, Africa Eco Race.
Par ailleurs, le Conseil de sécurité a demandé à Horst Köhler auquel il a exprimé son soutien indéfectible, de "poursuivre les discussions sur une relance de négociations visant à régler le différend plus que quarantenaire créé par l'Algérie. 
Aucune date n'a toutefois été annoncée pour reprendre des pourparlers formels dont les derniers en date –tenus sous l'égide de l'ONU- remontent à 2012.
L’émissaire onusien avait également informé mercredi le Conseil de sécurité du déplacement qu’il allait effectuer le lendemain  à Washington pour rencontrer des responsables de  l’administration américaine.  
Lors de son briefing, Horst Köhler avait expliqué que ces  consultations ont été "guidées par des ancrages stratégiques".  A ce titre, il a précisé que les discussions bilatérales avec les parties  concernées et les pays voisins visaient à "instaurer la confiance en son  impartialité" et à explorer les domaines susceptibles de faire l’objet d’un  compromis.  Ses rencontres avec les responsables d’autres organisations régionales, a-t-il souligné, ont été également tenues sous le signe de l’écoute.  L’UE est "un proche voisin et un partenaire stratégique des pays du  Maghreb en matière économique, sociale et sécuritaire ( ) qui a une  perspective précise » de la situation dans la région, a-t-il noté.  
Il compte également tenir  d’autres consultations bilatérales avec les membres du Conseil de sécurité,  y compris avec plusieurs hauts responsables de Chine et de Russie,  a-t-il annoncé lors de ce briefing.  
Après avoir entendu le rapport de Horst Köhler, rappelle-t-on, le Conseil de sécurité de l'ONU a écouté, dans la même journée, celui qu’a présenté le nouveau chef de la MINURSO, le Canadien Colin Stewart, sur la situation prévalant dans la région. Lequel a, lors de sa récente visite à Tindouf, refusé de se rendre à Bir Lahlou, évitant ainsi tout piège qu’aurait pu lui tendre la "direction du Polisario" et dans lequel était tombé l’ancien secrétaire général de l’ONU, Ban ki Moon.
Par ailleurs et persévérant dans ses viles provocations, la direction du Polisario a attendu  la veille de la présentation du rapport de Köhler, pour annoncer le transfert de son soi-disant "état-major armé" dans la localité de Bir Lahlou, localité qui fait partie de la zone tampon couverte par  l'accord conclu en 1991 sous l'égide de l'ONU  et mettant fin à 16 ans de conflit armé.
Mais pareilles manœuvres dilatoires ne trompent plus personne. Chaque année, à l’approche de la présentation du rapport annuel sur le Sahara marocain devant les membres du  Conseil de sécurité de l’ONU, en avril, les séparatistes qui ont perdu toute légitimité sur le terrain et dans les camps de Tindouf, cherchent désespérément à faire parler d’eux dans les médias, inféodés à Alger et à induire en erreur les familles qu’ils séquestrent depuis des années sur le territoire algérien. 
 

Ahmadou El-Katab
Lundi 26 Mars 2018

Lu 1673 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés