Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Parlement de la CEDEAO réaffirme son soutien à la demande d’adhésion du Maroc

Ferme volonté d’accompagner l’intégration ouest-africaine et continentale




Le Parlement de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) a réaffirmé, jeudi à Rabat, son soutien à la
demande d’adhésion du Maroc.
Le président et les membres du Parlement de la CEDEAO ayant pris part au colloque organisé par la Chambre des représentants en partenariat avec le Parlement de la CEDEAO sous le thème «Vers une meilleure circulation des personnes et des biens entre les pays africains», ont souligné que cette adhésion constituera, sans nul doute, une valeur ajoutée pour la Communauté, et sera propice à un échange mutuellement bénéfique
et au partage de bonnes pratiques entre les pays membres. Cette
 adhésion permettra de consolider le processus d’intégration économique des pays du continent et de réaliser les aspirations et les ambitions de ses peuples, précise un communiqué de la Chambre des représentants, publié à l'issue
des travaux.  
Les intervenants à ce colloque ont appelé dans la déclaration finale
 à accompagner, à l’échelon parlementaire, l’intégration économique et l’évolution d’un
espace africain «prospère, paisible et ouvert» à tous les Africains.
Voici par ailleurs le texte intégral de cette déclaration finale.
Désireux de donner un contenu concret à la Convention-Cadre de coopération signée par le Parlement de la CEDEAO et le Parlement du Royaume du Maroc en date du 30 octobre 2017, et ;
Déterminés à stimuler ce partenariat au service du continent africain ;
Les deux parties ont organisé, le 22 mars 2018, à Rabat, un Colloque sur le thème «"Vers une meilleure circulation des personnes et des biens entre les pays africains: quels mécanismes?" ;

Les participants :
Conscients que la mondialisation constitue à la fois un énorme défi et une réelle opportunité pour l’ouverture du continent africain sur le monde et pour l’amélioration de sa compétitivité économique face aux multiples groupements régionaux qui se sont constitués à travers la planète ;
Conscients que faciliter la circulation des biens et des personnes ne fera que consacrer un état de fait, sachant qu’en Afrique le brassage des populations et les échanges commerciaux se font depuis des siècles ;
Convaincus que l’Afrique, berceau de l’humanité sera, avec sa population jeune, sa position géographique et son rayonnement culturel, un levier incontournable pour le développement de l’économie mondiale de demain ;

Les participants :
Considèrent que l’expérience réussie de la CEDEAO, qui  constitue un espace de complémentarité, est à même de renforcer la compétitivité de tous ses membres et de consolider la performance économique de l’ensemble du continent africain, appelé à devenir la plus grande zone de libre-échange sur la planète. Ils se félicitent à cet égard de l’accord signé à Kigali ;
Saluent le lancement de la mise sur pied d’une zone de libre-échange continentale africaine, qui a recueilli, le 21 mars 2018, les signatures de plus de quarante  pays africains, qui ont adopté une Convention-Cadre portant création de ladite zone et exprimé leur engagement à s’approprier les politiques et les procédures susceptibles de faire aboutir ce projet africain ambitieux et prometteur, en adoptant les législations inhérentes à son encadrement ;
Expriment leur détermination à accompagner, à l’échelon parlementaire, l’intégration économique et l’évolution d’un espace africain prospère, paisible et ouvert à tous les Africains ;
Soulignent que la protection de l’environnement  doit constituer la toile de fond de tout processus d’intégration africaine et que le développement de l’Afrique ne peut être que durable, pour garantir le bien-être  des générations futures en Afrique et à travers le monde. Ils expriment, à cet égard, leur satisfaction de l’effort méritoire de mobilisation de la communauté parlementaire africaine, dont les représentants se sont concertés à Rabat le 27 octobre 2017, à la veille de la COP 23, et ont adopté la « Déclaration de Rabat » ;
Manifestent leur volonté de poursuivre le dialogue et la concertation pour accompagner et faire aboutir l’intégration économique et surtout humaine de la région ouest-africaine et du continent dans son ensemble ;
Soutiennent la demande d’adhésion du Royaume du Maroc à la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest, qui constituera, sans nul doute, une valeur ajoutée pour la Communauté, et sera propice à un échange mutuellement bénéfique et au partage de bonnes pratiques entre les pays membres ; ce qui permettra de consolider le processus d’intégration économique des pays du continent et de réaliser les aspirations et les ambitions de ses peuples.

Samedi 24 Mars 2018

Lu 1306 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés