Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Onze égyptien brise le rêve du Cameroun


Libé
Vendredi 4 Février 2022

L'Egypte a brisé le rêve du Cameroun d'un sacre à domicile en gagnant la demi-finale entre les deux plus gros palmarès d'Afrique (0-0, 3 t.a.b. à 1), jeudi à Yaoundé, et défiera le Sénégal dimanche en finale.

Même avec un Mohamed Salah transparent, qui va retrouver son complice Sadio Mané en finale, les Egyptiens l'ont emporté après une troisième prolongation d'affilée, qui pourrait bien faire les affaires du Sénégal, qualifié la veille (3-1 contre le Burkina Faso).

Le Sénégal vise un premier titre, après deux finales perdues (2002 et 2019), l'Egypte un huitième, pour étendre son record.

Le Cameroun (5 CAN) ne s'en rapprochera pas. Comme 50 ans plus tôt contre le Congo (1-0), sa Coupe d'Afrique à la maison s'est arrêtée en demies.

Le stade d'Olembé a commencé à se vider après le deuxième tir au but arrêté par Mohamed Abou Gabal "Gabaski", celui de James Léa-Siliki, après l'échec de Harold Moukoudi. Les Camerounais n'y croyaient plus.

Le stade n'était même pas à moitié rempli pour ce premier match depuis les huit morts lors d'une bousculade, qui a refroidi le public.

Gabaski, le gardien numéro 2, héros contre la Côte d'Ivoire en 8e de finale (0-0, 5 t.a.b. à 4), en l'absence de Mohamed El-Shenawy, toujours blessé, n'a même pas eu à arrêter le quatrième tir, Clinton Njié l'a envoyé au-dessus de la barre.

Son capitaine et meilleur buteur, Vincent Aboubakar (6 buts), avait bien transformé le premier, mais c'est le seul geste qu'il a vraiment réussi dans son match.

Comme en finale de 1986 au Caire (0-0, 5 t.a.b. à 4), les Pharaons ont gagné la séance de tirs au but.

Il a fallu en arriver là après une rencontre très fermée.

Symbole de ce match crispé, le sélectionneur portugais de l'Egypte, Carlos Queiroz, a été exclu pour deux cartons jaunes en fin de match (87e et 90e).

Chaque équipe a eu une énorme occasion, une tête de Michael Ngadeu sur l'équerre (18e) et un face-à-face de Mohamed Salah perdu devant André Onana (56e).

Les Lions Indomptables ont complètement étouffé l'Egypte en première période, mais sans réussir à marquer.

Les Pharaons n'ont mis le nez au balcon qu'une seule fois, sur une déviation géniale de Salah pour lancer un contre (38e).

Mais le buteur de Liverpool a manqué une balle de match. Profitant d'une affreuse passe en retrait de Martin Hongla, il a filé seul vers le but, mais André Onana, sorti comme une fusée, a réussi à le tacler avant, montrant en un geste toute l’importance d'un goal joueur, de l'école de l'Ajax. Salah en a pesté de rage.

Le buteur de Liverpool n'a pas réalisé un grand match. Il était pourtant la principale frayeur du public, qui a poussé un rugissement sur le premier tacle de Tolo Nouhou sur le N.10 égyptien (1re), et un "bouh!" sur la première frappe manquée de la star de Liverpool (9e).

Salah a aussi échappé à un avertissement pour une faute sur Toko-Ekambi qui partait en contre (31e).

Mais sinon il a été bien cadenassé par le plan de Toni Conceiçao, et gardé de très près par Tolo Nouhou.

Il n'a même pas eu à transformer son tir au but.


L’Egypte voudrait repousser la finale à lundi

"Je demande à la CAF que la finale soit jouée lundi", a lancé l'entraîneur adjoint de l'Egypte Diaa al-Sayed après la qualification contre le Cameroun, jeudi, car le Sénégal, son adversaire, bénéficie d'un jour de récupération supplémentaire.

 "Il y a une journée de récupération de plus pour le Sénégal, je souhaite que, comme on a avancé le match pour le 3e place (de dimanche à samedi, NDLR), on joue lundi", a précisé le technicien, remplaçant en conférence de presse le sélectionneur Carlos Queiroz, exclu pendant le match.

 Le Sénégal s'est qualifié mercredi contre le Burkina Faso (3-1).  En 2019, les deux demi-finales de la CAN avaient été jouées le même jour. En 2017, l'Egypte a bénéficié d'un jour de récupération de plus que le Cameroun mais a perdu la finale (2-1).


Lu 749 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS