Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Nigeria s’offre les Bafana Bafana et le dernier carré




Le Nigeria, qui a pu s'appuyer sur un très remuant Samuel Chukwueze, s'est défait dans la douleur de l'Afrique du Sud mercredi (2-1) en quarts de finale de la Coupe d'Afrique des nations 2019.
Pour une place en finale, les coéquipiers d'Ahmed Musa rencontreront dimanche la Côte d'Ivoire ou l'Algérie qui devaient s'affronter hier à Suez.
Confirmant son statut de gros poisson sur la scène continentale avec 14 places dans le dernier carré en 18 participations, le Nigeria a fait respecter la logique et le pedigree plus impressionnant de ses joueurs comme les milieux Wilfred Ndidi et Alex Iwobi, pensionnaires de la Premier League, respectivement à Leicester et Arsenal.
Après 25 premières minutes très équilibrées et sans véritable occasion de part et d'autre, Chukwueze a débloqué la situation (27e) dans un Stade International du Caire aux tribunes très clairsemées.
L'ailier de Villareal, tout juste 20 ans, est parvenu à conclure de près après un premier tir manqué et un rebond favorable.
Fan de Jay-Jay Okocha et Arjen Robben, champion du monde des moins de 17 ans en 2015, Chukwueze devient avec cette réalisaton le buteur le plus jeune de l'édition 2019 de la CAN.
Le feu-follet a été un poison constant pour l'arrière-garde sud-africaine par ses dribbles virevoltants.
Le latéral gauche Sifiso Hlanti, qui avait parfaitement muselé la star égyptienne Mohamed Salah au tour précédent, a cette fois eu beaucoup plus de mal à contenir le joueur d'origine Igbo.
Lebo Mothiba n'a lui que très peu pesé.
En deuxième période, un coup franc de Peter Etebo était détourné sur sa barre par le portier sud-africain Ronwen Williams (50e).
Héros du succès contre les Pharaons (1-0), Thembinkosi Lorch a été remplacé dès la 58e minute par l'attaquant Themba Zwane.
Peu entreprenants jusque-là, les joueurs de Stuart Baxter ont haussé le ton dans les 20 dernières minutes. Et Bongani Zungu a égalisé de la tête sur un coup franc détourné par le dos du Nigérian Odion Ighalo, qui l'a involontairement remis en jeu (74e).
Alors que la prolongation se profilait, sur un corner Williams ratait complètement sa sortie et le défenseur de l'Udinese William Troost-Ekong marquait dans le but vide (89e).
Les Bafana Bafana obtenaient une ultime occasion sur un contre, intié encore par Chukwueze qui lançait dans la profondeur Ighalo. Mais celui-ci butait sur le gardien de SuperSport United, et le Nigeria conservait la victoire.
Les 190 millions d'habitants du géant de l'Afrique peuvent espérer une quatrième couronne pour les "Super Eagles", titrés en 1980, 1994 et 2013, mais absents des deux précédentes éditions.
Gernot Rohr, sélectionneur du Nigeria, a fait d'ores et déjà mieux que son meilleur résultat à la CAN: il avait atteint les quarts de finale en 2012 avec le Gabon.
De leur côté, tombeurs surprise des Egyptiens en huitièmes, les "Bafana Bafana", sacrés en 1996 à domicile, puis finalistes en 1998, sortent la tête haute au vu de leurs faibles moyens.

Déclarations des coachs       

Aliou Cissé : On veut jouer la grande finale
(Sélectionneur du Sénégal)

On s'attendait à un match compliqué, mes joueurs n'ont rien lâché, c'est une bonne mentalité. Ils ont été patients, et respecté les consignes pour marquer ce but (...) Ça fait cinq ans que je suis à ce poste, ça faisait 16 ans que le Sénégal ne s'était pas qualifié pour une Coupe du monde (en 2018), 11 ans qu'il n'avait plus passé les poules de la CAN (en 2017), et aujourd'hui on est demi-finalistes pour la première fois depuis 2006. C'est une évolution, une équipe qui progresse petit à petit. A ce stade, tout le monde peut battre tout le monde. On était venus ici avec l'ambition de jouer sept matches. On les jouera. Mais on veut jouer la grande finale."

Michel Dussuyer : Les joueurs peuvent avoir la tête haute
(Sélectionneur du Bénin)

A chaque fois, on a essayé de donner le meilleur de nous-mêmes en étant le plus généreux possible, le mieux organisés possible pour empêcher nos adversaires de s'exprimer. Nos garçons doivent être fiers de leur parcours. Ils ont rendu fier tout le peuple béninois. Avec ce groupe-là, on avance. Forcément, il y a de la déception car l'aventure s'arrête, mais les joueurs peuvent avoir la tête haute. On a pu franchir des paliers, et on va continuer notre route. Il faut se nourrir de ce qu'on a pu faire lors de ce tournoi en gardent nos valeurs d'humilité et de travail. (sur son futur) J'ai un contrat. Je m'inscris toujours dans une continuité."

Stuart Baxter : C’est difficile de perdre dans les dernières minutes
(Sélectionneur de l'Afrique du Sud)

"Quand on perd dans les dernières minutes, c'est toujours difficile de trouver des raisons d'être positif. Je suis certain que d'ici une semaine, je trouverai quelques aspects positifs, mais pour le moment, c'est très difficile d'en trouver."

Gernot Rohr : Nous avons eu de la chance
(Sélectionneur du Nigeria)

"Nous avons eu de la chance de marquer ce second but parce que l'Afrique du Sud a mieux joué la seconde période. Nous sommes heureux et nous devons bien récupérer pour le prochain match. Que ce soit face à l'Algérie ou à la Côte d'Ivoire, ce sera très difficile."

Vendredi 12 Juillet 2019

Lu 701 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com