Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Maroc élu vice-président du Bureau du CTS finances de l'Union africaine



Le Maroc élu vice-président du Bureau du CTS finances de l'Union africaine
Le Maroc a été élu jeudi premier vice-président du nouveau Bureau du Comité technique spécialisé sur les finances, les affaires monétaires, la planification économique et l’intégration de l’Union africaine.

L’élection du Maroc pour la période 2021-2023 concrétise l’engagement actif du Royaume dans les travaux de ce Comité technique spécialisé vital pour le continent, et confirme ainsi la confiance placé en le Maroc par les Etats membre de l’UA, notamment de par son expertise et expérience dans le domaine des finances, des affaires monétaires, de la planification économique et de l’intégration.

A l’aune des défis économiques imposés par la pandémie de la Covid-19, cette élection au sein du Bureau permettra au Royaume de capitaliser sur son expérience avérée dans les domaines des finances et de l’économie pour contribuer pleinement dans l’essor économique du continent africain et dans l’exploration des voies et moyens pour une relance économique du continent africain post-Covid-19, souligne-t-on auprès de la Mission du Royaume à l’UA.

L’ambassadeur représentant permanent du Royaume auprès de l’UA et de la CEA-ONU, Mohamed Arrouchi, qui intervenait lors de la réunion du Comité technique spécialisé (CTS) sur les finances, les affaires monétaires, la planification économique et l’intégration, dont les travaux se déroulent jeudi et vendredi par visioconférence, s’est dit convaincu qu’une relance économique post-Covid ne peut se faire que par le renforcement de l’intégration économique du continent.

Le diplomate marocain a affirmé que le Royaume œuvrera davantage dans le cadre de ce CTS pour renforcer la division de travail entre la Commission et les Communautés économiques régionales, notamment l’Union du Maghreb arabe, pour faciliter le commerce intra-africain et créer des synergies afin de renforcer les complémentarités économiques entre pays africains et renforcer la résilience face à la pandémie de la Covid-19.

Rupture avec les pratiques du passé

Le Maroc élu vice-président du Bureau du CTS finances de l'Union africaine
Le nouveau leadership à la tête du département des Affaires politiques, de la paix et de la sécurité de l’Union africaine marquera une rupture avec les pratiques et manœuvres du passé, a affirmé, jeudi à Addis-Abeba, le représentant permanent du Royaume du Maroc auprès de l’UA et de la CEA-ONU, Mohamed Arrouchi. S’exprimant lors d’une réunion par visioconférence du Comité des représentants permanents de l’UA, il a exprimé le soutien ferme du Maroc au nouveau commissaire aux Affaires politiques, à la paix et à la sécurité de l’Union africaine, Bankole Adeoye, dans l’accomplissement de sa nouvelle mission.

Intervenant à l’occasion d’un point d’information du nouveau commissaire nigérian, le diplomate marocain a souligné la grande importance du nouveau portfolio sous la responsabilité du nouveau commissaire aux Affaires politiques, à la paix et à la sécurité, qui couvrira une panoplie de questions à la fois complémentaires et très sensible pour le développement, la sécurité et la prospérité du continent africain.

Mohamed Arrouchi a, dans le même sillage, exprimé sa conviction que le commissaire aux Affaires politiques, à la paix et la sécurité insufflera un nouveau dynamisme à son département et marquera une rupture avec les pratiques du passé. Le diplomate marocain a également rappelé que durant son mandat au sein du Conseil de paix et de sécurité de l’UA, le Royaume a contribué de manière constructive à l’amélioration des méthodes de travail du CPS et la rationalisation de son travail, tout en oeuvrant en permanence à l’instauration des bonnes pratiques afin d’éviter de décrédibiliser cet organe décisionnel de l’Union.

Le représentant permanent a également décliné la vision du Royaume de l’action africaine commune sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI et qui consiste à placer les intérêts vitaux du citoyen africain en matière de stabilité, de sécurité et de développement au centre de l’agenda panafricain. Le Royaume, a ajouté le diplomate marocain, demeure convaincu que l’efficacité et l’efficience de l’action africaine commune reposent sur la crédibilité du processus intergouvernemental, l’efficacité de la Commission de l’Union africaine et la gouvernance sage des affaires administratives et financières, ainsi que la mise en oeuvre des décisions, l’implication des différents acteurs concernés (acteurs gouvernementaux, non gouvernementaux et partenaires) et un système de suivi et d’évaluation pour mesurer l’impact politicosocio-économique de l’action multilatérale.

Il a, a cet égard, assuré que la délégation marocaine continuera à œuvrer pour le renforcement de l’efficacité et l’efficience de la Commission et du processus intergouvernemental, qu’il s’agisse des domaines de la paix et la sécurité, que des domaines liés aux affaires politiques ou autres dossiers de la Commission.

Libé
Vendredi 21 Mai 2021

Lu 331 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.


Flux RSS