Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Maroc élu rapporteur au nouveau bureau de la Conférence des ministres africains des Finances


Le Maroc élu rapporteur au nouveau bureau de la Conférence des ministres africains des Finances
Le Maroc a été élu, mercredi à Addis-Abeba, rapporteur au nouveau bureau de la Conférence des ministres africains des Finances, de la Planification, et du Développement économique, présidé par la Guinée Equatoriale. La composition du nouveau bureau a été annoncé par l'ambassadeur représentant du Royaume auprès de l’Union africaine et de la CEA-ONU, Mohamed Arrouchi, qui a présidé la séance d’ouverture du bureau du Comité des experts, préparatoire de la 53ème session de la CEA-ONU et l’édition 2021 de la Conférence des ministres africains des Finances, de la Planification et du Développement économique.

Ainsi, le nouveau bureau est composé de la Guinée Equatoriale (président), Madagascar (Premier vice-président), la Zambie (deuxième vice-président), Sierra Leone (troisième vice-président) et le Maroc (rapporteur). Pour rappel, le Maroc a présidé le bureau de la Conférence des ministres africains des Finances, de la Planification, et du Développement économique depuis son élection lors de la Conférence de mars 2018, qui a eu lieu à Marrakech.

Placées sous le thème «L’industrialisation durable et la diversification de l’Afrique à l’ère du numérique dans le contexte de la Covid-19», la 53ème session de la Commission et l’édition 2021 de la Conférence des ministres africains des Finances, de la Planification et du Développement économique ont débuté mercredi en mode hybride au niveau des experts et se poursuivront par visioconférence jusqu’à mardi prochain.

Le thème de cette année «englobe la nécessité pour les pays africains d’atteindre une croissance économique rapide grâce à une industrialisation et une diversification respectueuses de l’environnement tout en tirant parti de la numérisation. La numérisation en Afrique pourrait être transformationnelle, aidant l'Afrique à s’industrialiser durablement et à se diversifier au sein d’une économie numérique mondiale qui devrait bientôt dépasser 11.500 milliards de dollars américains», souligne la CEA-ONU.

Libé
Jeudi 18 Mars 2021

Lu 131 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.


Flux RSS