Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Forum stratégique maroco-égyptien se félicite de l'ouverture de consulats généraux africains à Laâyoune et Dakhla




Les participants au premier Forum stratégique maroco-égyptien, tenu samedi à Dakhla, ont salué la décision des pays africains d'ouvrir des consulats dans les provinces du Sud du Royaume.
Selon le document constitutif baptisé Déclaration de Dakhla, qui a couronné les travaux de ce forum organisé sous le signe «Maroc et Egypte: les rôles possibles en Afrique du Nord, au Sahel et Sahara», des acteurs associatifs, des universitaires et des journalistes marocains et égyptiens se sont félicités de l'ouverture de consulats de la Côte d'Ivoire, de l'Union des Comores et du Gabon à Laâyoune et de la Gambie et de la Guinée à Dakhla.
«Cette décision est un soutien explicite en faveur de l'intégrité territoriale, de la marocanité du Sahara et de la proposition d'autonomie présentée par le Maroc en vue d'une solution politique et réaliste au différend autour du Sahara marocain», ont relevé les participants à cet évènement.
La déclaration explique que «ces initiatives diplomatiques africaines constituent un moment historique qui renforce davantage les liens historiques du Maroc avec sa profondeur africaine».
«L'ouverture des représentations diplomatiques est de nature à consolider la coopération Sud-Sud dans toutes ses dimensions, à appuyer les opportunités de développement et à promouvoir les investissements au service du progrès, de la sécurité et de la stabilité de tous les peuples africains, en particulier dans la région du Sahel et du Sahara, conformément à la vision Royale clairvoyante en la matière», précise-t-on.
«Les acteurs associatif saluent cet acte diplomatique, qui soutient le bien-fondé de la position juste et légitime du Maroc autour de sa cause nationale, notant que l'ouverture de consulats généraux dans les provinces du Sud témoigne de la réussite de la diplomatie Royale, de la diplomatie officielle, ainsi que celle parallèle », ajoute la déclaration.
Outre des académiciens marocains et journalistes égyptiens, ce forum a connu la participation de représentants de l'Association de la régionalisation avancée et de l’autonomie de la région de Dakhla-Oued Eddahab, du Centre atlantique des études stratégiques et de l’analyse sécuritaire, du Forum de Dakhla pour la citoyenneté et le territoire, de l'Association de l'intégrité territoriale pour le développement humain et les œuvres sociaux de la région de Dakhla-Oued Eddahab, du Centre marocain des libertés et des droits, du Centre marocain de la diplomatie parallèle et du dialogue des civilisations et du bureau régional de la Ligue marocaine de protection de l'enfance de Dakhla-Oued Eddahab.

Focus sur les relations bilatérales et les moyens de les développer

Des participants au premier Forum stratégique maroco-égyptien ont débattu, samedi à Dakhla, des relations maroco-égyptiennes et des moyens à même de les développer, avec un accent particulier sur les rôles importants que les deux pays peuvent jouer sur le plan régional.
Les intervenants ont également mis l'accent sur la question de l'intégrité territoriale du Royaume et les évolutions que connaissent les régions d'Afrique du nord, du Sahel et du Sahara. S'exprimant à l'ouverture de ce conclave, le président du Centre atlantique des études stratégiques et de l'analyse sécuritaire, Abderrahim Manar Slimi, a souligné l'importance d'organiser ce forum stratégique qui se veut un espace de réflexion et de débat sur de nombreuses questions d'intérêt commun.
D’après lui, cette rencontre vise aussi à mettre la lumière sur le Maroc et l'Egypte, deux pays ayant les qualités de l'Etat-nation, un concept qui a des dimensions historiques, civilisationnelles et géostratégiques, de même qu'il a une influence au niveau de l'Afrique et du bassin méditerranéen.
A ce propos, il a mis en avant les défis que les deux pays sont appelés à relever, en particulier dans le Sahel, le Sahara et la Méditerranée, mettant en garde contre les tentatives des organisations terroristes, qui se ramifient de la mer Rouge jusqu’à l'océan Atlantique, visant à porter atteinte à la sécurité et la stabilité dans la région.
De son côté, Abdelfattah El Belâamachi, professeur de droit international à l’Université Cadi Ayyad de Marrakech et président du Centre marocain de la diplomatie parallèle et du dialogue des civilisations, a indiqué que ce forum a pour finalité d'insuffler une nouvelle dynamique dans les relations bilatérales, partant du fait que le Maroc et l'Egypte sont deux Etats leaders au niveau des relations institutionnelles continentales et fondateurs de l'Organisation de l'unité africaine.
Au-delà de leur position géostratégique, le Maroc et l'Egypte ont des liens culturels, artistiques et économiques communs, a-t-il noté, soulignant qu'ils sont désormais tenus d'unifier leurs positions, de faire preuve de plus de solidarité, d'interaction et de coopération et d'œuvrer à promouvoir les relations bilatérales.
Pour sa part, le rédacteur en chef du quotidien égyptien Al-Rai, Ibrahim Youssef Abou Ouaquila, a rappelé la convergence des points de vue entre Rabat et Le Caire sur une série de questions d'intérêt commun, ayant une portée régionale, continentale et internationale.
Dans cette lignée, le journaliste égyptien a fait savoir que les économies des deux pays figurent parmi les cinq économies les plus puissantes en Afrique et disposent d'énormes potentialités pour donner une forte impulsion au développement global du continent, en particulier dans la région du Sahel et du Sahara, tout en émettant le souhait d'établir des partenariats économiques et commerciaux bilatéraux prochainement.
Même son de cloche chez le journaliste et membre du Syndicat des journalistes égyptiens, Mamdouh Shehata, qui a mis l'accent sur les liens solides et distingués unissant l'Egypte et le Maroc à tous les niveaux, depuis l'établissement des relations diplomatiques entre les deux pays en 1957.
Il a, dans ce sens, fait remarquer que les relations économiques bilatérales ont connu un bond significatif, à travers l'augmentation du volume des échanges commerciaux et des projets d'investissement communs, tout en mettant en exergue d'autres domaines de coopération mutuellement bénéfiques.


 

Mardi 21 Janvier 2020

Lu 1134 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >