Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Conseil de sécurité proroge le mandat de la MINURSO

L'Algérie consacrée comme partie principale au différend régional sur le Sahara marocain


Le Conseil de sécurité des Nations unies a décidé, vendredi, de proroger pour une année le mandat de la MINURSO, tout en consacrant, une fois de plus, la prééminence de l'initiative marocaine d’autonomie pour résoudre le conflit artificiel autour du Sahara marocain. Le Conseil de sécurité "décide de proroger le mandat de la MINURSO jusqu’au 31 octobre 2021", lit-on dans le texte de la résolution 2548 présentée par les Etats-Unis et adoptée par une procédure écrite des quinze membres du Conseil en raison de l’annulation des réunions présentielles au siège de l’ONU due à la découverte de cas de Covid-19. Dans cette nouvelle résolution, l’instance exécutive des Nations unies a conforté, pour la quatorzième année de suite, la prééminence de l’initiative d’autonomie, présentée par le Royaume le 11 avril 2007, en se félicitant des efforts "sérieux et crédibles" du Maroc, incarnés par l’initiative d’autonomie. De même, la résolution consacre, à nouveau, l’Algérie en tant que partie principale au différend régional sur le Sahara marocain, tout en soulignant la nécessité de "parvenir à une solution politique réaliste, pragmatique et durable" à la question du Sahara "qui repose sur le compromis". Ainsi, tout en appelant à la nomination d’un nouvel Envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU pour le Sahara, le Conseil de sécurité a réaffirmé la consécration du processus des tablesrondes et encouragé "la reprise des concertations entre le prochain Envoyé personnel" et les parties prenantes à ce différend régional, à savoir le Maroc, l’Algérie, la Mauritanie et le Polisario. 

Dans ce sens, l’instance exécutive des Nations unies souligne l’importance que les parties s’engagent à nouveau à faire avancer le processus politique sous les auspices du Secrétaire général de l’ONU, tout en affirmant qu’il est "indispensable que les parties fassent preuve de réalisme et d’un esprit de compromis pour aller de l’avant". Le Conseil appelle également à tenir compte "des efforts déployés depuis 2006 et des faits nouveaux survenus depuis, en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable". La résolution appelle aussi à faire montre de volonté politique et à travailler dans une atmosphère propice au dialogue, assurant ainsi la mise en œuvre des résolutions du Conseil de sécurité depuis 2007, qui est l’année de la présentation par le Maroc de son initiative d’autonomie. Le Conseil de sécurité reconnaît, à cet égard, que "la concrétisation d’une solution politique à ce différend de longue date et le renforcement de la coopération entre les Etats membres de l’Union du Maghreb arabe contribueraient à la stabilité et à la sécurité, induisant à son tour à la création d’emplois, de croissance et d’opportunités pour l’ensemble des peuples de la région du Sahel”. 

Le Conseil a également réitéré ses félicitations pour le rôle des commissions régionales du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) à Laâyoune et Dakhla, et l’interaction du Maroc avec les mécanismes du Conseil des droits de l’Homme des Nations unies. Il fait état, par ailleurs, de sa "vive préoccupation des souffrances persistantes" endurées par les populations des camps de Tindouf, en Algérie. Le Secrétaire général de l’ONU a, dans son dernier rapport au Conseil de sécurité sur le Sahara marocain, épinglé, une nouvelle fois, les dirigeants du "Polisario" pour les violations graves et systématiques des droits de l’Homme dans les camps de Tindouf.

Il a, ainsi, énuméré, les nombreux rapports reçus par le Haut-commissariat aux droits de l’Homme (HCDH), concernant le recours massif et à grande échelle, par le Polisario, aux "harcèlements, arrestations et mauvais traitements de blogueurs, de médecins et d'infirmières" dans les camps de Tindouf. Le rapport précise que ces violations graves se sont multipliées ces derniers mois contre tous ceux "engagés dans la documentation des cas de Covid-19 dans les camps de Tindouf". Cette nouvelle vague de répression exercée par le Polisario n’est qu’un exemple récent des violations massives et continues par ce groupe armé séparatiste, pour faire taire les voix des dissidents, blogueurs, journalistes, activistes et toute personne qui contredit le despotisme de ses dirigeants.

Par ailleurs, la résolution du Conseil de sécurité a réitéré la demande de l’instance exécutive de l’ONU quant à l’enregistrement et au recensement des populations des camps de Tindouf, en soulignant "qu’il convient de déployer des efforts à ce sujet". L’enregistrement est, en effet, une exigence humanitaire et statutaire et une responsabilité conventionnelle du pays hôte, l’Algérie, qui refuse cet enregistrement depuis plus de quatre décennies. Il est également une condition sine qua non pour protéger les droits des populations séquestrées dans les camps de Tindouf et mettre fin au détournement systématique et à grande échelle des aides humanitaires par les dirigeants du Polisario et les responsables locaux.

Libé
Dimanche 1 Novembre 2020

Lu 215 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020



Flux RSS