Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le 10 juin plus attendu que jamais

La réouverture des frontières a tout l’air de se faire imminente


Plusieurs compagnies aériennes ont récemment ravivé la flamme des voyageurs désirant se rendre au Maroc. En l'occurrence la Royal Air Maroc. En réponse à la question : Est-ce que le Royaume envisage d’autoriser les vols à sa destination depuis la France avant la fin juin ? La compagnie aérienne a répondu par l’affirmative : “Nous vous informons que les vols à partir du 11 juin sont confirmés sous réserve de la réouverture de l’espace aérien”.

La seconde partie de la réponse peut prêter à confusion. On en convient. Mais à l’évidence, le verre est à moitié plein. L’optimisme est de mise. A l’instar de plusieurs pays européens, la réouverture de l’espace aérien marocain devrait se faire sous conditions. En effet, l’idée du “pass’ sanitaire” a fait son chemin. Ainsi, fouler le sol national passera obligatoirement par la présentation d’une preuve de vaccination, ou d’un test PCR, en attendant que le passeport sanitaire, document décrit comme providentiel, soit généralisé dans le monde entier. C’est le sens de l’histoire. Même si cela risque de prendre plus de temps que prévu. En attendant, un certificat de vaccination ou un test PCR négatif de moins de 48h pourrait faire l’affaire, d’autant que le Maroc n’exige pas de quarantaine à l’entrée.

En attendant la décision du gouvernement qui a prolongé l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 10 juin, l’allégement des restrictions sanitaires dans le pays depuis le début de ce mois, en dit long sur les intentions de l'exécutif. En plus de la réouverture des plages et des salles de cinéma, les restaurants et les bars profitent désormais d’un report du couvre-feu à 23 heures. Autant dire que toutes les conditions pour accueillir des touristes étrangers sont réunies. Situation sanitaire comprise. D’ailleurs, le Club Med a également annoncé l’ouverture de ses clubs de Marrakech et de Cabo Negro, respectivement les 12 et 26 juin.

Au vrai, la tendance est mondiale. Le lobbying du secteur touristique est plus que jamais d’actualité. Au bord du précipice économiquement parlant, les opérateurs touristiques aux quatre coins de la planète attendent fébrilement la saison estivale dont le top départ sera donné dans trois semaines. Rien de bien étonnant à ce que l'UE ait lancé le 1er juin son système, auquel près de la moitié des Etats-membres sont d’ores et déjà connectés, à l’instar de l’Espagne. Sous forme de plateforme technique destinée à assurer l’interopérabilité ‘’des pass sanitaires”, le système en question permettra de voyager entre Etats membres de l’Union européenne, avant de se transformer sous peu en garantie pour voyager hors de l’UE.

La plateforme en question est censée délivrer des attestations certifiant qu’une personne est vaccinée ou immunisée après avoir contracté la Covid-19 par le passé. Disponible en format papier ou numérique, ledit certificat fournira également une preuve du test PCR négatif. "Nous lançons l'infrastructure technique qui permettra la validation des certificats de façon sécurisée et respectueuse de la vie privée", a indiqué un porte-parole de l'exécutif européen dont les vingtsept sont favorables à ce mécanisme, décrit comme un "service passerelle" dont le but est de vérifier et d'authentifier les signatures numériques contenues dans les codes QR des certificats, sans traitement de données à caractère personnel, en consultant les "clés de signature" stockées dans des serveurs nationaux.

Si la Commission européenne laisse le choix à ces Etats membres d’utiliser le système sur une base volontaire, il n’y aura certainement pas besoin de forcer les 27 à y adhérer. Qui plus est les pays du Sud dont l’économie est tributaire du tourisme. Sur les dix nations du Vieux Continent qui sont connectés à l’infrastructure précitée, à savoir la Bulgarie, la République tchèque, le Danemark, l’Allemagne, la Grèce, la Croatie et enfin la Pologne, sept d’entre elles ont commencé à délivrer les premiers certificats. "Les citoyens peuvent imprimer ce certificat et voyager", a précisé Kyriakos Pierrakakis, ministre grec de la Gouvernance digitale. Pour sa part, le premier ministre Croate a affirmé sans ciller des yeux que “les certificats numériques Covid fonctionnent" tout en brandissant le sien devant les parlementaires. Alors que la Bulgarie et la Pologne auraient émis leurs premiers certificats mardi, l’Allemagne envisage de lancer d’abord son dispositif dans certaines régions avant sa généralisation. En somme, voyager ici comme ailleurs ne relève plus de la fiction. Il était temps.

C.E

Les variants de Covid-19 rebaptisés par l’OMS

Afin d’éviter toute discrimination, les variants ont été rebaptisés par l’Organisation mondiale de la santé. Fini les B.1.617, B.1.1.7, B.1.351. Désormais, les noms scientifiques n’auront de sens que pour la communauté des chercheurs. L'OMS a décidé lundi au soir de simplifier les choses en donnant des noms de lettres grecques aux variants de Covid19. Ainsi, le variant B.1.1.7, d’abord identifié au Royaume-Uni, a été baptisé Alpha ; le B.1.351, apparu en Afrique du Sud, devient Bêta ; et le variant P.1, détecté au Brésil, Gamma. S’agissant des sous-lignées distinctes du variant B.1.617, qui a ravagé l’Inde et s’est étendu à des dizaines de pays, l’OMS leur a donné deux noms différents : B.1.617.2 (qui prend de la vitesse en Grande-Bretagne) devient ainsi Delta, et B.1.617.1 devient Kappa. L’idée est d’avoir des noms «faciles à prononcer et à retenir”, dixit l’Organisation onusienne. Mais pas que. L’OMS espère également éviter que le grand public et les médias utilisent des appellations «stigmatisantes et discriminatoires faisant référence au lieu où les premiers cas de variants ont été détectés”, comme expliqué par l’OMS dans un communiqué. Aux Etats-Unis par exemple, les attaques contre les personnes d’origine asiatique se sont multipliées.

Libé
Vendredi 4 Juin 2021

Lu 1299 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS