Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Lamia Chakiri, directrice régionale de la santé à Marrakech-Safi : La pandémie nous a permis d’augmenter notre capacité litière et de renforcer nos équipements




Lamia Chakiri, directrice régionale de la santé à Marrakech-Safi : La pandémie nous a permis d’augmenter notre  capacité litière et de renforcer nos équipements
Dans cet entretien accordé à la MAP, la directrice régionale de la santé à Marrakech-Safi, Lamia Chakiri, revient 
sur les efforts déployés au niveau de la région Marrakech-Safi pour faire face à la pandémie de la Covid-19, sur les réalisation accomplies par le secteur de la santé en cette circonstance exceptionnelle notamment en termes 
d’équipements, et enfin sur la synergie et l’échange d’expériences entre la médecine civile et la médecine militaire 



Quelle est la situation épidémiologique actuelle ? 
Au niveau régional depuis le déclenchement de la pandémie du nouveau coronavirus, nous avons assisté à une mobilisation sans faille de l’ensemble des services concernés afin de faire face à cette pandémie et éviter sa propagation.  Nous avons réalisé près de 73.000 tests de la Covid-19. C’est un travail énorme. Ce dépistage de masse a été rendu possible grâce à la disponibilité des analyses du Covid-19 au niveau du laboratoire microbiologique du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Marrakech.
La région a enregistré jusqu’à présent 2605 cas confirmés et 57 décès. Le taux de guérison a atteint 71,2 %.

Qu’est ce que le secteur de la santé a pu tirer de cette pandémie en termes d’équipements ? 
La pandémie de  Covid-19 a permis de stimuler la coordination, l’accompagnement et le soutien, outre une forte mobilisation collective que ce soient les acteurs du secteur de la santé ou ceux d’autres secteurs se trouvant également au-devant de la scène dans la lutte contre la pandémie.  Cette pandémie a eu pour effet d’accélérer la mise à niveau de l’ensemble des équipements et infrastructures de santé au niveau de la région Marrakech-Safi.
Depuis le déclenchement de la pandémie de Covid-19, tout l’effort a été accentué sur la mise à niveau de l’ensemble des équipements et des infrastructures sanitaires de la région de manière à être en mesure d’accueillir les patients dans d’excellentes conditions et leur prodiguer tous les soins nécessaires, tout en veillant à la protection de la santé des cadres médicaux et du corps soignant.
La lutte contre cette pandémie a, en outre, permis l’augmentation de la capacité litière dédiée aux cas hospitalisés et le renforcement et la modernisation du matériel médico-technique.
La mobilisation collective et le plan ministériel, qui a été décliné au niveau de la région Marrakech-Safi notamment en ce qui concerne la préparation du dispositif de prise en charge des cas positifs de la Covid-19, ont donné lieu à une satisfaction totale de tous les besoins en termes de capacité litière, de matériel médical et technique comme en ressources humaines nécessaires.

Qu’en est-il de la synergie entre médecine civile et médecine militaire ? 
Cette pandémie nous a permis de nouer de bonnes relations avec la médecine militaire qui a participé activement dans les efforts de lutte contre la pandémie conformément aux Hautes Instructions de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.
Nous ne pourrons que nous réjouir et nous féliciter de cette collaboration et coordination de la médecine militaire avec la médecine civile, qui ont été exemplaires durant cette pandémie.
Cette pandémie a permis aussi un échange d’expériences entre la médecine militaire et sa consoeur civile. Il est à souligner que l’hôpital militaire nous a aussi soutenus dans tout ce qui se rapporte aux prélèvements et aux résultats des analyses microbiologiques.
Cette collaboration et cette coordination se poursuivent également depuis que les autorités compétentes, sur Hautes instructions Royales, ont décidé de regrouper les cas actifs du nouveau coronavirus dénombrés à l’échelle nationale, ainsi que les futurs cas positifs dépistés, au sein de deux structures sanitaires spécialisées, localisées respectivement à Benslimane et à Benguérir. 

​Vers la réalisation d’un Centre d’hémodialyse à Ait Ourir

L’infrastructure de santé de la commune d’Aït Ourir relevant de la province d’Al Haouz va se renforcer davantage avec la réalisation d’un centre d’hémodialyse, dont les travaux ont été récemment lancés.
La réalisation de cette infrastructure de santé s’inscrit dans le cadre d’une convention signée entre le Conseil de la région Marrakech-Safi, la Fondation Jassim et Hamad Bin Jassim et la Direction régionale de la santé (DRS) de Marrakech-Safi visant la création et l’équipement de trois Centres d’hémodialyse respectivement à Ait Ourir, à Youssoufia et à El Kelaâ des Sraghna, pour un coût global de 24 millions de DH, financés par la Fondation qatarie.
Dans une déclaration à la MAP, le délégué provincial de la santé à Al Haouz, Mustapha Jader, a relevé la pertinence du choix d’Ait Ourir pour la construction de ce Centre d’hémodialyse notamment en termes de densité démographique, avec une population avoisinant les 40.000 âmes (selon le recensement de 2014).  “La réalisation de cette structure est de nature à alléger considérablement la pression sur le Centre d’hémodialyse à Tahanaout, chef lieu de la province d’Al Haouz et surtout à épargner aux patients l’effort de se déplacer vers cette ville pour leurs traitements”, a-t-il ajouté, émettant le souhait de voir également la commune d’Amezmiz se doter, à son tour, d’un Centre d’hémodialyse soulignant que le Centre d’hémodialyse d’Ait Ourir sera équipé d’au moins une trentaine de générateurs d’hémodialyse, lesquels devront bénéficier quotidiennement à quelque 120 patients souffrant d’insuffisance rénale.  

Vendredi 10 Juillet 2020

Lu 847 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif