Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La troupe “Masrah Ennas” présente un remake de “Sidi Abderrahmane El Mejdoub” à Casablanca




La troupe “Masrah Ennas” présente un remake de “Sidi Abderrahmane El Mejdoub” à Casablanca
La troupe Masrah Ennas présente, sous l'égide de la Fondation Tayeb Saddiki, la pièce "Sidi Abderrahmane El Mejdoub", jeudi à 20h30, au Théâtre la F.O.L de Casablanca. Selon un communiqué de la Fondation Tayeb Saddiki, écrite en 1966, "El Mejdoub", dont la tournée a démarré au Maroc et aux Emirats arabes unis en décembre 2018, est la deuxième pièce originale de Tayeb Saddiki. L’adaptation de cette production magistrale est signée Mohamed Miftah, une autre figure emblématique de la scène dramatique marocaine, qui était d’ailleurs présent, comme acteur, lors des tournées maghrébines d'El Mejdoub dans les années soixante et soixante-dix du siècle dernier.
Cette œuvre constitue un repère de référence tant par sa valeur littéraire qu’historique, à travers les récits sublimés des conteurs de Jamaâ El Fna autour de la saga de «Sidi Abderrahmane El Mejdoub» à travers le Maroc de l'ère des Saadiens, au 16ème siècle.
Un jeune homme va chercher à explorer l’univers de la «Halqa» aux mains des grands maîtres de cet art, dont la rencontre va lui permettre un voyage à travers les époques, à la poursuite des pérégrinations d’El Mejdoub.
La nouvelle mise en scène vise à faire revivre un pan de l’histoire du théâtre marocain et faire aussi profiter les générations futures de la richesse du répertoire du célèbre dramaturge et l’artiste multidisciplinaire. Cette œuvre théâtrale renvoie à cette année 1966, où le défunt puise son matériau et pour la première fois dans la culture populaire, en adoptant une esthétique typiquement marocaine.
Dans une déclaration à la MAP, la comédienne Amal Temmar a exprimé sa joie de faire partie de cette aventure artistique qui, espère-t-elle, contribuera à ramener les générations montantes vers l’héritage culturel et le patrimoine légués par les ancêtres.
Seddik Mekouar, l’un des conteurs de la pièce, a reconnu qu’il s’agit d’un nouveau défi personnel, parce qu’il n’a jamais campé un rôle similaire, ce qui l’a amené à travailler intensément sur le personnage.
Le président de la Fondation, Bakr Seddiki, a indiqué que cet établissement œuvre, via cette nouvelle expérience, à faire revivre le legs artistique du défunt, avec le soutien de plusieurs autres institutions.

Jeudi 24 Janvier 2019

Lu 784 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com