Libération





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La surpêche en forte diminution en Méditerranée et en mer Noire

73% des espèces commerciales sont toutefois encore surexploitées, selon la FAO


Libé
Dimanche 18 Décembre 2022

La surpêche en forte diminution en Méditerranée et en mer Noire
Les ressources halieutiques restent sous forte tension en Méditerranée et en mer Noire, malgré la forte diminution de la surpêche dans la région, selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

«La surpêche en Méditerranée et en mer Noire a fortement baissé au cours de la décennie écoulée, mais l’exploitation de la plupart des espèces commerciales est loin d’être durable », a indiqué la Commission générale des pêches pour la Méditerranée (CGPM) de l’agence onusienne dans un récent rapport sur La situation des pêches en Méditerranée et en mer Noire.

Les auteurs de ce rapport se réjouissent de ce que l’exploitation excessive dans la région a particulièrement baissé en ce qui concerne les espèces essentielles faisant l’objet de plans de gestion multilatéraux.

En effet, « bien que la plupart des principales espèces commerciales ne soient pas encore exploitées de manière durable, presque la totalité d’entre elles connaissent une baisse de la pression de pêche et sont actuellement à des niveaux inférieurs à la moyenne régionale », a noté la FAO dans son rapport.

Selon l’organisation internationale, il a été « constaté une diminution notable de la surpêche des stocks de merlu européen en Méditerranée, de turbot en mer Noire et de sole commune en mer Adriatique, qui sont actuellement soumis à un ou plusieurs plans de gestion, et certaines de ces espèces montrent déjà des signes de reconstitution de la biomasse ».

La CGPM dont l’objectif principal est de veiller à la préservation et à l’utilisation durable des ressources marines biologiques ainsi qu’au développement durable de l’aquaculture constate cependant que 73% des espèces commerciales sont encore surexploitées.

Par ailleurs, et quoique moins forte que dans le passé, la pression de pêche «reste le double de ce qui est considéré comme durable», a déploré la CGPM qui a mis en œuvre 10 plans de gestion pluriannuels des pêches visant des stocks prioritaires et concernant près de 7.000 bateaux.

Rappelons à ce propos que cette même Commission a également créé 10 zones de pêche réglementée en vue de réduire l’exploitation de stocks et d’écosystèmes d’eaux profondes sur plus de 1,7 million de kilomètres carrés de la Méditerranée et de la mer Noire et d’en améliorer la conservation.

«La Méditerranée et la mer Noire comptent parmi les régions de pêche les plus surexploitées au monde, mais nous y observons également un fort engagement dans la gestion efficace des ressources ces dernières années», se veut toutefois rassurant Manuel Barange, directeur de la Division des pêches et de l’aquaculture de la FAO. Et ce dernier de soutenir : «Une transformation bleue du secteur des pêches est le seul moyen de garantir que cette filière continue à soutenir la production alimentaire et les moyens de subsistance des générations actuelles et futures.»

A titre de rappel, la pêche en Méditerranée et en mer Noire génère chaque année 2,9 milliards d’USD de recettes et occupe un demi-million de travailleurs tout au long de la chaîne de valeur, selon les estimations.

D’après toujours les estimations des experts, en moyenne, dans la région, un habitant sur 1.000 est un pêcheur sur le littoral et, dans certaines zones côtières, ce chiffre peut être jusqu’à dix fois supérieur.

Il a été cependant observé que la main-d’œuvre vieillit. Comme l’a relevé l’organisation dans un communiqué synthétisant ledit rapport, « en 2020, plus de la moitié des marins-pêcheurs étaient âgés de plus de 40 ans et 10% seulement avaient moins de 25 ans ». Cette tendance s’accentue, d’après les dernières données du rapport.

A noter également que « la pêche artisanale représente 82% des navires et 59% des emplois. Elle fait également travailler le plus grand nombre de jeunes, mais les petits pêcheurs gagnent en général moins de la moitié du salaire des marins-pêcheurs de la flottille industrielle».

Alain Bouithy 


Lu 1376 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS