Facebook
Rss
Twitter









Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La souveraineté du Maroc sur ses terres, cette indéniable réalité qui enrage la junte et ses marionnettes



La pitoyable complicité algéro-polisarienne s'empêtre dans l'illusion et le mensonge



Les manœuvres et les magouilles des ennemis de l’intégrité territoriale du Royaume du Maroc visant à pousser le nouveau président américain, Joe Biden, à retirer la reconnaissance des Etats-Unis de la marocanité du Sahara n’étaient qu’un coup d’épée dans l’eau. En effet, lors d’un entretien téléphonique entre Meir Ben-Shabbat, conseiller à la sécurité nationale israélienne, et Jake Sullivan, conseiller à la sécurité nationale américaine, ce dernier a affirmé que les Etats-Unis apporteront leur appui à l’accord entre Israël, le Maroc et les Etats-Unis qui stipule, entre autres, la reconnaissance de la souveraineté pleine et entière du Maroc sur son Sahara. Pour sa part, le quotidien israélien The Jerusalem Post a souligné, récemment, que Joe Biden a l'intention de soutenir les accords d’Abraham incluant le Royaume, ce qui signifie, par ricochet, l’appui de la décision de Donald Trump concernant le Sahara marocain. La semaine dernière, la télévision israélienne «I24news» a publié un article dans lequel elle a affirmé que «des médias israéliens ont rapporté, en se basant sur des sources au sein du Parti démocrate, que Joe Biden s'est félicité de la décision du Maroc de rétablir ses relations avec Israël, ainsi que de la reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara, précisant que l'administration du nouveau président considère le Royaume comme un allié essentiel sur lequel elle peut compter comme étant un interlocuteur majeur en Afrique du Nord, excluant toute intention de la nouvelle administration d’annuler la décision de l'administration précédente ». Elle a également souligné que les ennemis du Royaume et «le lobby américain qui travaille pour le compte de l’Algérie espèrent persuader l'équipe du nouveau président américain, Joe Biden, de revenir sur la décision américaine de reconnaître la souveraineté du Maroc sur son Sahara sous prétexte de préserver ses intérêts avec l'Algérie». Et d’ajouter que les récentes déclarations du candidat de Joe Biden au poste de secrétaire d’Etat, Antony Blinken, montrent que «l'administration Biden évitera de prendre toute mesure révisant les décisions signées par Trump et qui affecterait les relations d'Israël avec les pays arabes». Par ailleurs, le président sudafricain, Cyril Ramaphosa, a encore une fois manifesté son hostilité au Maroc et à son intégrité territoriale en appelant dimanche le président américain, Joe Biden, à annuler ce qu’il a considéré comme «reconnaissance illégale» de la souveraineté du Maroc sur son Sahara, proclamée le mois dernier par son prédécesseur, Donald Trump. Et selon l’APS, organe de propagande du régime algérien, le président sud-africain a affirmé que « son pays allait intensifier ses efforts au sein de l'Union africaine pour garantir au peuple sahraoui son droit à l'autodétermination ». «Politiquement parlant, il est difficile pour Biden de revenir sur les décisions prises par Donald Trump concernant les accords d’Abraham et notamment celle qui préconise la reconnaissance des Etats-Unis de la souveraineté du Maroc sur son Sahara», a souligné l’analyste et spécialiste des affaires africaines, Moussaoui Ajlaoui, dans une déclaration à Libé. Et d’ajouter : «Joe Biden ne changera rien et ne prendra aucun risque dans ce dossier qui est fortement lié à la sécurité d’Israël. Tout ce qu’il pourrait faire, c’est maintenir le statu quo dans la région». Pour sa part, Khadija MohsenFinan, politologue et spécialiste du Maghreb et des questions méditerrannéennes, a mis en avant dans un entretien avec TV5Monde que le président Biden ne changera pas la décision de Trump concernant le Sahara marocain. « Non. Il ne changera rien d’abord parce que c’est difficile de le faire, et ensuite parce qu’il n’a pas très envie de le faire et de se brouiller avec le Maroc ». Entre-temps, la machine de désinformation algéro-polisarienne continue, sans vergogne, d’inventer des fariboles et de fabriquer des fake news. Ces derniers jours, cette machine a relayé que les pantins séparatistes auraient « bombardé le poste frontalier d’El Guerguarat», que ce passage aurait été «fermé» et que la situation serait «chaotique», selon les propagandistes du Polisario. Cette infox a été démentie par les autorités marocaines qui ont affirmé que la situation à El Guerguarat est calme et normale et que le trafic routier entre le Maroc et la Mauritanie, et au-delà vers l’Afrique subsaharienne, «n’est aucunement perturbé». Elles ont également souligné que, malgré les harcèlements sans incidents des milices du Polisario, la situation à El Guerguarat, comme dans l’ensemble du Sahara marocain, est calme et normale. La propagande algéro-polisarienne tente vainement de montrer une « zone de guerre», à travers des fake news, des «communiqués de guerre», des dépêches et des reportages quotidiens sur des «accrochages imaginaires», ont précisé des sources marocaines autorisées à la MAP. Pour Moussaoui Ajlaoui, expert associé à Ames-Center, cette guerre chimérique que mènent les séparatistes, avec l’appui des généraux d’Alger et leurs médias de propagande, vise à faire pression sur la nouvelle administration américaine. «L’autre grand enjeu de cette guerre fictive est de dire que la région est devenue une zone de guerre et ainsi pousser le prochain sommet de l’Union africaine, prévu les 6 et 7 février prochain, à prendre une décision de cessez-le-feu qui serait une alternative au cessezle-feu onusien. En d’autres termes, le grand pari de l’Algérie et du Polisario, c’est pousser l’UA à se ressaisir de l’affaire du Sahara», nous a précisé Moussaoui Ajlaoui. 

Mourad Tabet
Lundi 25 Janvier 2021

Lu 443 fois


1.Posté par Said le 25/01/2021 18:31
Il faut une fermeté avec force et sans pitié contre le traître Harki d'alger

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.