Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La rentrée universitaire prévue pour la mi-octobre

Jamal Sebbani : Le plus important pour nous est que les examens de septembre et la rentrée se passent dans les meilleures conditions




 La rentrée universitaire 2020-2021 débutera à la mi-octobre prochain, a annoncé lundi le ministère de l'Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.
Dans un communiqué relayé par la MAP, le département de l'enseignement supérieur a, en effet, fait savoir que les étudiants auront la possibilité de choisir entre l’enseignement à distance ou en présentiel en groupe restreint, relevant que les mesures d'accompagnement des épreuves de la session de printemps seront mises en œuvre à partir du début septembre prochain en vue de clôturer l'année universitaire 2019-2020.
A cet effet, l'enseignement en présentiel sera accompagné par un ensemble de mesures de prévention, en pleine coordination avec les autorités publiques compétentes, afin de renforcer la prévention et la sécurité sanitaire, portant essentiellement sur le port obligatoire des masques à l'intérieur des espaces universitaires, la réduction du nombre des personnes dans les amphithéâtres et les salles, ainsi que la désinfection des espaces de formation et d'enseignement d'une manière continue.
La même source relève que le modèle pédagogique adopté pourrait à tout moment faire l'objet d'adaptation au niveau de chaque université publique, ou établissement d’enseignement supérieur ne relevant pas des universités, établissement d’enseignement supérieur partenaire ou un établissement d’enseignement supérieur privé, en fonction de l’évolution de la situation épidémiologique et des changements pouvant survenir au niveau de chaque région.
Quant aux modalités de la rentrée universitaire 2020-2021, le ministère a souligné que la pré-inscription des nouveaux étudiants a été initiée à distance via les plateformes électroniques des universités, notant que l'inscription sera progressivement complétée avec la simplification des procédures en vigueur, selon un calendrier annoncé par chaque université séparément.
Parallèlement aux procédures de reprise de l'enseignement, le ministère a fait savoir que l'Office national des œuvres universitaire sociales et culturelles, mène actuellement des travaux avec les autorités publiques compétentes afin de définir les conditions objectives et les formules appropriées pour une ouverture éventuelle des cités universitaires tout en prenant en considération l'évolution de la situation épidémiologique dans chaque région, relève le communiqué.
Les mesures d'accompagnement des épreuves de la session de printemps reportée seront mises en œuvre à partir du début septembre prochain en vue de clôturer l'année universitaire 2019-2020 et ce en appui de la programmation spécifique de toutes les universités publiques, des établissements de l'enseignement supérieur ne relevant pas des universités, des établissements de l'enseignement supérieur partenaires et des établissements de l'enseignement supérieur privés, dans le cadre de leur indépendance et du respect des décisions de leurs organes de décision afin de passer les examens reportés et faire réussir la rentrée universitaire actuelle tout en prenant en considération l'évolution de la situation épidémiologique aux niveaux local, provincial et régional.
La même source note également qu'au niveau des établissements universitaires à accès limité, les connaissances et les compétences seront évaluées à distance. S'agissant des établissements dont l'accès est ouvert, les connaissances et les compétences seront évaluées en présentiel tout en augmentant le nombre des centres d'examens et en les rapprochant des étudiants.
Après avoir salué les efforts déployés par les professeurs chercheurs et les administrateurs lors de la session de printemps, le ministère les a appelés à fournir davantage d'efforts et de mobilisation pour faire réussir cette échéance et affronter cette circonstance délicate que connaît le Royaume à l'instar des autres pays du monde. 
« Soyons clair, nous ne contestons pas la décision que le ministère a prise après consultation avec le comité scientifique. Mais nous insistons à ce que sa  mise en application soit faite en concertation avec les organismes concernés (conseils de l’université et des facultés) », a mis en exergue Jamal Sebbani, secrétaire général du SNESup dans une déclaration à Libé, soulignant que le plus important  est que les examens de septembre et la rentrée universitaire d'octobre prochain se passent dans les meilleures conditions. « Ce qui nous importe, c'est la santé des étudiants, des enseignants et des fonctionnaires durant cette conjoncture difficile », a-t-il précisé.
Concernant l’enseignement à distance, il  a estimé qu'il ne pourra jamais remplacer l’enseignement présentiel. «Nous avons eu recours à l’enseignement à distance depuis mars dernier, mais je pense que cet enseignement a des limites ». Et de préciser : « Nous préférons l’enseignement présentiel, mais si la situation épidémiologique exige que nous recourions à l’enseignement à distance en octobre prochain, nous allons nous y plier», a-t-il souligné
Par ailleurs, il a souligné que la crise sanitaire du Covid-19 a mis en lumière les efforts de l’Etat et du secteur public (enseignants, police, autorités, médecins et infirmiers qui sont, dans la plupart des cas, le pur produit de l’enseignement supérieur marocain) dans la lutte contre cette crise, appelant dans ce sens à une véritable réforme de l’enseignement supérieur et du système sanitaire au Maroc. 

T. M
Mercredi 26 Août 2020

Lu 1016 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >