Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La pierre philosophale d’Elalamy




La pierre philosophale d’Elalamy
Oyez, oyez gentes dames et nobles damoiseaux, l’un des vénérables membres de l’actuel gouvernement vient d’inventer la pierre philosophale et de dresser un constat qui va bouleverser le cours de l’histoire et remédier à tous les problèmes du Maroc.  Le ministre de l'Industrie, du Commerce, de  l'Investissement et de l'Economie numérique, Moulay Hafid Elalamy, puisque c’est de lui qu’il s’agit, vient de mettre le pied dans le plat en annonçant, de manière on ne peut plus solennelle, que la création de nouveaux postes d'emploi est tributaire de la croissance des  secteurs de l'industrie et de l'agriculture. 
Devant un parterre de membres de l’Association des anciens élèves de l'Ecole Polytechnique française (X-Maroc), il a expliqué, pince-sans-rire et avec les circonlocutions d’usage, que la seule vraie solution à même de permettre à notre pays de créer 1,3 million de postes de travail dans les dix  prochaines années, passe nécessairement par la relance de l’économie nationale. 
Cette fracassante révélation, serinée trois ans et des poussières après l’arrivée de Benkirane aux commandes, force une question : qu’est-ce que les caciques de l’Exécutif pensaient avant que cette fracassante découverte n’ait été faite ? Que les seules voies de salut n’étaient autres que l’économie de rente, l’importation de tous genres de chinoiseries de mauvaise qualité, la construction de prisons ou les incantations ? Que ce qui importait le plus était d’enrichir les riches et d’appauvrir les pauvres ? Que les maroquins méritaient tous les sacrifices et compromissions ? Que les promesses et effets d’annonce peuvent tenir de politique ?
Du coup, il était normal qu’un doute raisonné ne s’installe dans les esprits depuis ce 25 novembre 2011 de triste mémoire où on a vu les forces de la régression prendre la première place du podium.  
Tous ceux qui croyaient que le gouvernement et son chef d’orchestre connaissaient leur partition  sur le bout des doigts se demandent maintenant s’ils pourraient faire redémarrer la machine économique alors qu’ils viennent juste de réaliser qu’il faut se mettre à l’ouvrage.

Par Ahmed Saaidi
Jeudi 23 Avril 2015

Lu 760 fois

Dans la même rubrique :

​Au fil du temps - 01/01/2018

Perte de vitesse - 13/02/2017

L’année du coq - 31/12/2016

Raison d’Etat - 15/10/2015

1 2 3 4

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés