La nouvelle ère nucléaire


Libé
Vendredi 21 Octobre 2022

La nouvelle ère nucléaire
Les armes nucléaires font partie des relations internationales depuis août 1945, lorsque les Etats-Unis en ont largué deux sur le Japon pour hâter la fin de la Seconde Guerre mondiale. Aucune n'a été utilisée depuis lors.

De plus, les négociations sur l’armement entre les Etats-Unis et l’ex-Union soviétique ont réussi à limiter les arsenaux nucléaires des deux pays et à stopper ou ralentir la prolifération nucléaire. Aujourd'hui, seuls sept autres pays (le Royaume-Uni, la France, la Chine, Israël, l'Inde, le Pakistan et la Corée du Nord) possèdent des armes nucléaires .

La question maintenant est de savoir si nous sommes à l'aube d'une nouvelle ère d'arsenaux nucléaires en expansion, d'un rôle plus important pour eux dans la géopolitique et d'efforts de la part d'un plus grand nombre de pays pour les acquérir. Au danger s'ajoute le sentiment que le tabou nucléaire concernant la possession ou même l'utilisation d'armes nucléaires est en train de s'estomper, en raison du passage du temps et de l'émergence d'une nouvelle génération d'armes nucléaires dites tactiques qui impliquent des résultats moins catastrophiques et peuvent donc paraître plus utilisables.

La guerre de la Russie contre l'Ukraine a rendu l'arrivée de cette nouvelle ère plus probable de plusieurs manières. Après l'éclatement de l'Union soviétique en 1991, l'Ukraine a rendu les armes nucléaires restées sur son territoire en échange de garanties de sécurité. Depuis lors, la Russie a envahi ce pays deux fois, un résultat qui pourrait persuader les autres du fait que l'abandon des armes nucléaires diminue la sécurité d'un pays.

Puis, à la suite de la deuxième invasion russe au début de cette année, les Etats-Unis ont exclu toute implication militaire directe au nom de l'Ukraine, craignant que l'envoi de troupes ou l'établissement d'une zone d'exclusion aérienne ne conduise à une troisième guerre mondiale nucléaire. La Chine et d'autres pays pourraient y voir la preuve que la possession d'un arsenal nucléaire substantiel peut dissuader les Etats-Unis ou au moins les pousser à agir avec plus de retenue. Plus récemment, dans le contexte d'importants revers sur le champ de bataille, le président russe Vladimir Poutine a menacé d'utiliser des armes nucléaires en Ukraine ou à proximité dans le but d'intimider les Ukrainiens et de forcer les gouvernements européens et les Etats-Unis à repenser leur soutien au pays.

Des développements ailleurs ont également contribué à repenser la valeur des armes nucléaires. Les régimes et les dirigeants en Irak et en Libye ont été évincés après avoir abandonné leurs programmes d'armes nucléaires, ce qui pourrait amener d'autres à considérer les avantages de conserver ou de développer des capacités nucléaires. La Corée du Nord, pour sa part, reste en sécurité alors qu'elle continue d'étendre son arsenal nucléaire. Le monde a également appris à vivre avec les arsenaux nucléaires israéliens, indiens et pakistanais.

Le danger réside dans le fait que plus d'armes nucléaires dans plus de mains augmente les chances qu'une ou plusieurs de ces armes incroyablement destructrices soient utilisées. La dissuasion et la garde responsable ne peuvent pas être présumées. La possession d'armes nucléaires a également le potentiel de fournir une sorte de bouclier qui pourrait rendre l'agression non nucléaire plus courante.

Compte tenu de ces risques, la tâche la plus immédiate est de s'assurer que les coups de sabre nucléaires de Poutine ne soient pas récompensés, de peur qu'ils ne créent un dangereux précédent. Cela nécessite le maintien du soutien militaire et économique occidental à l'Ukraine, ainsi que des rappels réguliers à la Russie par les Etats-Unis et leurs alliés que les conséquences de toute utilisation nucléaire, à la fois pour les forces militaires russes en Ukraine et pour toute personne impliquée dans la décision, l'emporteraient de loin sur tout avantage perçu.

Dans le même temps, et certainement avant le début de 2026, lorsque le nouveau traité START limitant les arsenaux des deux grandes puissances nucléaires expirera , les Etats-Unis devraient signaler à la Russie qu'ils sont prêts à discuter de la prochaine phase de contrôle des armements nucléaires. Le nombre et les types de systèmes d'armes à limiter doivent être à l'ordre du jour, tout comme l'inclusion de la Chine.

Les Etats-Unis, avec leurs partenaires dans la région, devraient également prendre des mesures - diplomatiques ou militaires si nécessaire - pour s'assurer que l'Iran ne développe pas d'armes nucléaires. A défaut, un ou plusieurs des voisins de l'Iran pourraient bien décider qu'ils ont eux-mêmes besoin d'armes nucléaires. Un tel scénario entraînerait le Moyen-Orient, la région la moins stable du monde pendant trois décennies, dans une direction encore plus dangereuse.

La relance de l' accord nucléaire de 2015 que l'Iran a conclu avec les puissances mondiales (et dont les Etats-Unis se sont retirés en 2018) n'aiderait que temporairement, car l'accord comporte plusieurs clauses dites d'extinction. Cela semble un prix trop élevé à payer, car il permettrait à l'Iran de se soustraire à des sanctions importantes, permettant ainsi au régime de poursuivre une politique étrangère encore plus agressive et  lui fournissant une bouée de sauvetage.

Une autre série de préoccupations se trouve en Asie. Les tentatives de séparer la Corée du Nord de ses armes nucléaires ne mènent nulle part. La dénucléarisation complète devrait rester un objectif, mais entre-temps, les Etats-Unis, la Corée du Sud et le Japon doivent envisager une forme de proposition de contrôle des armements qui limiterait l'arsenal nucléaire et les systèmes de missiles de la Corée du Nord en échange d'une réduction des sanctions.

Les Etats-Unis devraient également maintenir leur alliance étroite avec la Corée du Sud et le Japon vis-à-vis non seulement de la Corée du Nord, mais aussi de la Chine. Ne pas le faire conduirait très probablement les deux pays à reconsidérer leur renonciation aux armes nucléaires.

Pendant longtemps, de nombreux universitaires et décideurs ont agi en partant du fait que le problème nucléaire était une relique de la guerre froide. En fait, le monde se rapproche d'une ère qui pourrait être définie davantage par les armes nucléaires. Changer de cap est impératif car le temps presse.

Par Richard Haass
Président du Council on Foreign Relations et ancien directeur de la planification politique du département d'Etat américain (2001-2003).


Lu 3460 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 24 Novembre 2022 - 18:00 La coupe du monde et l'économie mondiale

Dimanche 20 Novembre 2022 - 11:59 La question à un billion d'euros de l'UE