Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La junte d'Alger s'agite dans ses bottes

Des journalistes à la solde dénaturent l'information et la profession


Depuisl’intervention professionnelle et pacifique des Forces Armées Royales pour chasser les miliciens du Polisario initiée vendredi dernier pour rétablir l’ordre au niveau du passage frontalier d'El Guerguarat reliant le Maroc à la Mauritanie et aux autres pays de l’Afrique de l’Ouest, les dirigeants algériens et leurs officines de propagande n’ont cessé de se déchaîner contre le Royaume et ses institutions. Dans ce cadre, le général Saïd Changriha, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire, a fulminé dans un reportage diffusé sur la télévision publique algérienne en annonçant à qui voulait l'entendre que «lesfrontières nationales de l’Algérie, en particulier l’Ouest, le Sud-ouest et le Sud-est, sont une ligne rouge. […] Maintenir la vigilance à son plus haut niveau est un devoir sacré pour protéger l’Algérie». Tous ceux qui regardent les émissions ou lisent les articles consacrés dans les médias algériens à l’affaire d’El Guerguarat en particulier, et celle du Sahara en général, ne peuvent que se rendre compte de la profonde antipathie de ces médias à l’égard d’un pays voisin, traité à la fois de «colonisateur», d’«agresseur», d’«ennemi», et j’en passe. Comment expliquer cet acharnement et cette nervosité hystérique quise sont emparés des dirigeants et des médias algériens et quise situent aux antipodes du discours officiel selon lequel Alger n’est qu’un simple observateur dans le conflit du Sahara ? A ce propos, Moussaoui Ajlaoui, chercheur et expert associé àAmes-Center, nous a expliqué que la dernière intervention ferme des FARa déjoué un plan algérien visant à imposer une nouvelle réalité géopolitique dans la région. «Ils'agit en l’occurrence d'un plan ourdi pour provoquer un nouveau changement géopolitique dansla région d’El Guerguarat via l'installation parlesmiliciens du Polisario de campements permanents», a-t-il souligné. Et d’ajouter : «Ce plan algérien visait donc à fermer définitivement ce passage qui relie le Maroc à sa profondeur africaine et à surveillerla ligne maritime de l'océanAtlantique reliant les côtes marocaines et mauritaniennes. D’où la frénésie des dirigeants algériens après l'échec de leur plan ». Ceci d'autant plus que l’opération marocaine contre lesséparatistes a été largement appuyée par des pays arabes, islamiques et africains et qu'aucun pays n’a soutenu le Polisario et ses commanditaires. « Cet élan de solidarité arabe, africaine et islamique avec le Maroc a étonné les dirigeants politiques et militaires algériens et les a agacés », a mis en avant MoussaouiAjlaoui, expert dansles affaires africaines. En attestent plusieurs articles de presse dont celui qui a été publié hier par le quotidien algérien «Liberté» et qui prouve l’isolement de l’Algérie sur la scène diplomatique arabe et islamique (voiremondiale).«LesAlgériens se sentent trahis, ou plutôt blousés, par leurs “frères” arabo-musulmans qui ont pris parti pour l’intervention marocaine … Lesréactions des Emirats, du Bahreïn, de l’Organisation de la Conférence islamique, et d’autres membres de la Ligue arabe ont ému certains qui vivent mal cette espèce d’épreuve d’infidélité», a écrit l’auteur de cet article. Et de poursuivre avec amertume : « Près de soixante ans après la fin d’une guerre à l’issue de laquelle nous avons hérité du prestige et du talent d’une diplomatie d’engagement, nous souffrons donc de ce déclassement international perçu comme expression de notre déclin global». Par ailleurs, Moussaoui Ajlaoui a assuré que l’Algérie a prouvé, encore une fois, « à traversses positions officielles etsamachine médiatique officielle et semi-officielle, qu'elle est une partie principale dans le conflit du Sahara et non pas un pays observateur comme elle le prétend pour berner l'opinion publique internationale». De là, on comprend aisément,selon lui, la raison pour laquelle le Souverain a misl’accent dansson entretien téléphonique qu'il a eu lundi avec le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, surla nécessité d’impliquerles véritables parties dans l’affaire du Sahara marocain pour parvenir à une solution politique définitive. Le Maroc «continuera à soutenirses efforts(du Secrétaire général de l’ONU) dans le cadre du processus politique. Celui-ci devrait reprendre sur la base de paramètres clairs, impliquant les véritables parties à ce différend régional et permettant une solution réaliste et réalisable dans le cadre de la souveraineté du Royaume », a déclaré en substance S.M le Roi Mohammed VI. Moussaoui Ajlaoui a,sur un autre volet, mis en garde contre une « attitude imprudente de la part de l’Algérie », dans un contexte marqué parla crise politique etsociale profonde qui la secoue (contestation populaire et faible participation au référendum sur la nouvelle Constitution) et par la vacance au niveau de sa magistrature suprême suite à l’hospitalisation du président Abdelmajid Teboune depuis quelques semaines en Allemagne. «Vu les discours incendiaires des chefs militaires et le ton belliqueux des médias de ce pays, il n’est pas exclu que l’Algérie instrumentalise ses pantinsséparatistes pourse lancer dans une aventure contre le Maroc », a prévenu notre interlocuteur. Il y a lieu de rappeler que l'armée algérienne avait effectué en mai dernier des manœuvres militaires à balles réelles à la frontière marocaine au Sud jouxtant le mur de sécurité marocain. Ces manœuvres se sont déroulées dansla troisièmeRégion militaire (Tindouf) où sont installés les camps des séparatistes. 

Mourad Tabet
Mardi 17 Novembre 2020

Lu 498 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS