Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La France en fête




Au terme d’une finale particulière contre la Croatie (4-2), vingt ans après sa première étoile, l’équipe de France a renvoyé des centaines de milliers de personnes communier dans les rues, en ce 15 juillet 2018.
L’échec des trois grands favoris, Brésil, Allemagne et Espagne, ainsi qu’en filigrane, celui du jeu de possession. L’élimination prématurée de sérieux outsiders : Argentine et Portugal. Le zéro pointé des équipes africaines. Le destin contrarié des trois meilleurs joueurs au monde, Messi, Ronaldo et Neymar. La faillite de grands attaquants, Agüero, Salah et Mané et le retour en force des manieurs de ballon, Modric, Rakitic ou De Bruyne. Ce sont autant de façons d’évoquer cette Coupe du monde. Pourtant, on n’a rien vu de neuf coté jeu ou organisation tactique. La compétition a été d’un niveau technique moyen. En revanche, elle a mis en valeur les équipes qui dégageaient d’abord une vraie force collective, au même titre que l’assistance vidéo (VAR) «Grâce au VAR, les arbitres ont pris la juste décision dans 99,3 % des cas en phase de poules», a dit Pierluigi Collina, le président de la commission des arbitres de la FIFA.

Mardi 1 Janvier 2019

Lu 80 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 24 Septembre 2020 - 18:00 Ayoub El Kaabi wydadi pour de bon

Jeudi 24 Septembre 2020 - 18:00 PSG-OM Epilogue Neymar attendu le 30 septembre