Facebook
Rss
Twitter









Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La France doit s'inscrire dans la dynamique initiée par la reconnaissance US de la marocanité du Sahara

Benjamin Griveaux, député de Paris et co-fondateur d'En Marche





La France doit s'inscrire dans la dynamique initiée par la reconnaissance US de la marocanité du Sahara
La France, alliée et partenaire stratégique historique du Maroc, doit s’inscrire dans la dynamique enclenchée par la reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara, estime Benjamin Griveaux, député de Paris, cofondateur d'En Marche (Majorité présidentielle).

«Les Etats-Unis ont récemment reconnu, et la nouvelle administration Biden l’a confirmé, la marocanité du Sahara, permettant ainsi d’ouvrir la voie à une résolution pérenne et juste d’un conflit qui n’a que trop duré dans la région. Pour être véritablement durable, cette démarche doit s’inscrire dans une approche résolument multilatérale dans laquelle la France, mais aussi l’Union européenne, doivent prendre toute leur part. Une dynamique a été initiée et ne doit pas retomber», a affirmé l’ancien porte-parole du gouvernement français dans une déclaration parvenue jeudi à la MAP.

Le député français a émis, dans ce contexte, le souhait que "la France, partenaire historique du Maroc, puisse œuvrer pour lever les dernières résistances qui sont encore présentes, tant chez ses partenaires européens qu’auprès des pays voisins du Royaume". Selon Benjamin Griveaux, "la question de la normalisation de la situation au Sahara est centrale à double titre. Elle est d’abord indispensable à la stabilité régionale et à la sécurité de l’ensemble de la zone sahélo-saharienne auxquelles le Maroc a beaucoup contribué, en particulier dans la lutte constante contre certains groupes djihadistes". "La reconnaissance de la marocanité du Sahara est également une chance pour les populations locales et les provinces du Sud marocain en termes de développement économique", a-t-il affirmé.

"La ville portuaire de Dakhla en est le symbole et dispose de tous les atouts pour se hisser au niveau du développement que connaissent d’autres grands centres économiques et industriels marocains", a souligné l’ancien ministre français, affirmant que "le Maroc est déjà en première ligne de la transition verte à l’échelle du continent africain et son savoir-faire comme son expertise sont unanimement reconnus". "Dakhla dispose de tout le potentiel nécessaire pour devenir, à moyen terme, la grande plateforme continentale de la transition écologique", a-t-il encore dit, avant de conclure que "la France et l’Union européenne ne doivent pas manquer ce rendez-vous important pour le Maroc et l’ensemble de la région".

Libé
Vendredi 12 Février 2021

Lu 367 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 11 Mai 2021 - 12:50 L'Europe poursuit son déconfinement