Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Centrale planche sur son retour à la deuxième Chambre

Les conseillers de la CDT perçoivent encore leurs indemnités




Contre toute attente, les quatre députés de la Confédération démocratique du travail (CDT) Habib Bouchaib, Alaoui Lahouir, Mustapha Chtatbi et Ahmed Akhmiss qui ont démissionné le 19 avril dernier  de la Chambre des conseillers ont perçu leurs indemnités des mois d’octobre, novembre et décembre 2008.
Cette décision a été prise par le Bureau de la Chambre des conseillers suite à une rencontre entre Mohamed Fadili, premier adjoint du président et Noubir Amaoui, secrétaire général de la CDT.La question du retour de la Confédération à cette instance législative, sera examinée au cours de la réunion du  Conseil national de la CDT qui se tiendra dimanche prochain.
Des sources bien informées ont indiqué qu’une telle décision devrait passer par la procédure normale, à savoir l’information de  la présidence de la deuxième Chambre et la saisine par lettre du Conseil constitutionnel. Aucune de ces démarches n’a été entreprise jusqu’à présent.
Commentant cette décision, un membre du Bureau de la Chambre a souligné qu’à défaut d’une lettre de démission personnelle conformément à la procédure prévue par l’article 44 du règlement intérieur de ladite Chambre, le président de celle-ci doit officiellement  informer de toute démission d’un conseiller par lettre individuelle. La démission ne peut être considérée comme définitive qu’après publication au Bulletin Officiel dans un délai de huit jours francs après son dépôt. De ce fait, faire bénéficier les quatre députés de leurs émoluments est une décision juste.
Mais le fait de continuer de bénéficier de plusieurs avantages pour  des responsabilités qu’ils ont refusé d’assumer et des documents diplomatiques va à l’encontre des principes mêmes de ce syndicat qui a pourtant toujours dénoncé la dilapidation des deniers publics.
A souligner que  neuf députés de la Confédération démocratique du travail (CDT) ont démissionné le 19 avril dernier  de la Chambre des conseillers. Mais à l’ouverture de la session parlementaire d’octobre, cinq d’entre eux ont repris leur siège, contrecarrant ainsi la position de leur centrale syndicale. Il s’agit d’Abdelmamek Afriat, Abderrahim Erramah, Mustapha Achab, Mohamed Daaidaa et Mohamed Lachguer.
Après que le Bureau exécutif  de la CDT a décidé d’expulser Abdelmalek Afriat, Abderrahim Erramah, Mustapha Achab, Mohamed Daaidaa et Mohamed Lachguer, et d’interdire au Syndicat national des Finances de tenir son congrès national au centre culturel de Sidi Belyout, une autre décision vient d’être prise concernant les quatre conseillers élus au nom de la Centrale syndicale de Noubir Amaoui et qui ont préféré y rester.

Larbi Bouhamida
Vendredi 9 Janvier 2009

Lu 684 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif