Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Bulgarie soutient la recherche d'une solution durable au Sahara

Fin de la tournée de Nasser Bourita dans les Balkans




 La Bulgarie a exprimé, jeudi, son appréciation pour «les efforts sérieux et dignes de confiance» du Maroc visant à trouver une solution politique durable à la question du Sahara marocain.
Dans un communiqué publié à Sofia, le ministère bulgare des Affaires étrangères souligne que la Bulgarie «soutient la recherche d'une solution durable et équitable» à ce conflit régional par la voie des négociations sous les auspices de l'ONU et conformément aux résolutions du Conseil de sécurité.
«Nous encourageons les parties au conflit à davantage de coopération» pour réaliser des progrès dans le processus politique, ajoute la même source, saluant les efforts déployés par le Secrétaire général des Nations unies et son Envoyé personnel, Horst Kohler.
Cette déclaration intervient suite aux entretiens de la vice-Première ministre bulgare chargée de la Réforme de la justice et ministre des Affaires étrangères, Ekaterina Zaharieva, avec le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita, en visite officielle en Bulgarie.
Durant sa visite à Sofia, la dernière étape d'une tournée entamée, mardi, dans la région des Balkans avec pour objectif de s’ouvrir sur de nouveaux espaces et de diversifier les partenaires du Royaume au sein du continent européen, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a eu, jeudi, un entretien avec le Premier ministre bulgare, Bayko Borissov, axé notamment sur les moyens de renforcer davantage la coopération bilatérale dans divers domaines.
Le Premier ministre bulgare a exprimé à cette occasion sa disposition à effectuer prochainement «une visite officielle» au Maroc avec pour objectif d’insuffler une nouvelle dynamique au partenariat entre les deux pays.
Nasser Bourita a, par la suite, eu un entretien avec la présidente de l’Assemblée nationale de Bulgarie, Tsveta Karayancheva, sur des questions d’intérêt commun.
S’exprimant à cette occasion, le chef de la diplomatie marocaine a appelé à cordonner davantage les actions des institutions législatives du Maroc et de la Bulgarie afin de défendre les intérêts des deux pays et faire face aux défis communs notamment le phénomène de l‘émigration clandestine et la menace terroriste.
Le ministre a également estimé nécessaire que l’Union européenne (UE) procède à une révision de ses mécanismes de coopération surtout avec les pays situés dans la rive Sud de la Méditerranée.
A signaler également qu’un mémorandum d’entente a été signé, jeudi à Sofia, entre le Maroc et la Bulgarie ayant notamment pour objectif de promouvoir la coopération bilatérale en matière de formation dans le domaine de la diplomatie.
Dans une allocution de circonstance, Nasser Bourita a affirmé que le Maroc et la Bulgarie développent une coopération fructueuse dans divers domaines et entretiennent des relations solides basées sur le respect mutuel.
Le ministre a également appelé à l’élaboration d’une «Feuille de route» de nature à consolider le partenariat bilatéral et à donner corps aux objectifs fixés, estimant nécessaire de renforcer les contacts entre les opérateurs économiques des deux pays dans la perspective de réaliser de nouveaux projets surtout dans les filières de l’agriculture et du tourisme, entre autres.
«Nous apprécions à sa juste valeur le soutien important de la Bulgarie» pour le développement du partenariat entre le Maroc et l’Union européenne (UE), a affirmé le ministre, appelant à renforcer la concertation entre les deux partenaires particulièrement au sujet de la question de l’émigration.

Samedi 15 Septembre 2018

Lu 754 fois


1.Posté par Samir le 15/09/2018 22:03
De source sur
L'Algérie a dépensé plus de 400.000 dollars de lobbying auprès des US (Média)
15/09/2018 11h:26 CET
HuffPost Algérie

Selon le journal en ligne Al-Monitor, spécialisé la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA), l’Algérie a déboursé plus de 400.000 dollars de lobbying en 2017 auprès de l’administration Trump des Etats-Unis d’Amérique.

Basé à Washington, le site d’informations Al-Monitor publie chaque année des rapports sur le lobbying des pays arabes auprès de l’administration américaine. Cette série d’investigations, qui a été récompensée par un Prix de journalisme en ligne selon ses auteurs, résume les dépenses de lobbying chaque pays de la région en révélant le “pourquoi”, le “comment” et surtout le “combien”.

Publicité

Al-Monitor explique que ces rapports “permettent de comprendre la politique extérieure des Etats-Unis et ses décisions envers les pays arabes, notamment ses contrats d’armement, ses aides étrangères, ses accords commerciaux et ses sanctions financières”.

L’Algérie a dépensé plus de 400.000 dollars en 2017
Ce site d’information s’est également intéressé à l’Algérie et ses dépenses de lobbying auprès de l’administration Trump l’année dernière. Dans un rapport publié la semaine passée, la même source révèle que le montant des dépenses se situe à environ 420.000 dollars.

L’Algérie a dépensé cette somme auprès du cabinet d’avocats Foley Hoag, basé à Boston, poursuit la même source, afin de “renforcer la coopération énergétique en suscitant l’intérêt du Congrès américain” et “relancer le processus de négociation entre le Sahara Occidental et le Maroc”.



Le rapport indique que le lobbying de l’Algérie a enregistré autant de victoires que de défaites. Ces dépenses ont permis d’inscrire la cause sahraouie dans un projet de loi de crédits au Sénat américain, de convaincre l’envoyé spécial de l’ONU au Sahara occidental de relancer les pourparlers de paix avec le Maroc et de susciter l’intérêt du Congrès pour la coopération hydrocarbure entre l’Algérie et les Etats-Unis.

Ce lobbying a toutefois fait face à une baisse de l’aide de l’ONU au Sahara occidental. Al-Monitor souligne également que le Département d’Etat a qualifié le Front Polisario de “séparatiste” dans un de ses rapports sur les droits de l’Homme.

A propos de la baisse de l’aide onusienne, l’ambassadeur de l’Algérie auprès des Nations Unies, Madjid Bouguerra, a fait savoir que cette baisse se justifie par la reconduction du mandat de la Minurso pour six mois au lieu d’une année habituelle, rajoutant que “cette mission, l’une des plus petites au monde, ne coûte pas aussi cher”.

Dans une interview à Al-Monitor, il a également expliqué avoir eu “quelques mots” avec le Département d’Etat concernant la qualification de “séparatiste” du Front Polisario. “Cela ne reflète pas la position officielle et réelle des Etats-Unis sur le conflit”, a-t-il affirmé.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés