Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'offre économique marocaine exposée à Paris

Troisièmes Rencontres Africa 2018




Une importante délégation économique marocaine a exposé, lundi à Paris, devant un parterre d’hommes d’affaires issus de nombreux pays africains et européens, les atouts dont se prévaut le Maroc dans différents secteurs d’activités économiques, et ce à l’occasion d’une conférence-débat organisée dans le cadre des 3èmes «Rencontres Africa 2018 », qu’a abritée deux jours durant la capitale française.
Placée sous le thème : « Maroc, le carrefour africain : Quid de la montée en gamme africaine dans la chaîne de valeurs mondiales?», cette conférence-débat a été l’occasion d’échanger avec les partenaires économiques présents et de leur expliquer la démarche gagnant-gagnant prônée par les entreprises marocaines dans le cadre de leurs partenariats avec les entreprises africaines, conformément aux Hautes orientations de S.M le Roi, rapporte la MAP.
Pour mériter son appellation de carrefour entre l’Europe et l’Afrique, le Maroc entend faire profiter de son expertise et de son savoir-faire les pays africains avec lesquels il a une proximité culturelle, cultuelle et opérationnelle, ont affirmé les membres de cette délégation, conduite par l’Association marocaine des exportateurs (ASMEX), l’Agence marocaine de développement des investissements (AMDIE) et la Chambre française de commerce et d’industrie du Maroc.
Grâce à sa situation géographique, à la jonction entre Afrique, Europe et monde arabe, au fort réseau de ses banques dynamiques implantées en Afrique, à sa connectivité terrestre, maritime et aéroportuaire et aux nombreux accords de libre-échange conclus avec plus d’une cinquantaine de pays, mais aussi à son maillage d’enseignement (grandes écoles françaises notamment), le Royaume dispose de tous les atouts nécessaires pour contribuer à l’émancipation du continent, tout en profitant de la technologie qu’offrent les partenaires européens, ont-ils souligné.
Le Maroc, qui exporte pour plus de 25 milliards de dollars à l’international, commerce finalement peu avec l’Afrique, a toutefois indiqué M. Hassan Sentissi, président de l’ASMEX dans une déclaration à la MAP en exprimant le vœu de faire davantage dans les années à venir. ''Nous devons être plus offensifs et agir dans le cadre de partenariats gagnant-gagnant et développer davantage d’intégration Sud-Sud'', a-t-il affirmé. Fort de son expérience en matière d’électrification et d’approvisionnement en eau potable, le Maroc ambitionne par exemple de faire profiter des pays d’Afrique de ce savoir-faire en s’inscrivant dans une politique de co-développement et dans une économie de partage, a précisé à cet égard M. Abdelaziz Taarji, vice-président de l’Asmex et président de la Fédération de l’eau en rappelant que l’électrification rurale dans le Royaume est de l’ordre de 98%.
M. Hakim Marrakchi, PDG de Maghreb Industries, a indiqué, pour sa part, dans une déclaration similaire, que le Maroc a une expérience en termes de transition démographique et de développement de l’agro-industrie qui sont aujourd’hui nécessaires pour de nombreux pays du Sahel et d’ailleurs en Afrique et qu’il veut justement mettre en valeur, pour contribuer au développement du continent.
Le Royaume développe en même temps des industries dans lesquelles il est devenu un acteur important à l’instar de celle de l’automobile, secteur devenu le premier exportateur aujourd’hui dans le pays, a-t-il dit en soulignant la nécessité de faire davantage d’intégration Sud-Sud. Le secrétaire général de la Chambre française de commerce et d’industrie du Maroc, Jean-Marc Pons, a mis l’accent de son côté sur le rôle important joué par le Maroc non seulement en matière de co-développement mais aussi en tant que terre d’accueil pour toutes les entreprises qui souhaitent avoir une base arrière solide pour se projeter vers l’Afrique.
Le Royaume compte des success-story dans le développement des filières automobile et aéronautique et une compétence réelle dans la gestion des ports (Tanger-Med), qui sont autant d’atouts lui permettant de se développer en Afrique et d’accompagner les entreprises africaines, a-t-il fait remarquer en précisant que toutes ces filières bénéficient à la sous-traitance au Maroc puisque le taux d’intégration, qui mesure la sous-traitance locale à laquelle font appel les grands groupes, est de l’ordre de 60%, ce qui constitue une performance. Le Maroc a un rôle éminent à jouer en tant que «Go-between» entre l’Afrique et la France, a estimé, quant à lui, le commissaire général des «Rencontres Africa 2018», Marc Hoffmeister, en notant que les deux parties ont chacune leurs arguments mais qu’elles sont complémentaires et l’idée c’est de les «mixer» pour construire ensemble des partenariats.
Plus de 2000 participants dont près de 800 en provenance d’Afrique ont pris part à ces rencontres.

Mercredi 26 Septembre 2018

Lu 609 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés