Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’ingénieur parent pauvre d’un dialogue biaisé à l’origine

Driss Lachguar lors du 3ème Congrès national du secteur des ingénieurs ittihadis


Mourad Tabet
Lundi 19 Juin 2023

Aujourd'hui, l'Etat s'adresse aux enseignants du supérieur, aux avocats, aux médecins et à toutes les professions,mais pourquoi pas aux ingénieurs ?

Phs: Lmoussaoui
Phs: Lmoussaoui
«L'ingénieur ittihadi est au cœur de la bataille du développement». Sous ce slogan et sous la présidence du Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachguar, les ingénieurs de l’USFP ont tenu leur 3ème Congrès national qui constitue une étape organisationnelle importante pour débattre de la réalité de l'ingénierie au Maroc, ses perspectives, et les défis auxquels elle est confrontée aux niveaux national et international, et mettre en lumière les rôles que jouent les ingénieurs ittihadis dans les chantiers de développement en particulier et dans le projet sociétal que défend le parti de la Rose depuis des décennies.

Driss Lachguar a exprimé sa satisfaction de la tenue des travaux de ce Congrès national après un long retard dû essentiellement à la crise sanitaire du Covid-19, saluant tout particulièrement les membres de la commission préparatoire pour leurs efforts consentis pour la tenue de cet important évènement, qui s’inscrit, faut-il le rappeler, dans le cadre de la dynamique organisationnelle que connaît le parti de la Rose depuis la tenue de son 11ème Congrès national en 2022.

Il a rappelé que le 3ème Congrès des ingénieurs ittihadis représente une étape importante vu que l'ingénierie joue un rôle primordial pour relever les défis du développement au Maroc et contribuer à établir les bases de la souveraineté alimentaire, de la sécurité de l'eau et de l'énergie.

Il a également souligné que le 3ème Congrès national des ingénieurs ittihadis constitue une étape importante de réflexion, d’encadrement et de travail collectif, et ce à travers l'organisation du secteur et la structuration de ses organes sur les plans national et provincial, et au niveau des groupes de travail thématiques et l'organisation de conférences et de chantiers pour débattre des questions se rapportant à la profession d’ingénieur et de technologie et des projets et programmes d’équipement et de développement sur l'ensemble du territoire national sous l’égide de la direction du parti, qui tient à accompagner toutes les initiatives à tous les niveaux.

Le Premier secrétaire de l’USFP a aussi mis en avant que l'ingénieur est au centre du projet de développement et que la profession d'ingénieur dans le monde d’aujourd’hui est au centre du développement lié à divers domaines tels que la médecine, la bourse, les statistiques, entre autres domaines.

Le leader ittihadi a également mis l’accent sur l’importance de l’ingénierie dans la vie moderne, indiquant que la révolution actuelle opérée par l'intelligence artificielle aura de toute évidence un impact sur la vision du monde.

Il a appelé à s’ouvrir sur de jeunes ingénieurs, car tous les secteurs ont besoin de l’ingénierie, exprimant son étonnement quant à l’exclusion de l'ingénieur de l’élaboration du projet de développement.

Dans la même veine, Driss Lachguar a salué les compétences dont disposent les ingénieurs ittihadis : «La formation que vous avez acquise, ainsi que l'expérience et le savoir-faire dans la gestion des affaires nationales et locales vous permettent d'occuper des postes importants dans le processus de prise de décision et de mise en œuvre, d’évaluation et de valorisation de tous les projets de développement globaux et intégrés dans notre pays ».

D’un autre côté, Driss Lachguar a critiqué le traitement réservé par le gouvernement aux ingénieurs au Maroc.

«Aujourd'hui, l'Etat s'adresse aux enseignants du supérieur, aux avocats, aux médecins et à toutes les professions, mais pas aux ingénieurs. Ils sont exclus, car personne ne s'est adressé à eux depuis des années, comme si nous leur étions hostiles», a-t-il martelé.
 
Création d’une instance nationale

Par ailleurs, le Premier secrétaire de l’USFP a appelé à la création d’une instance nationale défendant les intérêts de l'ingénieur et de la profession.

Driss Lachguar a expliqué que l’USFP présentera une proposition de loi relative à la création d’un Ordre national défendant les ingénieurs marocains et entamera des discussions avec les autres partis politiques à propos de ce sujet.

«Nous vous exhortons à prendre les devants dans une dynamique créative et éclairée pour créer l'Organisation nationale des ingénieurs marocains en coopération avec toutes les potentialités sectorielles dans notre pays», a-t-il précisé dans son discours devant un parterre d’ingénieurs ittihadis représentant toutes les régions du Royaume.
 
Représentativité des femmes ingénieures
 
Le dirigeant ittihadi a, par ailleurs, affirmé que le secteur des ingénieurs ittihadis a non seulement rendu service à l’USFP, mais aussi au pays, appelant tout particulièrement à une bonne représentativité des femmes ingénieures au sein du conseil de coordination, étant donné la centralité de la question des femmes dans son projet sociétal.

Il a également rappelé le rôle important qu’a joué l'Union nationale des ingénieurs marocains (UNIM), lorsqu'elle était dirigée par des ingénieurs ittihadis et les acquis réalisés en faveur de la profession et des ingénieurs avant que des problèmes organisationnels ne surgissent en raison de luttes futiles entre certaines parties au sein de l’UNIM.

Driss Lachguar a précisé que le secteur des ingénieurs ittihadis a toujours tenu à défendre l'indépendance de l'organisation, soulignant que cette indépendance ne signifie absolument pas la neutralité passive, car les ingénieurs ont le droit de prendre part à tous les combats du peuple marocain pour la dignité, la justice, la liberté et l’égalité.

«Nous connaissons vos engagements dans l’action politique fructueuse et vos aspirations à participer activement au développement, à la démocratie, à la bonne gouvernance réelle et tangible et à la lutte contre toutes les formes de corruption où qu'elles existent. Nous savons également à quel point vous tenez à organiser, réglementer et valoriser la profession d'ingénieur dans notre pays, telle qu'elle est pratiquée dans de nombreux pays du monde.

Par conséquent, nous vous exhortons à élargir et à renforcer le secteur des ingénieurs ittihadis et à s'ouvrir à tous les ingénieurs ittihadis qui n’ont pas pu nous joindre aujourd'hui, et à toutes les compétences en ingénierie dont regorge notre pays, et ce par une communication continue et un travail au niveau sectoriel et sur le terrain, en concertation avec vos propres organisations et au sein des organisations du parti », a conclu le dirigeant de l’USFP.

Mourad Tabet



Lu 716 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020











Flux RSS
p