L’impératif moral de l’éducation des réfugiés


Libé
Samedi 25 Février 2023

L’impératif moral de l’éducation des réfugiés
Le talent est peut-être universel, mais l’opportunité ne l’est pas. Tout au long de ma vie, j’ai rencontré de nombreux écoliers et étudiants universitaires qui appréciaient leurs études, acquéraient des connaissances et des compétences, se faisaient des amis pour la vie et travaillaient pour leur avenir avant qu’un événement dramatique qui change leur vie ne les emporte. Soudain, ils étaient en danger et forcés de fuir leurs maisons. Leur talent est resté intact, ainsi que leur enthousiasme et leur désir, mais l’occasion a disparu - parfois pour de bon.

En plus de mettre en péril le bien-être physique et mental des jeunes, le déplacement forcé a un effet dévastateur sur leur éducation, mettant en péril leur santé future, leurs perspectives d’emploi et leurs revenus. Si chaque adulte dans le monde terminait ses études primaires et secondaires,selon l’UNESCO, le taux de pauvreté dans le monde serait plus que divisé par deux. Une étude de la Banque mondiale a révélé que chaque année scolaire supplémentaire peut augmenter de 12% la capacité de gain future d’une fille. De plus, il a été démontré que les adultes ayant fait des études universitaires et plus vivent en meilleure santé et plus longtemps,se marient plus tard et sont moins susceptibles de connaître une grossesse précoce.

Mais il y a plus.Au-delà de la création d’opportunités d’avancement professionnel, l’éducation peut fournir un environnement sûr, en particulier pour les enfants déplacés. Pour les jeunes déracinés de leurs foyers, terrains de jeux, équipes sportives et groupes d’amis, l’école offre un espace protégé, une mesure de stabilité et de normalité, et la possibilité de nouer de nouvelles relations, permettant aux enfants et aux adolescents d’explorer et d’enquêter tout en leur donnant des outils pour s’épanouir dans le monde des adultes.

Compte tenu des avantages que l’éducation peut apporter, il est inacceptable que près de la moitié des enfants réfugiés en âge d’être scolarisés dans le monde ne soient actuellement pas scolarisés. Selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), que je dirige, le taux brut de scolarisation des enfants réfugiés au niveau primaire était de 68% au cours de l’année scolaire 2021-22, contre environ 100% de scolarisation pour leurs pairs non réfugiés. Au niveau secondaire, le taux brut de scolarisation des réfugiés était nettement inférieur, à 37%, ce qui était inférieur à la moyenne des non-réfugiés dans toutes les régions.

Fait encourageant, l’inscription des réfugiés au niveau tertiaire est passée de 1% à 6% au cours des dernières années, reflétant les efforts du HCR pour accroître l’inscription des jeunes réfugiés dans l’enseignement supérieur d’ici 2030.

Maisil reste encore beaucoup de travail à faire. Sur les 26,7 millions de réfugiés actuellement sous le mandat du HCR, les trois quarts vivent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire et plus de 20% résident dans les pays les moins développés du monde. Alors que de nombreux pays accueillant des réfugiés ont adopté des politiques inclusives pour les réfugiés, ils manquent de ressources, telles que des enseignants et des installations supplémentaires, pour fournir une éducation de qualité. Et même lorsque les ressources sont disponibles, de nombreuses familles de réfugiés - comme toutes les personnes économiquement vulnérables - doivent peser le coût des livres, du transport et des frais par rapport à d’autres nécessités comme les soins de santé et l’électricité.

Investir dans l’éducation, c’est investir dans le développement, les droits de l’Homme et la paix, en particulier en ce qui concerne les réfugiés qui pourraient reconstruire leur pays d’origine lorsqu’ils pourront revenir. Mais pour s’assurer qu’ils sont éduqués par des enseignants qualifiés et qu’ils ont accès à du matériel d’apprentissage à jour, les jeunes réfugiés doivent être intégrés dans les systèmes éducatifs de leurs pays d’accueil.

Pour y parvenir, il faudrait un effort collectif massif, c’est pourquoi la communauté internationale doit soutenir les pays d’accueil, dont beaucoup ont assoupli les contrôles de l’immigration pour permettre l’intégration des réfugiés. En janvier 2021, un rapport conjoint du HCR et de la Banque mondiale estimait à 4,9 milliards de dollars les dépenses destinées à l’éducation. Mais c’était bien avant que l’invasion de l’Ukraine par la Russie ne déplace des millions d’élèves supplémentaires.

Ce chiffre peut sembler intimidant pour beaucoup. Mais il ne s’agit que d’une fraction des dépenses d’éducation annuelles moyennes dans les pays qui accueillent des réfugiés et d’une somme minuscule par rapport aux dépenses d’éducation des pays à revenu élevé. De plus, si on les compare à l’impact positif de l’éducation sur l’emploi et les compétences, les résultats en matière de santé, la réduction de la pauvreté et l’inclusivité économique - sans parler de l’épanouissement intellectuel et de la dignité humaine - 4,9 milliards de dollars par an représentent une dépense extrêmement modeste.

De plus, dépenser judicieusement peut générer des rendements démesurés. L’étude de la Banque mondiale a également montré qu’en se concentrant sur les pays à revenu faible et intermédiaire inférieur, qui ne représentent que 20% des dépenses mondiales d’éducation, nous pourrions garantir que près de la moitié de tous les réfugiés d’âge scolaire terminent leurs études.

Lors du premier Forum mondial sur les réfugiés du HCR en 2019, des centaines d’entreprises, de fondations, d’universités et de philanthropes se sont engagés à soutenir l’éducation des réfugiés, du financement aux politiques et au travail de plaidoyer. Le deuxième forum, qui se tiendra à Genève en décembre, offre l’opportunité d’intensifier ces engagements.

Plusieurs pays, dont la Norvège, la Suède et le Danemark, ont déjà introduit ou se sont engagés à adopter des politiques plus inclusives. Mais pour capitaliser sur ces mesures et développer les infrastructures nécessaires, des investissements supplémentaires sont nécessaires. Offrir à tous les enfants en crise les opportunités éducatives qu’ils méritent est l’un des principaux défis de notre époque.Veiller à ce que les enfants fuyant les conflits puissent encore apprendre contribuera à un monde plus pacifique et résilient et contribuera à combler le fossé béant entre le talent et les opportunités. Le coût d’un échec pourrait être immense, mais le succès rapporterait des dividendes pendant de nombreuses années à venir.

Par Filippo Grandi
Haut-Commissaire des Nations unies pour les réfugiés


Lu 2373 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.




services