Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’épidémie qui tue le bétail et ruine les humains

Au grand dam des éleveurs, les foyers de la fièvre aphteuse se multiplient à travers le pays




Et si la fièvre aphteuse n’était pas totalement éradiquée dans nos contrées ? C’est en tout cas le sens des dernières nouvelles qui nous sont parvenues.
Suite à une décision gubernatoriale émanant du gouverneur de la province de Khouribga, plusieurs marchés de bestiaux ont été fermés pour une quinzaine de jours à compter du dimanche 26 janvier. Cette décision qui touche les Souk El Had de Khouribga et de la commune d’Oulad Abdou ainsi que Souk Tlat relevant de la commune de Ganadiz  a été prise sur la base de la recommandation du directeur régional de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA), adressée le 25 janvier au gouverneur de Khouribga, suite à la découverte de plusieurs foyers de fièvre aphteuse.
Outre l’exaspération qu’elle a suscitée chez les éleveurs et toutes les personnes pour qui les marchés de bestiaux sont synonymes de gagne-pain, une incohérence transparaît à travers la chronologie des faits et décisions prises comparativement aux informations officielles diffusées.
En effet, le 24 janvier, soit un jour avant ladite recommandation du directeur régional de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires, un communiqué de cette même institution a été relayé par la MAP, indiquant que les six foyers de fièvre aphteuse, découverts depuis le 7 janvier dans quatre exploitations sises aux provinces de Fquih Ben Saleh et Khouribga, une autre à Sidi Bennour ainsi qu'une troisième isolée à Tanger  « ont été éradiqués dans le cadre des efforts déployés pour arrêter la propagation de l'épidémie ».  
Du coup, se pose la question de savoir pourquoi la décision de fermer les marchés de bestiaux n’a été prise qu’au lendemain de l’annonce au grand public de l’éradication des foyers de fièvre aphteuse. D’autant plus que, comme nous l’expliquait il y a quelque temps, Douk Abdelwahed, chef de service des actions prophylactiques à la direction de la protection du patrimoine animal et végétal de l’ONSSA, la fermeture des marchés de bétail (bovins, caprins et ovins), entre dans le cadre des mesures déployées pour arrêter la propagation de l'épidémie.
Cette contradiction est également amplifiée par le rapport de suivi adressé le 25 janvier par l’ONSSA à l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE). Sur ce document, il est explicitement écrit que  ‘’le foyer se poursuit’’ dans les cinq cas notifiés à l’OIE. Dès lors, il est légitime de se poser des questions sur la raison qui se cache derrière ces deux versions contradictoires.  La réponse se trouve certainement dans la validation par l’OIE du programme national de contrôle de la fièvre aphteuse obtenue en mai dernier par le Maroc. Une validation qui oblige le Royaume à une transparence totale des informations qu’il communique à cette Organisation dont le siège est situé à Paris.
Pour rappel, le foyer découvert dans la région de Fquih Ben Saleh en début du mois n’est plus une exception. Dorénavant, et malgré les informations communiquées par l’ONSSA, force est de constater qu’il n’a pas été éradiqué  et que l’épidémie a gagné d’autres régions. Logique au vu du caractère hautement contagieux de cette maladie virale qui a des répercussions économiques significatives sur les éleveurs, mais ce qui l’est moins, c’est la communication erratique concernant celle-ci. D’autant plus que le moindre manque de cohérence de cette dernière pourrait avoir des conséquences catastrophiques. En effet, le manque de sensibilisation des concernés diminue automatiquement leur vigilance et les empêche de prendre les précautions et mesures conservatoires nécessaires.

Chady Chaabi
Samedi 2 Février 2019

Lu 1009 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com