Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’UE octroie 6,5 millions d'euros supplémentaires à la Stratégie nationale d'immigration et d'asile


118 migrants secourus au large des côtes espagnoles



Des éléments du service de sauvetage maritime espagnol ont secouru dimanche un total de 118 candidats à l’immigration clandestine qui tentaient de gagner les côtes espagnoles à bord de trois embarcations de fortune.
Selon des sources du sauvetage maritime citées par les médias, 12 femmes figuraient parmi les personnes secourues près de l’île d’Alboran.
La première embarcation de fortune interceptée transportait 38 candidats à l’immigration clandestine, la deuxième 37, alors que 43 autres voyageaient à bord de la troisième, précise la même source.
Les 118 migrants vont être transférés vers un port de la région andalouse où ils seront pris en charge par des volontaires de la Croix-Rouge.
Par ailleurs et selon l’Organisation internationale des migrations (OIM), 629 migrants sont morts en juin alors qu'ils tentaient de rejoindre l'Europe via la Méditerranée
Pointant du doigt le risque d’une mise à l’écart des ONG, l’agence onusienne met «en cause, la réduction de la présence des ONG en Méditerranée», rappelant que celles-ci assurent plus du tiers des opérations de secours.
«Si elles ne sont plus là, il y aura plus de morts», a ajouté l'OIM dont le siège est à Genève.
En 2018, plus de 46.000 migrants ont rejoint les côtes européennes en traversant la Méditerranée, soit cinq fois moins que dans les six premiers mois de 2016, période record, selon les statistiques du Haut-commissariat aux réfugiés (HCR).
En Italie et à Malte, les arrivées ont baissé en-dessous des 17.000 sur les six premiers mois de l'année, contre plus de 85.000 sur la même période de 2017.
Mais si le nombre de personnes traversant a reculé, le pourcentage de personnes trouvant la mort augmente fortement, a constaté Charlie Yaxley, porte-parole du HCR.
En dépit de la chute drastique du nombre d'arrivées de migrants sur ses côtes, l'Europe se trouve confrontée à une crise politique majeure liée aux divergences concernant l'accueil que le continent doit réserver à ces populations en provenance d'Afrique et du Moyen-Orient.
A signaler, d’autre part que la Commission européenne a approuvé vendredi trois nouveaux programmes relatifs à la migration en Afrique du Nord, pour un montant total de 90,5 millions d'euros.
Selon l’Exécutif européen, ces nouveaux programmes, relevant du fonds fiduciaire de l'Union européenne pour l'Afrique, visent à accroître l'aide de l'UE en faveur des réfugiés et des migrants vulnérables et à améliorer les capacités de gestion des frontières des pays partenaires, dont le Maroc.  
Ils se conforment à l'engagement pris lors du Conseil européen du 28 juin 2018 d'«intensifier l'aide le long de la route de la Méditerranée centrale en faveur des communautés côtières et méridionales, de conditions d'accueil humaines et d'une coopération avec les pays d'origine et de transit, tout en augmentant l'aide aux pays touchés par l'augmentation des flux migratoires le long de la route de la Méditerranée occidentale, et notamment le Maroc», précise un communiqué de la Commission.
«Les nouveaux programmes adoptés aujourd'hui intensifieront l'action que nous menons en vue de gérer les flux migratoires de manière humaine et durable, en sauvant et en protégeant la vie de réfugiés et de migrants et en leur fournissant une aide et en luttant contre les trafiquants et les passeurs», a expliqué la chef de la diplomatie de l’UE, Federica Mogherini, citée dans le communiqué.
Elle a souligné «l’approche intégrée» de l’UE qui «combine une action en mer et une action conjointe avec des pays partenaires le long des routes migratoires, y compris en Libye et au Sahel».
Les nouveaux programmes viendront compléter les efforts actuellement déployés par l'UE dans la région.  Au moyen du programme de gestion des frontières de la région du Maghreb, d'une valeur de 55 millions d'euros, l'UE soutiendra ainsi «les efforts consentis par les institutions nationales au Maroc et en Tunisie en vue de sauver des vies humaines en mer, d'améliorer la gestion des frontières maritimes et de lutter contre les passeurs opérant dans la région».
Mis en œuvre par le ministère de l'Intérieur italien et le Centre international pour le développement des politiques migratoires (CIDPM), ce programme mettra l'accent sur le renforcement des capacités, ainsi que sur la fourniture d'équipements et leur entretien.
Avec 6,5 millions d'euros supplémentaires, l'UE renforcera également son aide aux migrants vulnérables, à l'appui de la Stratégie nationale du Maroc en matière de migration, adoptée en 2014.

Libé
Mardi 10 Juillet 2018

Lu 966 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés