L'ONU ne doit pas être impuissante


Libé
Vendredi 3 Mars 2023

L'ONU ne doit pas être impuissante
Le premier anniversaire de l'invasion de l'Ukraine par la Russie a été une bonne occasion de réfléchir aux implications mondiales de la guerre. En plus d'une misère humaine indicible, l'agression de la Russie a déclenché une crise alimentaire et énergétique historique et provoqué une flambée de l'inflation mondiale, mettant en danger la fragile reprise économique mondiale après le Covid-19. Mais la guerre a également mis en évidence les fondements fragiles de l'ordre de sécurité international qui a émergé après la fin de la Seconde Guerre mondiale, envoyant des ondes de choc dans le monde entier et encourageant des pays comme l'Allemagne et le Japon à se réarmer.

Alors que certains essaient encore de justifier les actions de Poutine en prétendant que la Russie a été en quelque sorte provoquée par « l'expansion vers l'Est » de l'OTAN, le fait est que l'Ukraine ne représentait aucune menace pour la Russie lorsque Poutine a envahi le pays. Poutine ne cherchait pas à défendre l'intégrité territoriale de la Russie contre les empiétements ukrainiens ou occidentaux; il voulait simplement poursuivre ses ambitions impériales.

La possibilité d'une victoire russe en Ukraine a semé la panique chez les voisins de la Russie en Europe centrale et orientale, ainsi que chez les gouvernements d'Asie centrale et orientale. Si la Russie, une puissance nucléaire, peut envahir son voisin beaucoup plus petit et l'emporter, qu'est-ce qui empêchera Poutine de poursuivre la Pologne ensuite, ou la Chine d'envahir Taïwan ?

Alors que le monde a désespérément besoin d'une stratégie unifiée, l'ONU est fragmentée et dysfonctionnelle. Après que la Russie ait opposé son veto à une résolution du Conseil de sécurité dénonçant son invasion au début de la guerre, l'Assemblée générale des Nations unies a adopté des résolutions irréfléchies, dont une le 23 février appelant au retrait immédiat de la Russie . Confronté à la plus grande menace à la stabilité mondiale depuis une génération, il semble que l'organisme créé pour superviser et défendre l'ordre libéral international ne puisse l'empêcher de s'effondrer.

Le problème réside dans la structure de gouvernance de l'ONU. Le Conseil de sécurité a été créé pour maintenir la paix mondiale, mais le droit de veto accordé à ses cinq membres permanents - les Etats-Unis, la Russie, la Chine, la France et le Royaume-Uni - a toujours été un obstacle majeur à la réalisation de cet objectif. Maintenant qu'un de ses membres permanents détenteurs du droit de veto mène une guerre d'agression contre un pays voisin, en violation flagrante du droit international et de la Charte des Nations unies, le Conseil de sécurité est pratiquement impuissant à imposer des sanctions économiques ou à apporter une solution pacifique.

L'autorité du Conseil de sécurité a encore été minée par les violations répétées de ses résolutions par la Corée du Nord. Le régime nord-coréen a lancé un missile balistique intercontinental qui a atterri dans la zone économique exclusive du Japon le 18 février et se préparerait pour son septième essai nucléaire . L'année dernière, il a tiré plus de 90 missiles au-dessus de la mer de Chine orientale et de la mer du Japon. Pourtant, le Conseil de sécurité est resté silencieux depuis que la Chine et la Russie ont opposé leur veto à une tentative menée par les Etats-Unis d'imposer de nouvelles sanctions au pays, ce qui a conduit à une réprimande américaine.

L'incapacité de l'ONU à faire face à ces menaces croissantes à la stabilité mondiale a encouragé l'Allemagne et le Japon à se débarrasser de leur aversion de plusieurs décennies pour le développement de capacités militaires robustes. Alors qu'une guerre terrestre fait rage en Europe, l'Allemagne s'est engagée à augmenter son budget de défense de 100 milliards d'euros (106 milliards de dollars) et a accepté (à contrecœur) d'envoyer 14 chars Leopard 2 en Ukraine. Et le Japon, profondément choqué par l'invasion de la Russie, prévoit de doubler les dépenses de défense d'ici 2027 (bien que le Premier ministre Fumio Kishida doive d'abord déterminer comment les payer) et révise sa stratégie de sécurité nationale pour permettre à l'armée de frapper des cibles ennemies à l'étranger.
 
Malgré son nouvel engagement en faveur de la remilitarisation, le Japon a maintenu sa constitution pacifiste et reste opposé à l'acquisition d'armes nucléaires, en raison des traumatismes d'Hiroshima et de Nagasaki. Alors que la plupart des Japonais soutiennent l'augmentation des dépenses de défense, beaucoup croient encore que la constitution imposée par les Etats-Unis avait raison de limiter le rôle de l'armée à l'autodéfense. Mais l'invasion de l'Ukraine par la Russie, ainsi que les provocations de la Corée du Nord et la position de plus en plus agressive de la Chine ont montré l'importance de renforcer les capacités de dissuasion du pays et accéléré son abandon de l'idéalisme pacifiste.

Dans le même temps, protéger la démocratie libérale contre des agresseurs comme la Russie et la Corée du Nord nécessite un organe multilatéral à même  de faire face aux menaces à la paix mondiale. Pour remplir son rôle de maintien de la paix, le Conseil de sécurité de l'ONU doit entreprendre une réforme importante. A tout le moins, le Japon et l'Allemagne devraient se voir accorder des sièges permanents et un droit de veto.

Alternativement, le droit de veto d'un membre permanent devrait être suspendu si, comme la Russie, il devient un agresseur. Alors que le monde est au bord du désastre, il n'y a pas d'alternative à la refonte de la pierre angulaire de la gouvernance mondiale.

Par Takatoshi Ito
Ancien vice-ministre japonais des Finances, professeur à la School of International and Public Affairs de l'Université de Columbia et professeur principal au National Graduate Institute for Policy Studies de Tokyo
 
 


Lu 1882 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 27 Février 2024 - 13:00 Vers un commerce international numérisé

Mardi 6 Février 2024 - 14:00 Les intermédiaires de la transition verte











services