Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’ICM garde ses marques : Les prix des produits alimentaires ont augmenté au cours de l’année




L’indice de consommation des ménages s’est établi
au quatrième
trimestre 2017
à 85,9 points, alors qu’il était de 85,5 points
au trimestre
précédent



Le Haut-commissariat au plan a publié mardi dernier, son enquête permanente de conjoncture relative au quatrième trimestre de l’année écoulée. Cette enquête a pour objectif de sonder les ménages afin de calculer leur indice de confiance ou ICM. À savoir, un indicateur représentatif de leur perception quant à l’évolution du niveau de vie, de leur situation financière, du chômage, mais aussi de l’opportunité d’acheter des biens durables. Après analyse des résultats, on constate que l’indice de confiance des ménages connaît une quasi-stagnation, puisqu’il s’est établi au quatrième trimestre 2017 à 85,9 points, alors qu’il était de 85,5 points au trimestre précédent et de 73,5 points lors du même trimestre 2016. Décryptage.
Lors du quatrième trimestre de l’année écoulée, plus du tiers des ménages marocains (35,4%) indiquent une dégradation du niveau de vie au cours des 12 derniers mois, 33 % évoquent un maintien et 31,6 % déclarent une amélioration. Mais de manière générale, l’opinion sur l’évolution passée du niveau de vie confine au négatif, à moins 3,8 points contre moins 3,1 points au trimestre précédent et moins 17,5 points au même trimestre, une année plus tôt. Côté prévisions, 24,3 % des ménages tablent sur une dégradation du niveau de vie lors des 12 prochains mois, 39,9% sur un maintien du niveau et 35,8% sont optimistes quant à une amélioration. De ce fait, le solde d’opinion passe de 10,5 points au trimestre précédent à 11,5 points et à moins de 2,4 points le même trimestre de l’année dernière.
Le chômage est lui aussi négativement perçu par les ménages, puisqu’au quatrième trimestre de 2017, 72,8% contre 14,3% des ménages s’attendent à sa hausse au cours des 12 prochains mois. En conséquence, le solde d’opinion a régressé à moins de 58,5 points au lieu de moins 59,9 points le trimestre précédent et moins 66,8 points lors du dernier trimestre de 2016.
Le dernier trimestre fait aussi état d’une réticence des ménages quant aux achats de biens durables, estimant que le moment n’y est pas propice (53,8 % contre 28,2 %). Dans ce cas, on peut affirmer que cet indicateur affiche toujours un solde négatif passant à moins 25,6 points au lieu de moins 31,5 points le trimestre précédent et moins 43 points le quatrième trimestre de 2016.
La détérioration est le terme idoine pour définir la situation financière des ménages. Le quatrième trimestre de 2017 fut synonyme d’endettement pour 29,8 % des ménages. Une situation amplifiée par leur tendance à puiser dans leur épargne pour couvrir leurs dépenses. 5,4 % d’entre eux certifient épargner une part de leurs revenus, alors que 64,8 % déclarent que leurs revenus continuent à couvrir leurs dépenses. L’opinion relative à la situation financière actuelle des ménages se solde donc négativement à moins de 24,4 points, après avoir été de moins 22,6 points le trimestre précédent et de moins 28,7 points au même trimestre 2016. Quant à l’évolution de leur situation financière au cours des 12 derniers mois, 31,4% contre 14,7% des ménages considèrent qu’elle s’est dégradée. Leur perception demeure ainsi négative, avec un solde d’opinion de moins 16,7 points au lieu de moins 14,5 points enregistrés un trimestre auparavant et moins 33,3 points un an en arrière. S’agissant du regard qu’ils portent sur l’avenir de leur situation financière au cours des 12 prochains mois, 30,3% contre 11,1% des ménages, s’attendent à une amélioration de leur situation financière. Par conséquent, le solde d’opinion est resté positif à hauteur de 19,2 points contre 19,6 points au trimestre précédent et 6,5 points au même trimestre de l’année précédente.
A travers son enquête d’opinion, le HCP fournit également plusieurs données concernant la perception des ménages en rapport avec d’autres aspects de leurs conditions de vie et plus précisément sur leur capacité à épargner, mais aussi sur l’évolution des prix des produits alimentaires.
Au quatrième trimestre de 2017, moins du tiers des ménages (20,7%) pensent à épargner au cours des 12 prochains mois. Ainsi, tout en étant toujours dans le négatif, le solde d’opinion, enregistre moins 58,6 points, au lieu de moins 55,7 points le trimestre passé et de moins 68,7 points une année auparavant.
Par ailleurs, 88,8 % des ménages arguent que les prix des produits alimentaires ont connu une hausse au cours des 12 derniers mois, alors qu’en parallèle, seuls 0,4 % sont animés par le sentiment inverse. Conséquemment, le solde d’opinion se cloisonne dans le négatif, à moins 88,5 points, après avoir été de moins 82,8 points le trimestre précédent et de moins 87,3 points à la même période en 2016.
Selon les dires de 80,1% des ménages, l’année prochaine sera marquée par une augmentation continue des produits alimentaires, quand uniquement 0,5% s’attendent à une baisse de leurs prix. En somme, l’opinion est négative, se nichant à moins 79,6 points, au lieu de moins 74 points enregistrés un trimestre auparavant et moins 77,3 points la précédente année.
Le HCP ne s’est pas contenté de ces quelques indicateurs trimestriels, puisqu’il calcule à la fin de chaque année le solde relatif à la perception par les ménages de certaines composantes de leur environnement dont la variabilité n’est pas significative d’un trimestre à l’autre, et plus précisément de l’évolution entre 2016 et 2017 de l’opinion des ménages par rapport à la situation des droits de l'Homme, la protection de l'environnement et la qualité de certains services publics.
Sur ce dernier aspect, les ménages qui perçoivent une amélioration de la qualité des prestations administratives sont beaucoup plus nombreux (61,6 % contre 16,6%). En passant de 36,7 points à 45 points entre 2016 et 2017, le solde dévoile une opinion en nette amélioration.
Les droits de l’Homme ont aussi été en question. La moitié (50,9%) des ménages estiment que la situation des droits de l’Homme au Maroc a connu une amélioration, à l’inverse de 14,8 % d’entre eux qui ressentent une régression.  Résultats, le solde a atteint une valeur positive de 36,6 points. Néanmoins, cet indicateur a régressé par rapport à 2016 où son niveau était de deux points en plus. Le solde relatif à cet indicateur, a atteint une valeur positive de 36,1 points enregistrant une dégradation par rapport à son niveau de 2016 où il était de 38,6 points.
Toujours en 2017, 48,7 % des ménages ont été convaincus d’une amélioration qualitative de la situation en matière de protection de l’environnement au Maroc, alors que 19,6 % pensent le contraire. En progression par rapport à 2016 où il était de 24,7 points, le solde d’opinion relatif à cet indicateur a donc atteint 29,1 points en 2017.
Pour ce qui est de la qualité des services de l’enseignement, 22,5% des ménages ont ressenti une amélioration en 2017. À contrario, 45,4% estiment qu’elle s’est plutôt détériorée. Avec un solde de moins 22,9 points, le HCP a révélé que cet indicateur a enregistré son niveau le plus négatif depuis plusieurs années et le début de l’enquête.
Le dernier indicateur de cette enquête dévoile que 13,8 % des ménages sont convaincus de l’amélioration des prestations sanitaires, cependant ces derniers sont minoritaires par rapport aux 59,3 % qui affirment le contraire. On constate donc une détérioration de cet indicateur d’une année à l’autre, passant de moins 43 points à moins 45,5 points, enregistrant lui aussi son niveau le plus négatif depuis les prémices de l’enquête.

Chady Chaabi
Samedi 20 Janvier 2018

Lu 1041 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.