Libération


Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Justin Bieber crée l'embarras après avoir utilisé la voix de Martin Luther King





Justin Bieber crée l'embarras après avoir utilisé la voix de Martin Luther King
Entre Martin Luther King et Hailey, il fallait choisir. Dans Justice, son dernier album sorti la semaine dernière, Justin Bieber sample des extraits des discours du pasteur noir. Un choix pour le moins étrange dans ce nouvel opus sirupeux, largement dédié à la jeune épouse du chanteur canadien. Si Bernice King, la fille du militant antiraciste assassiné en 1968, a salué l'initiative, le résultat est loin de plaire à tout le monde. En février, Justin Bieber annonçait que sa prochaine production serait marquée par le contexte politique tendu aux Etats-Unis. «Je sais que je ne peux pas résoudre l'injustice en faisant de la musique, écrivait-il. Mais je sais que si nous faisons tous notre part en utilisant nos talents pour servir cette planète et nous aider les uns et les autres, nous nous donnons plus de chances d'être unis». Ala veille de la sortie de son album, le chanteur annonçait son soutien à plusieurs organisations venant en aide aux nécessiteux. Des organismes représentant,selon lui,«ce à quoi ressemble la justice lorsqu'elle est mise en œuvre». Parmi les heureux bénéficiaires, le Martin Luther King Jr. Center. L'attention n'a pas manqué de plaire à BerniceKing,fille de Martin LutherKing et directrice du centre. «Chacun d'entre nous, y compris les artistes et les acteurs du monde du divertissement, peut faire quelque chose. Merci Justin Bieber pour ton soutien, en l'honneur de la Justice, au travail du Martin Luther King Jr Center et à notre campagne #BeLove, qui s'inscrit dans notre mouvement mondial pour la justice. #FinissonsEnAvecLeRacisme», a-t-elle tweeté.

La promesse d'un album réclamant justice s'est vite envolée à l'écoute. La grande majorité des nouveaux titres sont des ballades douces et mielleuses, adressées à Hailey Baldwin Bieber, mannequin de vingt-quatre ans et épouse du chanteur depuis 2018.Dansle premiermorceau, Martin Luther King défend qu'«une injustice commise quelque part est une menace pour la justice dansle monde entier». S'ensuit une déclaration d'amour, baptisée opportunément 2 Much, qui est bien éloignée du propos du pasteur.Hormis une plage, intitulée MLK Interlude, qui reproduit un sermon de 1967, les questions de justice et de défense des droits sont bien absentes de l'album. Le résultat a surpris beaucoup de monde, à commencer parle producteur etscénariste américain Kirk A. Moorek. «Tant de personnes ont tenté d'accéder aux discours de Martin Luther King. Si peu ont eu cette chance. Parla musique, c'était peut-être différent, mais cela ne me plaît pas. Et détourner son discours de cette façon… c'est non», a-t-il dénoncé sur Twitter. Le commun des nternautes n'est pas forcément plus tendre sur l'emploi de ces samples. «J'adore l'album de Bieber bien que je ne comprenne toujours pas pourquoi ils'appelle Justice, ni ce que vient faire MLK dedans», écrit l'un d'eux. «Justin Bieber a vraiment mis MLK en plein milieu de son album sans raison. C'est vraiment une grosse blague», cingle un autre. Même le magazine américain Entertainment Weekly, plutôt élogieux dans sa critique,souligne combien les paroles de Martin LutherKing n'ont pasleur place dans cet album qui rappelle les BO de Midnight Express, Flash dance ou Top Gun signées Moroder.«Bon courage pour faire le lien entre un interlude de deux minutes dans lequel on entend Martin Luther King Jr. parler de vérité et de pouvoir dans un discours de 1968 et les effets sonores à la Giorgio Moroder de Die For You, la chanson qui suit.»

Libé
Vendredi 2 Avril 2021

Lu 251 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.